Les enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV

 |   |  1266  mots
(Crédits : CHINA STRINGER NETWORK)
Tandis que plusieurs pays européens travaillent sur une nouvelle réglementation pénalisant le poids des voitures, le SUV et le 4X4 urbain sont dans la ligne de mire des associations environnementales. Ce segment est pourtant un gisement de profits conséquents pour les constructeurs automobiles, y compris français...

Le SUV est-il la nouvelle ligne de clivage de l'industrie automobile ? Depuis quelques mois, ces 4X4 urbains, souvent affublés du surnom péjoratif de "faux 4X4", cristallisent toutes les critiques: trop gros, trop lourds, trop polluants, trop dangereux...

Et le débat n'est pas tenu par une poignée "d'anti-bagnoles". Les autorités publiques prennent le sujet très au sérieux puisque plusieurs dispositions législatives sont en cours d'élaboration un peu partout en Europe. A la municipalité de Bruxelles, il est en effet question de dissuader l'accès à l'agglomération aux SUV à travers une taxe d'acquisition. En Allemagne, l'émotion a gagné l'opinion publique après la collision entre un SUV et des piétons entraînant la mort de ces derniers. Selon les associations, le fait que l'accident ait été le fait d'un de ces 4X4 n'aurait laissé aucune chance aux victimes. Plus proches de nous, en France, c'est une taxe sur le poids des voitures qui pourrait directement viser les SUV.

Un marché en croissance

Cette mauvaise presse désarçonne les constructeurs automobiles. Et pour cause, ils avaient du SUV leur principal moteur de croissance ces dix dernières années. Et depuis la fin des années 2000, ce segment de marché a régulièrement "surperformé", avec une croissance à deux chiffres.

L'arrivée du B-SUV avec le Nissan Juke en 2011, rejoint plus tard par les Renault Captur et Peugeot 2008, avait donné un élan supplémentaire à cette dynamique commerciale. Le SUV a même servi de planche de salut pour certaines marques, comme Seat qui ne cesse d'afficher des ventes en hausse depuis le lancement de son Ateca en 2016, suivi deux ans plus tard par l'Arona. Même les marques françaises ont renoué avec la croissance et les profits grâce à l'intégration de gammes SUV. C'est le cas de Renault avec son Kadjar, et de Citroën avec son C5 Aircross, mais aussi de PSA avec son Peugeot 3008, dont le succès phénoménal constitue la vache à lait du groupe.

Chez les marques dite Premium, les SUV sont devenus les nouveaux porte-drapeau de leur positionnement de marque statutaire, en lieu et place des grandes berlines. Les constructeurs ont même inventé le SUV coupé, qui n'est jamais que le même modèle avec un toit fuyant mais autrement plus cher... Sur certains marchés, comme les Etats-Unis et la Chine, le SUV est devenu un "must have", même s'il n'est plus une condition suffisante pour réussir sur ces marchés.

Bref, en vingt ans, le SUV a été élevé au rang de totem de l'automobile, supplantant les grandes berlines dans le rôle de voiture statutaire et de pourvoyeur de profits.

Autrement dit, la polémique sur les SUV tombe très mal pour les constructeurs automobiles au moment où les trois premiers marchés automobiles mondiaux ont ouvert un cycle baissier dont l'ampleur reste incertaine.

Les considérations environnementales ne freineraient pas les clients

Pour José Baghdad, associé responsable du secteur automobile chez PwC, le SUV ne semble pas encore impacté par l'essoufflement du marché:

"La demande de SUV reste soutenue, jusqu'à 40% des ventes sur certains marchés, et les clients ne sont pas freinés par des considérations environnementales."

Mais l'expert relativise l'enjeu financier du SUV :

"Le segment du SUV est très rentable, mais, dans un contexte de concurrence accrue, il l'est moins qu'il y a cinq ans. Certaines marques ont perdu jusqu'à 5 points de marge opérationnelle sur leur SUV."

Il est vrai que sur le SUV du segment B, on est passé de trois modèles en 2012 à une vingtaine aujourd'hui.

L'exemple du diesel

Le débat sur le SUV rappelle celui sur le diesel lorsqu'en 2011 l'Organisation mondiale de la santé avait classé ce carburant comme cancérogène. L'opinion publique s'est ensuite emparée progressivement du sujet, les politiques ont suivi en prenant des mesures qui ont fait plonger les ventes. En moins de trois ans, les ventes de diesel se sont effondrées en Europe, et plus particulièrement en France, où, il est vrai, cette technologie était très fortement implantée  (77% des ventes).

Chez les constructeurs, on se targue d'avoir des projections à moyen terme à peu près fiables, mais ils admettent que ce genre de revirement de l'opinion publique est difficilement modélisable. Pour Guillaume Crunelle, associé et spécialiste de l'industrie automobile chez Deloitte, l'appétence de la société aux considérations environnementales joue contre le SUV.

"Dans le débat sur le SUV, il y a un principe simple qui joue en sa défaveur, c'est le rapport du poids et de l'aérodynamisme dans la consommation de carburant", fait-il valoir.

Mais les analytes relativisent le procès environnemental fait aux SUV. Pour José Baghdad, le SUV est une bonne solution pour proposer des motorisations hybrides.

"C'est plus facile de proposer des hybrides sur des SUV car la structure de coût de ce segment permet d'absorber le surcoût de la technologie hybride". Un SUV équipé d'une motorisation hybride consomme nettement moins qu'une petite berline entièrement thermique", explique l'analyste de PwC.

Et d'ajouter :

"Les voitures de segment A (type Twingo ou C1) sont menacées par l'inflation des technologies de dépollution imposée par les nouvelles réglementations."

Ces technologies sont trop chères pour être introduites sur ces petites voitures.

Le passage de la berline au SUV fait baisser les émissions de CO2

De son côté, Guillaume Crunelle observe "une tendance qui indique que certains des propriétaires de SUV roulaient auparavant dans des berlines de segment supérieur, modérant dans ce cas l'impact net CO2 du SUV".

Autrement dit, l'avènement du SUV s'est fait au détriment des segments supérieurs des berlines classiques. En guise d'exemple, une Renault Talisman (berline de segment D) émet entre 128 et 164 grammes de CO2 au kilomètre (en fonction des motorisations et finitions). Cette fourchette passe de 112 grammes à 136 maximum, sur un Kadjar, un SUV de segment C.

Le poids de la règlementation dans la structure des marchés

En France, les constructeurs français rappellent qu'une telle réglementation risque de peser sur leur compétitivité. Et de rappeler les raisons comment la règlementation a conduit les constructeurs français et allemands à se spécialiser sur certains types de carrosserie dans les années 1980 et 1990.

Ainsi, la fiscalité française favorable aux petites voitures a encouragé les constructeurs automobiles tricolores à se spécialiser sur cette catégorie. Ce faisant, ils ont quelque peu délaissé les segments supérieurs, à l'inverse des marques allemandes. Résultat, ces dernières ont ainsi pu creuser l'écart sur les grandes berlines pendant que les Français devenaient les champions européens des petites voitures avec la Clio et la 208.

S'il n'exclut pas l'effet structurant sur le marché qu'entraînerait la mise en place d'une fiscalité sur le poids de la voiture, Guillaume Crunelle estime néanmoins que "pour évaluer son véritable impact, il faut déterminer à quel point cette fiscalité serait progressive et si elle neutraliserait l'effet d'élasticité prix qui protège en théorie les ventes de certains véhicules premium".

Le législateur est en train de réfléchir à une formule équilibrée qui pénalise le poids sans pour autant impacter les SUV hybrides ou 100% électriques.

José Baghdad rappelle, lui, que, dans un contexte réglementaire très contraint, les SUV sont de toute façon condamnés à baisser leurs émissions de CO2 : "Ils émettront à l'avenir eux aussi moins de CO2", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2019 à 10:11 :
De toutes façons c’est juste un segment particulier. S’il décline ce sont d’autres segments qui vont croitre. Comme quand la part de marché du diesel baisse c’est l’essence qui croît de nouveau. C’est juste un jeu de vases communicants.
a écrit le 09/12/2019 à 7:44 :
Les nouveaux khmers verts ont encore frappés...ils vont bientôt s'attaquer à tout ce qui bouge ! C"est l'écologie punitive et totalitaire !
Réponse de le 09/12/2019 à 10:07 :
Quels khmers verts? “le débat n'est pas tenu par une poignée "d'anti-bagnoles". Les autorités publiques prennent le sujet très au sérieux puisque plusieurs dispositions législatives sont en cours d'élaboration un peu partout en Europe.”
a écrit le 08/12/2019 à 18:57 :
La polémique est idiote. les politicards se sont encore jeté sur un sujet qu'on leur a lancé comme un os à ronger. Ils n'ont rien d'autre à foutre?

Il n'y a pas de différence fondamentale entre la majorité des SUV et les véhicules classiques. Bien fou celui qui voudrait faire la différence entre un SUV, un crossover ou même des véhicules plus classiques. Pour la plupart c'est juste une question d'habillage et de garde au sol.
Et même la traction sur les 4 roues n'est pas la marque d'un gros truc poussif et glouton. Cf la Panda.

Et comme souligné avec justesse, plus c'est gros, moins c'est aérodynamique et en général plus c'est lourd, donc plus ça consomme et donc plus ça rapporte en taxes sur le carburant.
a écrit le 08/12/2019 à 10:19 :
On peut revenir a la "deuche"...? Mais notre "ego" ne le supporterai pas, de plus... on n'a plus "le temps" d'aller d'un point "A" a un point "B" !
Réponse de le 08/12/2019 à 19:05 :
Le problème c'est qu'avec tous les équipements de sécurité obligatoires, la deuche a doublé de poids et elle ne bougera pas.
Dernier truc rendu obligatoire, la géolocalisation et le déclenchement automatique d'un signal de détresse en cas de déclenchement des airbags. Je ne suis pas sûr que ca sauve des masses de vie, mais ca veut dire que tous les véhicules seront désormais susceptibles d'être mis sous surveillance.

Le succès des Dacia a au contraire prouvé que les gens investissent de moins en moins leur ego dans les voitures et sont près à acheter un véhicule minimaliste et moche s'il n'est pas cher.
a écrit le 07/12/2019 à 22:04 :
Voila, nous sommes 3, nous constituons une ONG et avec quelques copains journalistes nous pouvons faire entendre notre voix dans les instances gouvernementales. J'ai résumé le poids réel d'une ONG environnementale type Duflo... La dessus les politiques en mal de projet, sic, reprennent le sujet. Une manipulation honteuse et surtout non démocratique en découle pour mettre des taxes pour boucher les trous du budget. Je rappelle que le candidat écolo a fait 2% au présidentielle et 13% au européenne élection non démocratique par essence à cause des ententes PPE et PSE au parlement pour se distribuer les postes. 13%, très loin de la majorité qui est, je rappelle, de 50%. Alors, fermons les usines, retournons dans nos grottes et viront les subventions à toutes ces ONG et Associations qui s'octroient des salaires honteux avec nos impots. N'est pas Duflo, Gulliard et autres.... qui ne sont bien sur, pas bénévoles.
Réponse de le 08/12/2019 à 13:14 :
Duflo c'est Esther, économiste et prix Nobel.

L'écologiste c'est Duflot, Cécile.
a écrit le 07/12/2019 à 18:15 :
De deux choses l'une, à catégorie équivalente, soit les SUV consomment plus, soit ils ne consomment pas plus que les autres voitures.
S'ils consomment plus, ils sont déjà pénalisés par la taxation faramineuse des carburants et les malus éventuels.
S'ils ne consomment pas plus... alors pourquoi diable vouloir les pénaliser ?
Réponse de le 07/12/2019 à 21:46 :
Ils consomment plus (plus lourds, roues plus large, cx moins bon) et sont une catastrophe pour piétons et cyclistes en cas d'accident
Réponse de le 08/12/2019 à 18:20 :
Mais c'est du bon sens, or dans notre énarchie le bon sens n'a plus court!
a écrit le 07/12/2019 à 11:52 :
Il faudrait plus de discernement : on ne peut comparer un Captur ou un 3008 avec un Q7 ou un Cayenne : tout dépend de l’usage qui en est fait.
Les SUV petits ou moyens remplacent les monospaces qui ne sont plus à la mode. Les familles apprécient et tous ceux qui veulent un véhicule utile.
Mais il ne faut pas oublier que la position haute des passagers des SUV est aussi rassurante à côté des camions et autres utilitaires qui roulent à 160 et plus.
La position haute est aussi appréciée de tous ceux qui ont des difficultés à s’extrai De voitures basses.
Par contre, les vrais 4x4 lourds et puissants qui ne voient jamais un chemin de terre ne servent qu’à affirmer le prestige supposé du conducteur. Ils sont actuellement à la mode chez quelques nouveaux riches mais ça passera et on reverra des berlines sophistiquées pour les remplacer. C’est la magie de la voiture : elle porte le statut social ! Parce que ce n’est jamais un bon investissement.
a écrit le 06/12/2019 à 22:45 :
Que de polémiques pour tenter de résoudre un problème qui est insoluble! SUV ou pas, le dogme de la croissance est en contradiction avec les impératifs ecologiques.
Faut il ne rien faire ? Je ne suis pas climato sceptique, mais je doute que nous arrivions à un minimum de résultat sur le ralentissement du réchauffement climatique.
Ce qui est certain c'est que les fabricants d'antidépresseurs ont de belles années devant eux vu le niveau d'anxiété que génère ce "probléme".
a écrit le 06/12/2019 à 22:24 :
Voilà les khmers prennent le pouvoir.
Nous ne sommes plus dans une société libre.Une tripotée d’associations bien pensantes nous dicte ce qu’on doit acheter manger voter
a écrit le 06/12/2019 à 21:42 :
SUV un acronyme qui ne veut rien dire est qui symbolise une gamme de véhicules de plus en plus lourds. Il fallait y mettre un terme sinon le prochain cap c’est 3 tonnes et la pollution qui va avec.
a écrit le 06/12/2019 à 20:17 :
Le SUV n'impose pas un poids excessif, je possède un 4x4 "vrai" avec vitesses lentes et crabots, avec sa roue extérieure le pare buffle j'en suis très fier, construit comme un poids-lourd, il ne dépasse pas 1450kg, cad moins qu'une c5, mondéo, bmw etc.
Un Suv n'a pas une boîte de 70kg des cardans en plus, cad 100 km de moins, ben le X5 bmw du fils dépasse les 2 tonnes c'est du délire et se comporte bien moins que mon 4X4 dans la boue, et 12l de gasole aux 100 perso soucieux d'écologie je tourne à 10 l de gpl aux 100, c'est silencieux et sans odeur.
a écrit le 06/12/2019 à 19:39 :
IL n'y en a que contre les avions qui consomment 3l au 100, alors que ces SUV consomment bien plus!
Pourtant, ces véhicules sont devenus la norme sur l'autoroute !
a écrit le 06/12/2019 à 16:16 :
Une fois de plus on veut légiférer sans fixer aucun objectif. La seule question est de combien diminue nos rejets CO2 si vous taxer. Sans cette donnée taxer est un acte stupide.
a écrit le 06/12/2019 à 15:00 :
Tout en conservant les caractéristiques dimensionnelles une baisse significative du poids serait souhaitable : aluminium, fibre de carbone, composites . . . sans gréver exagérément le coût ?
a écrit le 06/12/2019 à 14:33 :
S.U.V = Sport-Utility-Vehicle.
Je me demande toujours quel genre de sport un SUV peut-supporter ?
Sur mon C3-Picasso, je peux embarquer mes sacs de golf et leur supports à roulettes,
mon caisson de camping, mon porte-vélos de toit avec deux vélos, mon rack pour tous mes skis, alpins ou nordiques, mon kayak, ...etc. et je vois tout autour avec de larges vitres et un toit panoramique. Aller voir avec un SUV, qui, il est vrai ne quitte jamais les quartiers des bobos urbains !!
Réponse de le 06/12/2019 à 14:57 :
Toutes choses égales par ailleurs, votre petit monospace C3 Picasso a les mêmes inconvénients qu'un SUV de taille comparable: sa masse et son SCx sont supérieurs à ceux de la berline C3 dont il est dérivé, il est donc énergétiquement moins efficient et consomme - un peu - plus.
Réponse de le 06/12/2019 à 21:09 :
c3 picasso?? tout est dit, mon pauvre ami.
Réponse de le 08/12/2019 à 17:11 :
Et même" rick-rack". Une bagnole "made in france"... Plus nivellement ar le bas que ça, tu meurs. Pauvre, pauvre petit homme...
Réponse de le 08/12/2019 à 17:42 :
@nettrc
Aux USA, mon fils ( à Miami ) et ma fille ( à Minneapolis ) ont un SportAge-Kia, une Subaru Forrester et un... pick-up truck !!!!
a écrit le 06/12/2019 à 14:30 :
Ce ne sont pas le monospaces ou SUVs qu'il faut taxer, il faut limiter le nombre de naissance, le pays croule sous le poids des inactifs...car pas assez de travail pour tout le monde. Par ailleurs, ne serait-ce pas le bon moment de repenser ce qu'est la valeur, autrement que par le travail.
a écrit le 06/12/2019 à 12:35 :
Il y a deux choses ridicules dans ces polémiques. Tout d'abord qu'est-ce qu'un SUV sinon l'équivalent esthétique et le remplaçant du monospace ? Le type même du véhicule utilisé par les familles qui ont besoin d'espace pour les enfants et les bagages. A-t-on jamais cherché à pénaliser les monospaces ? Les assoces écolos veulent en découdre avec les SUV comme elles voulaient en découdre avec les 4x4. Je souhaite d'ailleurs bien du plaisir au législateur pour définir ce qu'est précisément un SUV... La deuxième chose ridicule dans cette affaire est l'ajout du critère poids dans le calcul du bonus-malus. Ce critère est parfaitement redondant avec les émissions de CO2, pour la bonne raison que celles-ci sont déjà proportionnelles au poids (un véhicule lourd consomme plus). Le problème du législateur en matière automobile est qu'il est le plus souvent incompétent. On l'a vu avec les nouvelles normes de dépollution qui éradiquent de fait les petits véhicules peu émetteurs de CO2. On l'a vu avec le 80 km/h qui n'a eu aucun impact sur la mortalité routière mais a été le premier déclencheur de la pire crise sociale que la France a connu depuis des décennies. On l'a vu avec la volonté d'en finir avec le diesel qui a fait repartir à la hausse les émissions de GES du transport routier... Et on le voit encore avec cette nouvelle polémique sans queue ni tête...
a écrit le 06/12/2019 à 12:31 :
On se marre, le problème ce n'est pas les SUV, le problème c'est la bagnole, d'ailleurs ils en restera encore en train de rouler alors que quid des humains :-)
a écrit le 06/12/2019 à 12:19 :
Heureusement PSA a les SUV les plus légers du marché !
a écrit le 06/12/2019 à 12:06 :
Ce n'est certainement pas le cas dans tous les pays, notamment Asiatiques utilisant énormément de Pick-up et SUV pour le transport des charges moyennes et beaucoup moins de poids lourds, véhicules de 2 tonnes en moyennes. Ici nous avons misé sur les 38 tonnes et plus pour le moindre transport d'un colis de 10kg, véhicules envahissant les petites rue des villes et sentiers de campagnes, en gros une invasion de poids lourds. C'est notre choix.
Réponse de le 06/12/2019 à 12:54 :
Dommage que ces commentateurs ne connaissent pas le sujet , à savoir penser sérieusement qu'un 38 t circule avec un colis de 10 kg , c'est ridicule car le prix de transport est risible et idiot. Avant l'usine pouvait recevoir les marchandises dans l'enceinte par wagons SNCF , mais la dite SNCF n'était pas régulière et problème de grève , alors ce système a été abandonné , et seule solution le gros camion . J'ai vécu cette situation car patron : je parle d'expérience , pas de rumeur ou bêtises de comptoir.
Réponse de le 06/12/2019 à 14:07 :
Malheureusement des pays à croissance énorme en comparaison de la France utilisent largement moins de poids lourds, comment font-ils alors ?
Voyagez et sortez un peu de l'hexagone. Trop de poids lourds à usage inutile est largement relaté dans de nombreuses enquêtes publiques depuis longtemps.
Réponse de le 06/12/2019 à 19:00 :
Il n'y a pas de rapport entre le commentaire de "sergio" et la réponse qui lui est faite par fmr. Par ex, vous pouvez très bien avoir un transport de marchandise tourné préférentiellement vers la route (la france) avec des camions chargés convenablement par défaillance organisationnelle du transport marchandise ferroviaire (toujours la france). Ca ne veut pas dire que des poids lourds circulent quasi à vide.
Un peu de réflexion ne nuit pas ....
a écrit le 06/12/2019 à 11:22 :
De toutes les manières, la voiture individuelle non électrique va mourir alors suv ou pas le débat n’est plus là. Quand à la liberté de polluer elle n’a plus cour non plus. Être riche ne donne pas le droit de polluer la vie des pauvres, tout au plus une certaine sécurité c’est tout
Réponse de le 06/12/2019 à 12:41 :
Rien à voir avec la richesse... Un Dacia duster coûte moins cher qu'une Peugeot 208 ! Les SUV sont principalement utilisés par des familles qui ont besoin d'espace pour enfants et bagages.
Réponse de le 06/12/2019 à 14:36 :
La voiture électrique n'a aucun avenir, handicappée par ses batteries. l'avenir est aux voitures à hydrogène et au moteur Stirling.
Réponse de le 06/12/2019 à 15:09 :
Si on parle de famille avec enfants+bagages, la comparaison est plus à faire avec les vans genre Touran, Scenic. Lodgy chez Dacia.

Et là, l'argument "c'est moins chér" ne tient pas. Le prix d'achat est le même mais:
Dacia Duster 6,6l au 100, 445l de coffre
Dacia Lodgy , 6,1l au 100,, 827 l de coffre

Soit quasi le doube de place pour une conso plus petite. L'argument écologique par contre, bof. Les 2 polluent à peu près autant. (150g contre 140g)
a écrit le 06/12/2019 à 11:20 :
Si les SUV font davantage de morts parmi les piétons que les berlines classiques, ce doit être facile à établir. Mais est-ce vraiment le cas ? Cherchez les morts et le véhicule qui les a causés, vous nous donnerez la réponse...
a écrit le 06/12/2019 à 10:40 :
Le malus est fonction de la pollution...qui est fonction de la consommation...qui est fonction notamment du poids, mais ça ne fait rien ajoutons une taxe en fonction du poids...taxer, taxer, taxer c'est tout ce que savent faire nos dirigeants. La France fait 0.9% des émissions de CO2 dans le monde, la part des SUV immatriculés en France doit être de 0.1 ou 0.2 grand maximum. Ca fera un grand impact pour la planète si on baisse ce pourcentage, même de 10%: cela nous ferait du 0.01% d'impact!! De qui se moque t on: le seul sujet c'est de taxer tjs plus cette vache à lait qu'est l'automobiliste
a écrit le 06/12/2019 à 8:49 :
"les SUV sont de toute façon condamnés à baisser leurs émissions de CO2"

Oui oui bien sûr ! Comme chez les constructeurs allemands !

On nous prend pour des gonds au nom du pognon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :