La connectivité, planche de salut pour les constructeurs automobiles ?

L'émergence de la connectivité dans l'univers automobile contraint les constructeur a s'allier aux Gafa qui, par ce biais, prolongent leur propre écosystème de services. Cela au grand dam des marques automobiles qui, si elles ne réagissent pas, pourraient se voir reléguer au rang de simples assembleurs.
Nabil Bourassi

4 mn

(Crédits : Broadcom)

Les Gafa vont-ils faire main basse sur l'automobile ? L'arrivée de la connectivité dans l'univers automobile inquiète les constructeurs, obligés de s'allier avec ces géants du numérique et de la data.L'émergence de tout un écosystème de services dans l'automobile pourrait sérieusement redistribuer la chaîne de valeur de l'automobile.

Si l'électrification est le défi des cinq prochaines années, elle se fera surtout sous la pression de l'opinion publique et des réglementations. La connectivité, elle, représente un enjeu plus stratégique. Qui des Gafa (entendu au sens large, c'est-à-dire toutes les sociétés numériques liées aux contenus tels que Netflix, Spotify, ou d'autres fournisseurs de services Internet) ou des constructeurs s'imposera dans ce domaine.

Un écosystème presque utopique

Pour l'heure, les premiers ont marqué plusieurs points. Google et Apple ont déjà conquis l'interface de la plupart des constructeurs à travers Android Auto pour le premier et CarPlay pour le second. À travers cette interface, les deux géants de l'informatique et de l'Internet ont fait de l'automobile le prolongement naturel de leur smartphone (ou de leur système d'exploitation dans le cas de Google). Répertoire téléphonique, musique, messagerie, cartographie... Chez certains constructeurs, on retrouve même des assistants vocaux comme chez BMW où Alexa d'Amazon est désormais intégré dans certaines gammes. Dès lors, les Gafa ont posé les fondations d'un écosystème de services de connectivité dans les véhicules du futur. Pour beaucoup, cet écosystème pourrait devenir la première source de valeur de la voiture de demain.

Et si les Gafa remportent la guerre, ils risquent de reléguer les constructeurs à la condition de simples assembleurs à l'image de Foxconn, le fabricant taïwanais d'iPhone pour le compte d'Apple. Dans ce dernier exemple, c'est bien Apple qui dégage de la valeur, et pas Foxconn... Les Gafa qui avaient tenté de réinventer eux-mêmes l'automobile en préparant les plans d'une Google Car ou d'une Apple CarPlay se sont vite rendus compte que le process industriel d'une voiture est infiniment plus complexe que celui d'un téléphone, et qu'ils ne disposent pas de cette expertise. En réalité, l'écosystème de services imaginé par les Gafa est très ambitieux, presque utopique. Les chercheurs de la Silicon Valley veulent mettre la main sur le temps passé dans une voiture pour vendre des contenus. Ils parient sur l'émergence de la voiture autonome pour faire de la voiture le réceptacle de tous leurs contenus. Regarder une série, envoyer des mails, une visioconférence.

Tous ces services pourraient être « consommés » durant un trajet en voiture : plus de sept heures par semaine en France, selon une étude Ipsos/ Boston Consulting Group publiée en avril 2017. Mais pour récupérer ce précieux temps de trajet, il faut passer en mode totalement autonome... Or, de plus en plus d'acteurs s'interrogent sur la réalité d'un tel scénario. En avril dernier, Anne-Marie Idrac, haute représentante pour le développement des véhicules autonomes, avait averti dans nos colonnes : « l'hypothèse d'une voiture totalement autonome, en toutes circonstances, par tous les temps, ne verra probablement jamais le jour [...] Arrêtons de rêver de technologies hors-sol » . Du coup, les Gafa pourraient être nettement moins intéressés...

Lire aussi : La voiture autonome moins fiable qu'un humain ?

Mais il reste encore toute la partie data à préempter, et là aussi, c'est la course folle. Les constructeurs tentent de se positionner sur ce segment. Ils ont inventé des services dédiés et espèrent monétiser cette précieuse ressource, notamment à travers des services non pas de contenus cette fois, mais de mobilités. BMW et Daimler semblent avoir pris une longueur d'avance en fusionnant leurs filiales respectives consacrées aux mobilités. Chez PSA, on cherche aussi la bonne formule à travers Free2Move qui s'est désormais installé dans la voiture en libre-service dans plusieurs grosses agglomérations comme Paris, Wuhan ou même Washington. De son côté, Renault tente de s'imposer dans les VTC avec plusieurs solutions. Mais le modèle semble encore précaire, selon les observateurs, tant il semble encore difficile de gagner de l'argent sur ces services. « Si quelqu'un a la réponse du modèle de demain, je veux bien le rencontrer », déclarait, il y a peu encore, un grand industriel automobile...

Nabil Bourassi

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 13/09/2019 à 16:12
Signaler
les GAFA sont prêts depuis belle lurette seuls les médias découvrent la stratégie d'un Google par exemple, n'étant pas journaliste je me garderais bien d'expliquer.

à écrit le 13/09/2019 à 12:21
Signaler
Il faut au contraire que les constructeurs automobiles ne deviennent que des assembleurs dans ce domaine, c'est le seul espoir pour espérer voir diminuer le prix de l'électronique dans les véhicules , notamment des système de guidage et et de sécur...

à écrit le 13/09/2019 à 12:21
Signaler
A chacun son métier. Si connectivité il doit y avoir, elle ne sera pleinement utile que lorsque les véhicules seront totalement autonomes soit pour distraire les passagers, soit pour satisfaire les besoins professionnels ds le cadre d'un bureau mobi...

à écrit le 13/09/2019 à 10:23
Signaler
Et moi qui a été dans ce domaine et faisant le lien pour le développement entre autres de technologies faisant le pont entre les fabricants de mobiles et les fabricants de voitures, je dois dire que cela m'a permit aussi de comprendre tout ces élémen...

à écrit le 13/09/2019 à 10:09
Signaler
Tout ce pseudo-progrès est souvent inutile, et ne sert qu'à distraire le conducteur de sa fonction de base, qui est la sécurité des autres et la sienne en étant attentif à sa conduite. En plus la voiture doit être fiable sur tous les aspects mécaniqu...

à écrit le 13/09/2019 à 9:47
Signaler
Pour beaucoup d'utilisateurs, une bagnole c'est surtout: une caisse, des roues et un moteur, en plus si elle ne consomme que 2,5 litres c'est le bonheur..

à écrit le 13/09/2019 à 9:15
Signaler
alors on vend un écran de télé quid du moteur et du reste pourvu que l on soit connecté c est vrai que lorsque on se penche sur les problemes on évite de parler de ce qui fâche ( pollution casse moteur fraude etc )

à écrit le 13/09/2019 à 8:49
Signaler
Il faut absolument arréter de barder les voitures de dispositifs qui distraient les chauffeurs de leur boulot, à savoir conduire un véhicule dans un environnement extrêmement dangereux, où toute faute d'inattention peut causer un drame. Quand j'ai...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.