Automobile : les seniors, un marché très lucratif pour les constructeurs

 |   |  670  mots
(Crédits : DR)
Une étude du cabinet d'études statistiques AAA Data montre que le marché des seniors devrait rester un des plus importants pour les constructeurs automobiles. Les plus de 65 ans sont les premiers acheteurs de voitures neuves et sont encore très attachés à la propriété individuelle. En outre, leur population ne va cesser d'augmenter dans les prochaines décennies.

La silver economy, ce vieux concept marketing ringardisé par la crise, serait-il de nouveau à la mode ? Une étude menée par l'institut AAA Data montre en tout cas qu'il pourrait constituer une cible de choix pour les constructeurs automobiles.

Un pouvoir d'achat qui a augmenté

Pour mieux comprendre les enjeux, AAA Data s'appuie sur des données INSEE pour poser les fondamentaux économiques de cette classe d'âge. Ainsi, les retraités d'aujourd'hui ont considérablement amélioré leur pouvoir d'achats grâce notamment à des carrières plus complètes, des patrimoines déjà constitués et une épargne plus étoffées qu'auparavant.

"En 2015, les ménages de seniors ont en moyenne un patrimoine brut supérieur de 14% à ceux dont la personne de référence a entre 25 et 64 ans", écrit l'INSEE, cité dans l'étude de AAA Data. En outre, l'institut statistique prévoit que la population dite des seniors ne va cesser d'augmenter dans les prochaines années. Avec 13 millions d'individus aujourd'hui, les plus de 65 ans devraient compter 20 millions de personnes en 2050.

Premier acheteur de voitures neuves

La vraie bonne nouvelle pour les constructeurs, c'est que les seniors ont une forte appétence pour le marché du neuf, ou bien les occasions récentes (un marché que les constructeurs maîtrisent assez bien). Dans un contexte où les ventes à particulier a fortement reculé en faveur des ventes à des flottes, cette évolution est plutôt réjouissante, d'autant que les ventes sont plus rentables à particulier.

Lire aussi : Pourquoi les ventes d'automobile ont plongé en août en France

Entre 2010 et 2018, la part des seniors sur le marché neuf particulier est passé de 44 à 54% des ventes. AAA Data remarque d'ailleurs, que la moyenne d'âge d'achat d'une voiture neuve en France est passé de 51 à 55 ans sur la même période. Autrement dit, les seniors sont les premiers acheteurs du marché du neuf.

Des marques françaises d'abord, pas nécessairement fabriquées en France

La fibre nationale oriente également cette population si particulière. Celle-ci achète une marque française dans 61% des cas, contre 48% pour les autres classes d'âges. En 2018, Peugeot était la marque préférée des seniors avec 19% de part. Renault arrive deuxième avec 17% de parts de ce "marché", Citroën à 13%.

Dacia (qui reste historiquement une marque roumaine bien que filiale de Renault à 100%) et DS (la marque Premium du groupe PSA et qui n'a guère plus de cinq années d'existence) ne jouissent d'aucun "engouement spécifique", indique AAAData. Les seniors ne sont pas davantage sensibles à des marques qui produisent sur le territoire national tel que Toyota, Smart ou Nissan. Moins bonne nouvelle pour les constructeurs, les seniors ne sont pas à la recherche des modèles les plus chers... Ils optent très largement (63%

La propriété individuelle reste un totem

En termes de comportement d'achat, les seniors n'ont pas opéré la bascule des jeunes générations qui optent pour des solutions alternatives à la propriété individuelle. Les autres classes d'âge ont ainsi choisi une solution de financement de type LOA (location) à 42% contre 27% pour les seniors. Ceci dit, cette solution avait représenté 6% des opérations des seniors en 2010. Cette solution de financement ne colle pas avec le comportement d'achat des seniors puisqu'avec une moyenne de détention de 10 ans (contre 7 pour les moins de 55 ans), l'équation d'amortissement est plus avantageuse sur une telle périodicité.

"Les seniors restent attachés à leur voiture et aux valeurs liées à sa possession", conclut AAA Data. L'institut estime toutefois que cette catégorie va se laisser séduire par les solutions alternatives à la propriété automobile. "La conception de l'usage contre la propriété gagnera aussi cette population senior. Pour les acteurs du secteur, un potentiel de croissance apparaît: les formules locatives à destination spécifique des seniors et déclinées en fonction de leurs comportements", recommande AAA Data. La Silver Economy est, et sera de plus en plus, une réalité économique sonnante et trébuchante pour les constructeurs automobiles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2019 à 9:45 :
Que les constructeurs profitent. Parce que ma génération (années 70), à l'âge de la retraite, elle n'aura pas les moyens de se payer des voitures neuves. La génération actuelle des retraités est la dernière avec du pouvoir d'achat.
a écrit le 01/10/2019 à 23:01 :
Que des jaloux . À 69 printemps , je viens de m'acheter une Miata d'occasion vieille de 12 ans pour pas cher . Je sais que le moteur bien entretenu tient 300 000 kms et comme je n'en fais que 7000 par an et qu'elle n'a que 90000 ' que du bonheur pour pas cher et Zut aux grincheux ou vendeurs de caisses neuves .
a écrit le 01/10/2019 à 19:44 :
"Ils optent très largement (63%"
on reste suspendus (testé sur Chrome, Opera pareil, j'avais un doute), pour quoi optent-ils ?
Me reste un an avant de les avoir les 65 ans, mais mes 4 Peugeot ont été achetées neuves (la 205GR essence me semble que c'était 47 000F en sept 1983, l'autoradio à 2300 (je l'ai encore, alimenté par le secteur, trop bonne qualité, Gründig), a fait 13 ans, 200 000km).
Les camping-car ça marche pas mal, on en voit partout, souvent avec des retraités dedans. :-)
a écrit le 01/10/2019 à 19:29 :
En gros, les voitures françaises sont conduites par des vieux !!! Vivement l'examen médical en France pour conserver son permis au delà de 65 ans... Cela abaissera non pas la mortalité, mais les accidents tout court (blessés). Statistiquement, les vieux sont les premiers accidentés en France...
Réponse de le 01/10/2019 à 20:50 :
Faux
Réponse de le 02/10/2019 à 7:49 :
N'importe quoi, les vieux sont loin derriere les trentenaires eux meme depasses par les vingtenaires.
a écrit le 01/10/2019 à 16:25 :
Hummm....études, statistiques et autres sondages, c'est comme les bikinis, ça donne des idées mais ça cache l'essentiel à savoir que tous les vieux, hélas, ne sont pas croisiéristes et possesseurs de châteaux et Benz, loin s'en faut.
a écrit le 01/10/2019 à 15:01 :
Et, à Paris, les plus de 80 ans devront se remettre à faire du vélo...
a écrit le 01/10/2019 à 13:53 :
Qu'ils en profitent, parce que ça ne va pas durer. Les seniors...les vieux
à partir de cette année vont être ponctionnés sur leurs revenus, leur retraite, leurs placements et l'entrée en vigueur des nouvelles normes Wltp, plus le risque non négligeable d'un envolée du pétrole.
Personnellement, ça me va, il y a plethore d'excellentes voitures d'occasion 5/7 ans à des prix plus que raisonnables et qui, bien entretenues, rendront les mêmes services qu'un véhicule neuf...A savoir d'aller d'un point A à un point B.
a écrit le 01/10/2019 à 11:05 :
Pour ma part je fais un constat différent à travers le comportement de ma clientèle ( je suis assureur) .
Mes clients se séparent assez vite ( moins de dix après leur départ en retraite ) de leur seconde voiture , ils n'ont plus besoin de 2 véhicules mais surtout aussi devant l'érosion de leur pouvoir d'achat …. devant la nécessité d'épargner …. dans la perspective de problèmes de santé et de dépendance …. la bagnole alors n'étant plus une priorité.
a écrit le 01/10/2019 à 10:50 :
En France, Les senoirs representent la plus importante ressource en terme d'epargne, de biens materiels. Cette generation est la derniere a avoir une confortable existence.
Les generations a venir maudiront leurs predecesseurs.
Réponse de le 02/10/2019 à 9:59 :
@matins calmes
Pourquoi tant de haine ?
Vous oubliez un détail, si les vieux d'aujourd'hui, comme vous semblez le penser, pour l'ensemble vivent correctement, pour autant, ils n'ont rien volé. Ils ont travaillé, cotisé, épargné, emprunté en un temps où les intérêts n'étaient pas négatifs, mais progressifs... pouvoir d'achat grignoté par une inflation régressive.
Les soit disant "avantages" n'ont jamais été donné, mais conquis de haute lutte au fil des décennies. La seule voie est la lutte syndicale, l' union des forces prolétaires (hou le vilain mot pas fun!),.L'argent existe, dans les multinationales et les paradis fiscaux, les riches sont de plus en plus riches, ce qui mécaniquement appauvri les autres.
Il faut que les générations qui viennent leur fasse rendre le pognon.
Ce n'est pas une idée collectiviste, mais de justice.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :