Sanofi et Regeneron révisent leur partenariat en immuno-oncologie

 |   |  403  mots
(Crédits : Christian Hartmann)
Le géant pharmaceutique français Sanofi et son allié américain Regeneron recentrent leur partenariat de découverte et de développement en immuno-oncologie, qui va désormais se concentrer sur deux produits déjà en développement clinique, ont-ils annoncé ce lundi.

Les deux groupes ont sélectionné deux anticorps dits "bispécifiques" (capables de cibler deux types de récepteurs à la fois dans l'organisme, au lieu d'un seul) pour les développer ensemble, en vue de traiter certains cancers.

Le partenariat entre les deux groupes dans l'immuno-oncologie avait démarré en 2015 et devait initialement se terminer courant 2020.

Sa révision permettra à Sanofi de bénéficier d'"une flexibilité accrue pour avancer indépendamment sur ses produits en immuno-oncologie à un stade de développement plus précoce", tandis que Regeneron conservera "tous ses droits sur ses autres programmes de recherche et développement en immuno-oncologie", selon un communiqué.

Après cette annonce, le titre Sanofi reculait de 1,61% à 74,13 euros dans un marché parisien pratiquement à l'équilibre (-0,07%).

Sanofi va verser 462 millions de dollars (environ 404 millions d'euros) à Regeneron pour solder ses paiements dus au terme de leur accord d'origine en immuno-oncologie, dont 120 millions de dollars de frais de développement pour les deux anticorps sélectionnés et des frais de résiliation des autres programmes faisant partie de l'accord d'origine.

Rattraper le retard dans le secteur de l'immuno-oncologie

Cette collaboration a été fructueuse puisqu'elle a déjà donné naissance à Libtayo (cemiplimab), une nouvelle immunothérapie ayant reçu en septembre dernier l'approbation de l'agence américaine du médicament (FDA) pour traiter un type de cancer de la peau.

Les accords existants entre Sanofi et Regeneron sur le développement et la commercialisation de Libtayo ne sont pas remis en cause par la révision de ce partenariat, est-il précisé dans le communiqué.

L'immuno-oncologie est un axe thérapeutique en pleine expansion dans la lutte contre le cancer, qui à l'inverse des traitements conventionnels ne s'attaque pas directement aux tumeurs, mais vise à réactiver les défenses du système immunitaire contre ces dernières.

Sanofi a tardé à se lancer dans ce domaine très porteur mais a commencé à rattraper son retard ces dernières années, grâce notamment à son alliance avec Regeneron.

Désormais, le laboratoire français dispose aussi de ses propres programmes de développement en la matière, et il a également divers partenariats en cours avec d'autres biotechs actives dans ce domaine.

Vendredi dernier, le groupe a par exemple renforcé ses liens avec la biotech allemande BioNTech, en investissant 80 millions d'euros dans son capital pour co-développer une immunothérapie anti-cancéreuse sur le point d'entrer en phase clinique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :