Les SUV pourraient demain perdre du terrain avec la déferlante des voitures électriques, selon Hyundai France

L'an dernier, le constructeur sud-coréen a vu ses immatriculations bondir en France de 4,1%, à 47.106 véhicules. Une performance tirée par les ventes de voitures électriques qui profitent non seulement des aides de l'Etat mais aussi de l'augmentation du prix de l'essence. Particulièrement prisés, les SUV sont néanmoins freinés par leur prix et leur poids.
(Crédits : Reuters)

Les ventes de voitures électrifiées ont le vent en poupe. Déjà bien aidées par les bonus à l'achat et le durcissement de la réglementation qui pénalise les voitures thermiques, elles ont également bénéficié du bond du prix de l'essence. « Après la hausse du tarif à la pompe, on a vu une augmentation de la demande passer de 20% à 40% du jour au lendemain », affirme Lionel French Keogh, directeur général de Hyundai en France.

*

Lire aussiEn 2035, il sera impossible d'acheter une voiture neuve à essence, diesel ou même hybride : seules les 100% électriques seront autorisées

Résultat : les modèles hybrides et électriques de la marque sud-coréenne ont respectivement bondi de 29% et 25% l'an dernier en France. Des locomotives qui ont entraîné une augmentation de 4,1% des immatriculations pour atteindre un record en France, à 47.106 véhicules. Une performance de taille dans un marché tricolore qui a chuté de 7,8% l'an dernier.

Et le constructeur asiatique veut aller plus loin en commercialisant cette année la deuxième génération de SUV Kona version électrique et hybride uniquement. Pour autant, le directeur général France n'est pas dupe, les véhicules électriques coûtent encore très chers avec des modèles présentés autour de 40.000 euros en moyenne. Selon lui, il faut obligatoirement se focaliser sur l'efficience des batteries électriques ainsi que sur le temps de charge des véhicules.

Lire aussiHyundai Kona électrique: un SUV compact encore plus dynamique

Les SUV séduisent... jusqu'à quand ?

Une chose est sûre, les SUV ont la cote. Décriés par certains qui les jugent polluants voire dangereux pour les autres usagers de la route, les ventes n'en finissent pas de grimper ces dernières années. Et Hyundai ne déroge pas à la règle : ses deux modèles plébiscités étant le SUV Tucson et le SUV Kona. Le sud-coréen a d'ailleurs enregistré un fort développement de la catégorie B en SUV (les citadines comme le Kona) qui rassemble 5,2% des ventes en 2022, contre 0,5% en 2017. Idem pour la catégorie C (les compactes comme le IONIQ 5 ou le Tucson) qui s'arroge 6% des ventes du groupe, contre 2,8% en 2014.

Un modèle qui séduit chez tous les constructeurs, mais jusqu'à quand ? Le prix très élevé de ces véhicules, notamment lorsqu'ils sont électriques, ainsi que leur poids seront potentiellement des freins à l'avenir. Afin de baisser les prix de vente des véhicules électriques, Lionel French Keogh voit plusieurs évolutions possibles sur le marché, comme la diminution du nombre de véhicules par foyer mais aussi et surtout une baisse du prix qui devra passer obligatoirement par une baisse du poids de la batterie.

« Les berlines électriques vont arriver progressivement sur le marché, cela baissera la vente des SUV. Les berlines sont plus légères, ce qui est un avantage pour l'électrique. » Une prévision qui va à contre-courant de la tendance actuelle mais qui souligne les grands défis du marché de l'électrique. « On a longtemps pensé que la massification de l'électrique allait baisser les coûts mais c'est loin d'être avéré. » Le patron a souligné à plusieurs reprises l'importance de l'efficience des batteries pour répondre à cet enjeu de prix des nouveaux véhicules avant l'interdiction de la vente des véhicules thermiques neufs en 2035 en Europe.

Lire aussiLes enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV

De grandes ambitions pour 2023

Hyundai a affiché de très belles performances en 2022 notamment sur les ventes aux professionnels qui ont augmenté de 14% par rapport à 2021, dans un marché global en recul de 7%. Ces résultats en hausse ont été permis grâce à une stratégie de stockage de composants de l'entreprise ce qui a permis au groupe de limiter les problèmes d'approvisionnement sur ses véhicules. La marque a aussi pu compter sur ses usines en Europe, les Kona notamment étant assemblées en République Tchèque, et ainsi éviter les problèmes liés au Covid en Chine.

De plus, Hyundai affiche clairement ses ambitions pour 2023 avec la sortie dès le premier trimestre de la IONIQ 6, qui sera vendue au même prix que la IONIQ 5 avec 100km d'autonomie supplémentaire et un design entièrement renouvelé. D'autres modèles phares comme la i30, la Santa Fe ou encore le Tucson seront aussi reliftés pour cette nouvelle année.

La marque souhaite aussi améliorer son réseau de distribution en favorisant les télévendeurs « pour les gens qui ont envie de consommer dans leur canapé ». Un nouveau moyen de vente lancé en 2021 qui s'accorde à la tendance des achats en ligne et que le groupe souhaite dynamiser. Pour les ambitions de résultats annoncés sur la nouvelle année, la marque reste prudente et espère garder sa part de marché au même niveau que 2022. Reste à voir si la demande suivra, à l'heure où l'inflation perdure et où le pouvoir d'achat est en forte baisse. Sur le mois de janvier, la plupart des constructeurs y compris la marque Hyundai ont vu leurs ventes reculer de 20%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 26/01/2023 à 7:17
Signaler
Vu l'inflation des ralentisseurs et autres obstacles sur nos routes, je ne vois pas comment on pourrai se passer des SUV. Même les marques de luxe sont obligées d'en vendre. Les constructeurs produisent aussi des SUV électriques. Bientôt peut-être de...

à écrit le 25/01/2023 à 20:11
Signaler
Mais non. Si la voiture électrique parvenait à s'imposer, leurs constructeurs se convertiraient au SUV électrique puisque ce type de carrosserie est la demande des clients. Tout comme les constructeurs de voiture thermiques se sont convertis au SUV. ...

le 26/01/2023 à 9:09
Signaler
"est la demande des clients " à que non ! ce sont les services marketing des constructeurs qui créent la demande comme nous avons eu les breaks , les monospaces et aujourd'hui les suv et l'élec dans un proche avenir ....

le 26/01/2023 à 11:29
Signaler
@ldx : les services marketing peuvent proposer tout ce qu'ils veulent, si les clients n'achètent pas c'est bien ces derniers qui font la tendance. En réalité, les services marketing répondent à une demande que le marketing analyse, révèle et explo...

à écrit le 25/01/2023 à 20:00
Signaler
Trop gros les SUV, trop bourgeois. Vive la sobriété heureuse en 4L

à écrit le 25/01/2023 à 19:58
Signaler
Trop gros les SUV, trop bourgeois. Vive la sobriété heureuse en 4L

le 26/01/2023 à 2:31
Signaler
Venez en Asie, vous serez etonne du nombre de bourgeois en suv et autres berlines de grand luxe. La France se pauperise a vitesse GV.

le 26/01/2023 à 8:36
Signaler
"Venez en Asie," Entouré de vieux et de dépressifs, c'est vrai que ça fait vachement envie.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.