Sanofi espère empocher plus d'un milliard par an avec le premier vaccin contre la dengue

 |   |  388  mots
La mise au point du vaccin Dengvaxia a pris 20 ans et coûté 1,5 milliard d'euros d'investissements en recherche-développement et outil industriel à Sanofi Pasteur.
La mise au point du vaccin Dengvaxia a pris 20 ans et coûté 1,5 milliard d'euros d'investissements en recherche-développement et outil industriel à Sanofi Pasteur. (Crédits : Robert Pratta/Reuters)
Le laboratoire pharmaceutique a décroché la première autorisation de mise sur le marché pour le Dengvaxia au Mexique, où la maladie sévit" gravement. A terme, il pourrait générer plus d'un milliard de dollars par an, selon le PDG de Sanofi Pasteur, la branche "vaccin" de Sanofi.

C'est une première mondiale. Sanofi Pasteur, la division vaccins de Sanofi, a décroché mercredi 9 décembre au Mexique la première autorisation de mise sur le marché pour son tout premier vaccin pour la prévention de la dengue, le Dengvaxia.

"Dans l'histoire de la santé publique c'est un moment très important", et "dans le domaine des vaccins c'est l'innovation de la décennie", a estimé Olivier Charmeil, le PDG de Sanofi Pasteur, dans un entretien à l'AFP.

"Ce vaccin a potentiellement un statut de blockbuster", c'est-à-dire qu'il pourrait générer à terme plus d'un milliard de dollars de revenus par an, a-t-il ajouté.

Sa mise au point a pris 20 ans et coûté 1,5 milliard d'euros d'investissements en recherche-développement et outil industriel. Selon les derniers résultats des études cliniques, le Dengvaxia offre une protection contre la Dengue de 66% aux individus vaccinés de 9 ans et plus, et évite à 80% le risque d'hospitalisation.

Un défi pour la recherche

La dengue était jusqu'à présent un défi pour la recherche pharmaceutique, car étant causée par quatre virus distincts, un vaccin efficace devait nécessairement induire une réponse immunitaire protectrice contre ces quatre sérotypes à la fois.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMs), cette maladie transmise par les moustiques est celle dont l'expansion mondiale est actuellement la plus rapide, avec près de 400 millions de nouvelles infections chaque année.

Susceptible d'entraîner une forte fièvre incapacitante, la dengue engendre aussi des douleurs osseuses et articulaires. La forme sévère de la maladie, la dengue hémorragique, tue 22.000 personnes par an, selon l'OMS. Environ 4 milliards de personnes y sont potentiellement exposées en Amérique latine et centrale, Afrique et Asie-Pacifique.

100 millions de doses produites par an en 2017

D'ici la fin du mois, Sanofi Pasteur aura déposé des demandes d'autorisation du Dengvaxia dans 20 pays totalisant 2 milliards de personnes, selon son PDG.

"Nous attendons d'autres enregistrements en Asie et en Amérique latine dans les prochaines semaines", a-t-il ajouté.

Un dépôt pour l'Union européenne est prévu début 2016 et pour les Etats-Unis courant 2017, a-t-il précisé. Quelques millions de doses sont déjà prêtes pour des livraisons rapides, et Sanofi Pasteur vise une capacité annuelle de production de 100 millions de doses à partir de 2017.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2015 à 18:27 :
Est-ce qu'on a une idée des retombées de ce vaccin pour l'économie française ? (sites de production, etc...). Du poids que cela représente dans le CA du groupe ?
a écrit le 29/12/2015 à 18:27 :
Est-ce qu'on a une idée des retombées de ce vaccin pour l'économie française ? (sites de production, etc...). Du poids que cela représente dans le CA du groupe ?
a écrit le 10/12/2015 à 12:45 :
Ils auraient beaucoup plus de succès avec un vaccin contre les "dingues" qui nous gouvernent :-) !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :