La connectivité, planche de salut pour les constructeurs automobiles ?

 |   |  746  mots
(Crédits : Broadcom)
L'émergence de la connectivité dans l'univers automobile contraint les constructeur a s'allier aux Gafa qui, par ce biais, prolongent leur propre écosystème de services. Cela au grand dam des marques automobiles qui, si elles ne réagissent pas, pourraient se voir reléguer au rang de simples assembleurs.

Les Gafa vont-ils faire main basse sur l'automobile ? L'arrivée de la connectivité dans l'univers automobile inquiète les constructeurs, obligés de s'allier avec ces géants du numérique et de la data.L'émergence de tout un écosystème de services dans l'automobile pourrait sérieusement redistribuer la chaîne de valeur de l'automobile.

Si l'électrification est le défi des cinq prochaines années, elle se fera surtout sous la pression de l'opinion publique et des réglementations. La connectivité, elle, représente un enjeu plus stratégique. Qui des Gafa (entendu au sens large, c'est-à-dire toutes les sociétés numériques liées aux contenus tels que Netflix, Spotify, ou d'autres fournisseurs de services Internet) ou des constructeurs s'imposera dans ce domaine.

Un écosystème presque utopique

Pour l'heure, les premiers ont marqué plusieurs points. Google et Apple ont déjà conquis l'interface de la plupart des constructeurs à travers Android Auto pour le premier et CarPlay pour le second. À travers cette interface, les deux géants de l'informatique et de l'Internet ont fait de l'automobile le prolongement naturel de leur smartphone (ou de leur système d'exploitation dans le cas de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2019 à 16:12 :
les GAFA sont prêts depuis belle lurette seuls les médias découvrent la stratégie d'un Google par exemple, n'étant pas journaliste je me garderais bien d'expliquer.
a écrit le 13/09/2019 à 12:21 :
Il faut au contraire que les constructeurs automobiles ne deviennent que des assembleurs dans ce domaine, c'est le seul espoir pour espérer voir diminuer le prix de l'électronique dans les véhicules , notamment des système de guidage et et de sécurité.
Il faut quand même savoir qu'une marque que je ne citerai pas et très connue fait payer environ 100 e des mises à jour de cartographie sur des voitures de plus de 5 ans alors que c'est gratuit sur des systèmes téléchargés.
Comme les concessionnaires ne savent pas réparer un système de navigation, ils l'envoient chez le constructeur et la facture est salée à la sortie.
a écrit le 13/09/2019 à 12:21 :
A chacun son métier.
Si connectivité il doit y avoir, elle ne sera pleinement utile que lorsque les véhicules seront totalement autonomes soit pour distraire les passagers, soit pour satisfaire les besoins professionnels ds le cadre d'un bureau mobile. Et pour ça, les Gafa sont indétrônables.
En attendant, les constructeurs ont du pain sur la planche ds leur domaine de compétence...
Concernant la cyber sécurité le maillon faible de l'ensemble, la responsabilité incombera forcément au constructeur car élément indispensable au fonctionnement en tte sécurité de cet écosystème. Ils devront certainement imposer leur protocoles d'accès à tt opérateur de contenu en partenariat avec les leaders incontournables du domaine.
a écrit le 13/09/2019 à 10:23 :
Et moi qui a été dans ce domaine et faisant le lien pour le développement entre autres de technologies faisant le pont entre les fabricants de mobiles et les fabricants de voitures, je dois dire que cela m'a permit aussi de comprendre tout ces éléments.

Mais dans la mesure des délocalisations, disons que la perte du savoir autour de ces sujets me rassure sur le fait que reste le seul a pouvoir voir des choses économiques.

Mais aguerri par le système business tel qu'il est, e préfère garder ces choses pour moi et savoir qu'effectivement, difficile de travailler dans un pays ou l'on ne comprendre pas ou peu de chose sur la question.

Sinon j'aurai pu constater des choses qui ne sont toujours pas la !!

Il y a quelques clefs pour la jonction et les marché a venir sur ce que l'on appel les mécanisme d'interopérabilités. Mais désolé, je le garde pour moi.

cela me permet de mesurer le temps technologique, le temps de compréhension des développement, et la mécanique de constat qui permet d'avoir toujours la main sur des sujets que tiennent des gens qui eux ne comprennent toujours pas !!!

ah ah ah ah
a écrit le 13/09/2019 à 10:09 :
Tout ce pseudo-progrès est souvent inutile, et ne sert qu'à distraire le conducteur de sa fonction de base, qui est la sécurité des autres et la sienne en étant attentif à sa conduite. En plus la voiture doit être fiable sur tous les aspects mécaniques et ajouter de l'électronique en pagaille ne fait qu'augmenter les coûts
a écrit le 13/09/2019 à 9:47 :
Pour beaucoup d'utilisateurs, une bagnole c'est surtout: une caisse, des roues et un moteur, en plus si elle ne consomme que 2,5 litres c'est le bonheur..
a écrit le 13/09/2019 à 9:15 :
alors on vend un écran de télé quid du moteur et du reste pourvu que l on soit connecté c est vrai que lorsque on se penche sur les problemes on évite de parler de ce qui fâche ( pollution casse moteur fraude etc )
a écrit le 13/09/2019 à 8:49 :
Il faut absolument arréter de barder les voitures de dispositifs qui distraient les chauffeurs de leur boulot, à savoir conduire un véhicule dans un environnement extrêmement dangereux, où toute faute d'inattention peut causer un drame.

Quand j'ai besoin de consulter le web, pour récupérer une adresse ou une donnée, je me gare et je sors mon portable. Pas besoin de connecter la voiture.

La connexion obligatoire, toujours et en tout lieux me fatigue, et elle tue quand c'est dans une voiture. J'espère que le législateur finira par le réaliser et n'autoriser que les applications routière qui rendent la circulation plus sure.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :