Démission chez Uber d'un haut responsable du programme voiture autonome

L'hémorragie à la tête du géant américain des services de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) ne faiblit pas. Après les départs de la directrice de la communication et de deux hauts cadres, un responsable d'un des programmes les plus stratégiques du groupe jette à son tour l'éponge.
Le 25 mars 2017, à Tempa, en Arizona, un accident de la circulation impliquant une voiture autonome (le Suv Volvo renversé sur le côté) opérée par Uber Technologies.
Le 25 mars 2017, à Tempa, en Arizona, un accident de la circulation impliquant une voiture autonome (le Suv Volvo renversé sur le côté) opérée par Uber Technologies. (Crédits : HANDOUT)

Le 12 avril -la semaine dernière!- c'était la directrice de la communication, Rachel Whetstone qui jetait l'éponge sans un mot d'explication; en mars, c'était Jeff Jones, le tout nouveau responsable de la stratégie de partage (arrivé en septembre 2016). Aujourd'hui, Uber Technologies a annoncé que Sherif Marakby, son vice-président chargé des programmes de véhicules au niveau mondial avait quitté l'entreprise.

Spécialiste de la voiture autonome

Le groupe n'a pas expliqué les raisons de ce départ. Le dirigeant en question est resté lui aussi bouche cousue sur le sujet. Il s'agit pourtant du départ d'un rouage important dans la mécanique surpuissante du VTCiste dont le développement mondial fulgurant n'a d'égal que la capitalisation stratosphérique à 70 milliards de dollars. Venu de Ford il y a un an, Sherif Marakby a notamment contribué au lancement et au développement du programme de véhicule autonome. Dans un communiqué, il déclarait d'ailleurs à ce propos:

"La conduite autonome est l'un des défis les plus intéressants que j'ai rencontrés au cours de ma carrière et je suis reconnaissant d'avoir pu contribuer à ce qui sera bientôt un avenir plus sûr pour tout le monde."

Et pourtant, Travis Kalanick, fondateur d'Uber, mise beaucoup sur ce programme de voiture autonome : grâce à l'avènement des robots-taxis, le parc automobile en circulation dans les villes pourrait être réduit d'environ 50%, libérant jusqu'à 40% de l'espace de stationnement. L'idée est d'utiliser moins de véhicules mais à temps plein (un véhicule passe plus de 90% de son temps au garage) et ainsi de changer l'équation économique en terme d'amortissement.

     >lire : Pourquoi Uber mise autant sur la voiture autonome

Google accuse Uber d'avoir volé des plans de voiture autonome

Le groupe a connu plusieurs revers ces dernières semaines, dont des accusations de harcèlement sexuel par une ancienne salariée, ou encore une vidéo montrant le directeur général, Travis Kalanick, en train d'admonester un chauffeur Uber qui se plaignait de la baisse de sa rémunération.

Uber est également poursuivi en justice par la branche "voiture sans conducteur" d'Alphabet, maison mère de Google, qui l'accuse d'avoir dérobé des plans de Lidar, la technologie pour voiture autonome. Le groupe récuse ces accusations.

     >lire : Voiture autonome : qui est l'ingénieur au cœur de la plainte de Google contre Uber ?

Des comptes dans le rouge, un lourd échec en Chine

Vendredi, la société a dit avoir généré en 2016 un chiffre d'affaires de 6,5 milliards de dollars (6,1 milliards d'euros) au titre de 2016 ainsi qu'un doublement de ses réservations brutes, à 20 milliards. Mais Uber continue d'être dans le rouge, sa perte nette, soit hors la cession de ses activités en Chine intervenue l'an dernier, étant ressortie à 2,8 milliards de dollars l'an dernier.

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 18/04/2017 à 19:51
Signaler
Tempe, et pas Tempa, est un faubourg de Phoenix. Tampa est sur la côte ouest de la Floride.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.