Maladies du foie : les biotechs françaises intéressent les géants pharmaceutiques

 |   |  635  mots
A l'heure où la pression sur les prix croît, et la concurrence se fait plus pressante dans certains domaines thérapeutiques, les maladies du foie présentent des besoins thérapeutiques non satisfaits et représentent donc un important relais de croissance potentiel.
A l'heure où la pression sur les prix croît, et la concurrence se fait plus pressante dans certains domaines thérapeutiques, les maladies du foie présentent des besoins thérapeutiques non satisfaits et représentent donc un important relais de croissance potentiel. (Crédits : Reuters)
Roche et Novartis ont contribué aux 37,5 millions d'euros levés par la société française Vivet Therapeutics pour s'attaquer à une maladie rare du foie. Inventiva et Genfit suscitent également l'intérêt des géants pharmaceutiques dans la NASH, une autre pathologie touchant l'organe. Le marché potentiel des maladies du foie aiguise l'appétit des big pharmas.

C'est un montant rare en France pour une première levée dans le secteur des biotech. Vivet Therapeutics a levé 37,5 millions d'euros suite à "un tour de financement de plusieurs mois clôturé fin mars", précise à La Tribune, Jean-Philippe Combal, président de la société. Parmi les contributeurs, elle compte deux big pharmas : Novartis et Roche.

Vivet Therapeutics, qui développe des thérapies géniques (introduction d'un gène dans une cellule pour soigner une pathologie) afin de traiter des maladies métaboliques d'origines génétiques, des maladies du foie en particulier, compte démarrer les essais cliniques en 2018 grâce à cet argent frais. Priorité sera donnée au VTX801, un produit thérapeutique s'attaquant à la maladie de Wilson - cette affection touche une personne sur 30.000 et génère une accumulation toxique de cuivre dans l'organisme, pouvant nécessiter à terme des greffes de foie.

Inventiva et Genfit jouent les premiers rôles dans la "maladie du foie gras"

Outre Vivet Therapeutics, deux autres biotechs françaises suscitent un vif intérêt des grandes sociétés pharmaceutiques dans les maladies du foie. "Il y a une attractivité majeure des labos pharmaceutiques pour les maladies métaboliques", estime Jean-Philippe Combal.

Ainsi, via le fonds d'investissement Novo A/S, le laboratoire danois Novo Nordisk s'est engagé à prendre dix millions d'euros d'actions d'Inventiva lors de l'introduction en Bourse de la biotech. La société dijonnaise a su séduire le laboratoire pharmaceutique à la recherche de nouveaux relais de croissance, grâce à l'IVA337, son médicament candidat phare. Ce traitement agit contre la NASH ( stéatose hépatique non alcoolique, surnommée la "maladie du foie gras humain"), une pathologie due à une alimentation trop riche, qui peut évoluer en fibrose, cirrhose et cancer de l'organe.

Toujours dans la NASH, Genfit, avec son traitement Elafibranor en phase III (dernière étape avant un potentiel lancement sur le marché), suscite un vif intérêt des laboratoires pharmaceutiques. Au point d'aiguiser fortement l'appétit d'acheteurs potentiels. Comme en 2015, le cours de la biotech a fortement augmenté fin 2016, dopé par des informations de Bloomberg évoquant une possible vente de Genfit. Avec Novartis, Shire et Sanofi comme prétendants à un rachat. Selon un article du site Street Insider, publié fin mars, Novartis s'est dit proche d'un accord avec la biotech française.

Un marché potentiel à plus d'une vingtaine de milliards de dollars

"Peu de sociétés pharmaceutiques ont eu une réelle compétence dans la recherche contre la fibrose", expliquait Pierre Broqua directeur scientifique d'Inventiva pour justifier l'importante attention prêtée par les grands laboratoires pharmaceutiques.

Les biotechs françaises doivent toutefois confirmer. Elles n'ont pas signé d'importantes transactions comme d'autres sociétés biopharmaceutiques à l'étranger. Et les transactions se sont multipliées ces deux dernières années dans les maladies du foie.

Dans la NASH, Tobira a été racheté par Allergan en 2016, puis ce dernier s'est associé à Novartis. Le géant pharmaceutique suisse a lui-même conclu un partenariat avec la biotech Conatus en début d'année. Gilead a quant à lui acquis le programme contre la NASH de Nimbus Therapeutics. Ou encore, toujours dans ce domaine thérapeutique, MSD s'est associé à la biotech NGM. D'autres big pharmas recherchent des opportunités, à l'instar de BMS et Pfizer.

Ces mouvements sont logiques, à l'heure où la pression sur les prix croît, et la concurrence se fait plus pressante dans certains domaines thérapeutiques. Les maladies du foie présentent des besoins thérapeutiques non satisfaits et constituent donc un important relais de croissance potentiel. Ainsi, les produits thérapeutiques contre la NASH pourraient représenter un marché de 40 milliards de dollars en 2025, selon les analystes de Deutsche Bank. D'autres analyses plus modestes penchent plutôt pour une vingtaine de milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2017 à 8:36 :
" .... les maladies du foie présentent des besoins thérapeutiques non satisfaits et représentent donc un important relais de croissance potentiel. ... "
Le cancer du liberalisme en UNE phrase : profit-rendement-fric !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :