Deux plaintes accusent Volkswagen, BMW et Mercedes d'entente sur les prix

 |   |  457  mots
(Crédits : Reuters)
Aux Etats-Unis et au Canada, les constructeurs allemands sont accusés de s'être entendus sur les prix de leurs voitures. Ils font l'objet de deux recours en nom collectif "class action". Ces faits interviennent quelques jours seulement après les révélations de la presse indiquant de possibles réunions secrètes entre Volkswagen, BMW, Daimler (Mercedes-Benz).

Après l'affaire des moteurs diesel truqués, un nouveau front judiciaire s'ouvre pour les trois grands constructeurs automobiles allemands : deux recours en nom collectif (class action) viennent d'être déposés contre eux aux Etats-Unis et au Canada les accusant d'entente sur les prix.

Ces actions judiciaires intentées dans le New Jersey (Est des Etats-Unis) et à Montréal interviennent quelques jours seulement après des informations de presse indiquant que Volkswagen, ses deux filiales Audi et Porsche, BMW et Daimler (Mercedes-Benz) ont tenu, depuis les années 1990, des réunions secrètes dont l'objectif était de se concerter sur plusieurs technologies et notamment sur la réduction des émissions polluantes des voitures diesel.

> Lire aussi : L'Allemagne ébranlée par un nouveau scandale de ses industriels automobiles

Dans la plainte américaine, consultée par l'AFP, les plaignants accusent les constructeurs allemands d'avoir notamment partagé des informations sur leurs coûts, les fournisseurs, ainsi que sur les logiciels permettant de réduire les émissions polluantes. Ils affirment en avoir été affectés parce "qu'ils ont payé beaucoup plus qu'ils n'auraient dû lorsqu'ils ont acheté les voitures allemandes de luxe". Ils réclament la tenue d'un procès et des indemnisations dont le montant n'est pas précisé.

"Une conspiration plus importante que le Dieselgate"

Les plaignants canadiens font des accusations similaires, allégeant que les constructeurs allemands ont passé des accords pour "contrôler ou augmenter les prix", mais aussi pour fixer les normes techniques de certains composants automobiles.

"Si les allégations se révélaient fondées, les consommateurs canadiens auraient alors été lésés par une entente de longue date des constructeurs automobiles allemands dans le but de fournir et d'intégrer des composants de qualité inférieure dans leurs véhicules, tout en facturant au prix fort ces véhicules", accuse David Wingfield, avocat au cabinet Strosberg Sasso Sutts, qui représente les plaignants.

"Les consommateurs canadiens peuvent, à leur insu, avoir fait part d'une conspiration bien plus importante que le Dieselgate", renchérit son confrère Jay Strosberg.

Le recours en nom collectif au Canada, à l'exception de la province du Québec, porte sur une demande d'indemnisation à hauteur de 878 millions de dollars (soit 1,1 milliard de dollars canadiens).

"Nous allons nous défendre"

"Nous estimons que ces recours collectifs sont sans fondement. Nous allons nous défendre avec tous les moyens légaux nécessaires", a répondu à l'AFP une porte-parole de Daimler.

"Nous ne pouvons commenter une action judiciaire en cours", a pour sa part déclaré un porte-parole de BMW, tandis que Volkswagen n'a pas souhaité commenter.

Cette affaire vient rajouter aux contentieux touchant les constructeurs allemands depuis l'éclatement du scandale du Dieselgate en septembre 2015.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2017 à 13:45 :
Tant que cela ne les perturbe pas de payer trop cher des dumbphones fabriqués par des esclaves chinois sous prétexte que la marque est américaine ...
a écrit le 28/07/2017 à 15:00 :
Escroquerie deutsche Qualität, mais les teubés continuerons a croire que ces qui est allemand est forcément de qualité.
a écrit le 28/07/2017 à 14:26 :
Cocasse, l'UE et l'Allemagne ont grassement subventionner ces multinationales pour qu'au final non seulement elles trichent mais qu'en plus elles redonnent ces milliards aux américains sous formes d'amendes hallucinantes.

Voilà où l’individualisation des gains et socialisation des pertes mène à l'incompétence généralisée, à la dégénérescence des possédants.

"Acquérir de la puissance cela se paie cher, la puissance abêtit" Nietzsche
Réponse de le 29/07/2017 à 9:32 :
"Et l' appât du gain conduit toujours à cocufier le client " ...Moi
a écrit le 28/07/2017 à 13:13 :
Quelle bande de gros dégueulasses ..
Réponse de le 28/07/2017 à 18:57 :
J en était sur que tu allais dire ça.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :