Une filiale de Toyota condamnée pour pratiques discriminatoires

 |   |  206  mots
Des milliers de victimes de ces prêts autos majorés auraient été recensées par les autorités.
Des milliers de victimes de ces prêts autos majorés auraient été recensées par les autorités. (Crédits : reuters.com)
Une filiale du constructeur d'automobiles japonais en charge de prêts autos aux Etats-Unis va verser 21,9 millions de dollars pour discrimination raciale, ont annoncé les autorités américaines, mardi.

Sous le coup d'une enquête depuis 2013, Toyota Motor Credit a été condamné à une très forte amende pour avoir permis à des concessionnaires d'imposer de façon discrétionnaire une surcharge sur des prêts accordés à des acheteurs de voitures.

Ce mécanisme a été utilisé pour faire payer à des clients noirs ou asiatiques davantage pour leurs crédits autos que des Blancs présentant pourtant le même degré de solvabilité, a assuré le Bureau de protection des consommateurs américains (CFPB) qui menait l'enquête avec le Département de la Justice.

200 dollars de plus pour les clients noirs

En moyenne, l'écart était de 200 dollars pour les Noirs et de 100 dollars pour les autres minorités, selon les autorités qui ont recensé des "milliers" de victimes.

En réparation, cette filiale du géant nippon de l'automobile devra notamment abonder à hauteur de près de 22 millions de dollars un fonds destiné aux clients lésés par ces pratiques.

Dans un communiqué publié sur son site, Toyota Motor Services a nié toute "infraction" et toute discrimination et assuré n'avoir en tant, que prêteur indirect, aucune visibilité sur "la race de ses clients et des demandeurs de crédits".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :