Pfizer relève son offre sur AstraZeneca... qui la rejette

 |  | 363 mots
Lecture 2 min.
L'américain Pfizer proposerait jusqu'à 63 milliards de livres pour s'offrir le groupe AstraZeneca.
L'américain Pfizer proposerait jusqu'à 63 milliards de livres pour s'offrir le groupe AstraZeneca. (Crédits : reuters.com)
Le numéro un mondial du médicament convoite le britannique AstraZeneca. Pour l'obtenir, il est serait prêt à y mettre le prix. Le patron du groupe serait même allé jusqu'à rencontrer des membres du gouvernement.

AstraZeneca fait monter les enchères. Le géant américain Pfizer, qui convoite son rival britannique, a accepté de rallonger la note. Il offre désormais 50 livres par action (soit une offre totale de 63 milliards de livres, 77 milliards d'euros environ), d'après une information publiée par l'agence Bloomberg le 1er mai, et confirmée dans un communiqué.Peut après cette annonce le laboratoire britannique a répliqué en indiquant qu'il jugeait cette proposition encore sous-évaluée. 

Ce relèvement de l'offre allait pourtant dans le sens de plusieurs analystes qui estimaient qu'elle devrait être relevée à 50 livres par action au moins si Pfizer veut avoir une chance de convaincre AstraZeneca. Ce dernier n'a pas jugé le montant suffisant. 

Opération séduction à Londres

Le numéro un mondial s'est déjà vu opposer deux refus. Son offre précédente valorisait AstraZeneca 58,8 milliards de livres (46,61 livres par action). Une somme déjà très élevée qui ferait de cette transaction la plus coûteuse de l'histoire pour une compagnie britannique.

Raisons fiscales

Deux éléments principaux motiverait ce projet de fusion chez Pfizer. D'une part, l'arrivée à expiration d'un certain nombre de brevets qui pèse sur ses résultats, rend particulièrement intéressantes certaines spécialités d'AstraZeneca dans l'oncologie. D'autre part, des raisons fiscales relevées par le groupe britannique lui-même, inciteraient Pfizer à choisir d'installer son siège - mais pas forcément ses laboratoires - au Royaume-Uni. 

>>  Pourquoi les "big pharmas" reprennent leurs grandes manoeuvres

 En vertu de la réglementation outre-Manche, Pfizer doit se prononcer avant le 26 mai. Soit le groupe dépose une offre ferme, soit il renonce. 

AstraZeneca bondit, Pfizer chute

Mais déjà, ces rumeurs font bondir en Bourse le titre du groupe britannique. Depuis le début de la semaine, l'action a bondi de plus de 18%. Lundi celui-ci a grimpé de 14,38% et gagné 3,24%  jeudi, avant même la publication de ces informations par Bloomberg, pour terminer à 48,15 livres à la Bourse de Londres. Pfizer s'en sort moins bien. Après la diffusion de la dépêche, le titre Pfizer cédait 0,67% à 31,07 dollars vers 18h00 GMT à Wall Street.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :