Onze pays européens n’envisagent pas de sortir du charbon

 |   |  580  mots
En 2030, la production d'électricité en Europe se concentrera surtout en Pologne et en Allemagne.
En 2030, la production d'électricité en Europe se concentrera surtout en Pologne et en Allemagne. (Crédits : China Daily CDIC)
Plusieurs États européens – Pologne en tête – ne prévoient pas de baisse significative ou de sortie du charbon, tout en bénéficiant de fonds européens pour la transition énergétique. Un article de notre partenaire Euractiv.

L'analyse des 28 projets de plans nationaux en matière d'énergie et de climat soumis par les États à la Commission européenne révèle que certains pays n'ont aucune intention de se priver du charbon. Selon les ONG Réseau Action Climat Europe et Sandbag, 11 pays ne prévoient qu'une légère diminution, voire pas de diminution du tout, de leurs capacités d'ici 2030, Seuls huit États membres proposent concrètement d'éliminer le charbon de leur bouquet énergétique. Deux pays ont promis de le faire, mais sans spécifier de date. Un niveau d'engagement bien en deçà de ce qui est nécessaire pour respecter l'accord de Paris pour le climat, selon lequel le charbon doit être éliminé aussi rapidement que possible partout dans le monde, afin de limiter le réchauffement planétaire à 2°C. Pour les régions riches, comme l'Europe, cela revient à éliminer le charbon d'ici 2030, au plus tard.

« Notre analyse montre que l'UE passera bien loin de son objectif climatique », préviennent CAN Europe et Sandbag. Sur le papier, les capacités liées au charbon encore présentes en 2030 se concentreront dans six États : Pologne, Allemagne, République tchèque, Bulgarie, Roumanie et Grèce. Il devrait alors y avoir 60 GW de capacités installées dans toute l'UE, soit 58 % de moins que les 143 GW actuels. 22,9 GW seront en Pologne et 17 GW en Allemagne. Cela ne veut pas dire qu'aucun effort n'est fait. C'est aussi en Allemagne, par exemple, que le plus de capacités seront éliminées : -61 %, de 44,4 à 17 GW. Le Royaume-Uni est aussi ambitieux et prévoit de passer de 11,6 GW à zéro. Par contre, en Pologne, la réduction est plus modeste, à seulement 15 %, de 26,9 à 22,9 GW. La Slovaquie, la Slovénie et la Bulgarie ne prévoient quant à elles aucun changement d'ici 2030. Elles produisent respectivement 0,6, 1,0 et 4,7 GW.

« Les retardataires du climat ne doivent pas s'en tirer comme ça »

Pour les groupes de défense du climat, c'est tout simplement inacceptable. « Nombre des États membres qui n'ont aucun plan de sortie du charbon bénéficient déjà de divers programmes européens de soutien à la transition énergétique et demandent davantage de financements », soulignent les auteurs de l'analyse. La Pologne est le pays qui demande des fonds supplémentaires avec le plus de véhémence, arguant que les fonds climatiques ont pour but de minimiser les aspects sociaux de la transition énergétique. Outre les milliards d'euros de fonds régionaux européens, les pays qui dépendent encore du charbon pourraient recevoir jusqu'à 26 milliards d'euros du Fonds de modernisation du marché du carbone entre 2021 et 2030.

« Les États membres dépendant du charbon veulent le beurre et l'argent du beurre », dénonce Charles Moore, de Sandbag. « La Commission européenne ne peut continuer à assister financièrement ces pays que s'ils présentent des projets concrets de sortie du charbon. » Joanna Flisowska, coordinatrice sur le charbon de CAN Europe trouve aussi que l'exécutif « doit demander des comptes aux gouvernements sur la qualité de leurs plans nationaux »« Les retardataires du climat ne doivent pas s'en tirer comme ça. L'UE doit contribuer à une transition énergétique juste dans les régions charbonnières, sur la base d'engagements crédibles et ambitieux clairement articulés dans les plans nationaux », ajoute-t-elle.

___

Par Frédéric Simon Euractiv.com (traduit par Manon Flausch)

(Article publié le vendredi 31 mai 2019 à 8:00)

___

 Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2019 à 9:41 :
Au moins c'est écrit que nous subventionnons l'énergie dans les pays de l'Est, qui produisent à bas couts détruisant nos industries... Ils doivent bien se marrer à nous voir nous faire doublement saigner....
Vive l'UE !!!
a écrit le 03/06/2019 à 6:59 :
m macron nous Français respecterons vos idees sur le climat
quand vous aurez reussi a faire reculer la consomation de charbon a l'allemagne a celle
du niveau de la France.
arretez de penaliser la France et les Français l'europe oui mais pas
comme elle est a ce jour a plusieur vitesse
tout comme la fiscalite
a écrit le 02/06/2019 à 20:37 :
Il faut couper les «  vannes » d’argent et «  aider » que par plan concret
C’est a dire conclure avec la Pologne un contrat pour installer des chaudières dernières générations pour faire reculer l’utilisation du charbon.

Il ne faut pas «  aider » avec de l’argent il faut aider matériellement directement en ciblant la problématique.

C’est «  ça » que l’Europe devrait faire, l’argent qui est donné est facile , c’est de l’assistanat , faut arrêter avec ces idéologies malsaines autour de l’argent.
a écrit le 02/06/2019 à 19:01 :
Et alors !!!!! on s'en fout
leur pollution ne traverse ni leurs frontières terrestres, aériennes, cotières.

Nous achetons à bon compte les produits délocalisés chez eux.
a écrit le 02/06/2019 à 10:23 :
et ils ont tous signé l'engagement climat de la COP 21 .
Macron va pas être content . ça fout en l'air tout son discours pour une Europe plus intégrée et solidaire , plus écologiquement vertueuse .
Camouflet et bras d'honneur en même temps ?
a écrit le 01/06/2019 à 23:56 :
Ce sont les renouvelables qui font le plus reculer charbon et gaz dans le monde de part leur compétitivité. Reste l'hydrogène et le P2G qui sont de plus en plus souvent compétitifs pour repousser définitivement les fossiles et le nucléaire qui n'aura bientôt plus aucun intérêt, est trop coûteux et est bien trop risqué face aux missiles hypersoniques
Réponse de le 02/06/2019 à 9:31 :
Je ne sais pas où vous prenez vos stats, mais c’est tout le contraire. La production d’électricité due au charbon augmente plus que celles due aux renouvelables. C’est L’agence internationale de l’energie qui le dit. Et même ou la production d’électricité renouvelable augmente elle entraîne une hausse de l’utilisation du gaz comme en Allemagne. Ce n’est pas pour rien que l’Allemagne Construit des gazoducs
Réponse de le 02/06/2019 à 17:11 :
Wiki a raison.

En 2018, les importations de gaz en Allemagne ont augmenté de 9,7%.
Ces importations ont coûté 23,7 milliards d'euros, en hausse de 23,4% par rapport à 2017.

Source.
REUTERS Germany imported 9.7 percent more gas in 2018, value up 23.4 pct
a écrit le 01/06/2019 à 23:56 :
Ce sont les renouvelables qui font le plus reculer charbon et gaz dans le monde de part leur compétitivité. Reste l'hydrogène et le P2G qui sont de plus en plus souvent compétitifs pour repousser définitivement les fossiles et le nucléaire qui n'aura bientôt plus aucun intérêt, est trop coûteux et est bien trop risqué face aux missiles hypersoniques
a écrit le 01/06/2019 à 19:40 :
Bon, c'est acté. Désormais que plus personne ne vienne nous faire "ch..r" avec notre nucléaire. Notre nucléaire, nos EPR, c'est tout de même mieux que le charbon...et ça produit sur un petite surface beaucoup plus que les inepties des immenses champs d'eoliennes ou des dizaines d'hectares de panneaux solaires, pour un production "intermittente"...comme ceux du spectacle ?
Réponse de le 01/06/2019 à 23:53 :
Rien à voir entre renouvelables et charbon. Les renouvelables peuvent se passer de charbon et gaz et c'est en train de se faire. C'est quitter les emplois charbon qui est plus difficile. Par contre entre nucléaire et Tchernobyl et Fukushima oui. 58 réacteurs c'est potentiellement 58 Tchernobyl face à des missiles hypersoniques et plus de 100.000 an de stockage de déchets à très hauts risques pour moins de 60 ans d'usage c'est délirant quand on peut faire des bâtiments producteurs d'énergie coupés du réseau avec les technologies disponibles désormais.
Réponse de le 01/06/2019 à 23:53 :
Rien à voir entre renouvelables et charbon. Les renouvelables peuvent se passer de charbon et gaz et c'est en train de se faire. C'est quitter les emplois charbon qui est plus difficile. Par contre entre nucléaire et Tchernobyl et Fukushima oui. 58 réacteurs c'est potentiellement 58 Tchernobyl face à des missiles hypersoniques et plus de 100.000 an de stockage de déchets à très hauts risques pour moins de 60 ans d'usage c'est délirant quand on peut faire des bâtiments producteurs d'énergie coupés du réseau avec les technologies disponibles désormais.
a écrit le 01/06/2019 à 19:24 :
Le problème du CO² ce n'est pas son émission mais son recyclage! Mais la finance et leur affidés préfèrent penser au mois prochain en vous prélevant une taxe qu'a investir sur une nouvelle manière d'augmenter la biomasse!
a écrit le 01/06/2019 à 18:11 :
Les gigawatts allemands sont pour l'essentiel ceux des énormes centrales au lignite, concentrées autour des gigantesques "trous" d'extraction aux extrémité occidentales (triangle Cologne-Duseldorf et Aix la Chapelle) et orientale (Lusace) du pays.
Le lignite est un "charbon jeune" et un combustible particuliérement sale. C'est ainsi que les centrales le brûlant recrachent dans l'atmosphére l'équivalent en vapeur de mercure de quinze millions de ces thermomètres dont l'Europe a interdit la vente et l'usage au début du millénaire, à cause des risques graves qu'une vaporisation de leur contenu était dite faire courir pour la santé humaine.
Mais le maire d'Aix la Chapelle est trop occupé à dénoncer les centrales nucléaires belges, à 50 km de chez lui, pour s'inquiéter du mercure sur son pas de porte...
Réponse de le 01/06/2019 à 21:19 :
@ Paux_.....

Maintenant , il faut espérer que les verts Allemands vont s' investirent contre ce fléaux qui vient polluer l' IDF en période d' hiver....Leur crédibilité est en jeu .
a écrit le 01/06/2019 à 18:11 :
Les gigawatts allemands sont pour l'essentiel ceux des énormes centrales au lignite, concentrées autour des gigantesques "trous" d'extraction aux extrémité occidentales (triangle Cologne-Duseldorf et Aix la Chapelle) et orientale (Lusace) du pays.
Le lignite est un "charbon jeune" et un combustible particuliérement sale. C'est ainsi que les centrales le brûlant recrachent dans l'atmosphére l'équivalent en vapeur de mercure de quinze millions de ces thermomètres dont l'Europe a interdit la vente et l'usage au début du millénaire, à cause des risques graves qu'une vaporisation de leur contenu était dite faire courir pour la santé humaine.
Mais le maire d'Aix la Chapelle est trop occupé à dénoncer les centrales nucléaires belges, à 50 km de chez lui, pour s'inquiéter du mercure sur son pas de porte...
a écrit le 01/06/2019 à 18:03 :
Alors laissez les habitants de la douce France tranquille et abandonnez vos lois et taxes de transition énergétique .
a écrit le 01/06/2019 à 13:33 :
Il y a une autre solution, réduire la consommation de charbon des centrales thermiques.

- D'abord en augmentant le rendement des centrales thermiques.
Pour le prix du seul photovoltaïque allemand, la totalité des 108 centrales les plus polluantes d'Europe auraient être remplacées par des centrales dites ultra-supercritiques, une spécialité de l'ex ALSTOM, qui consomment de 20 à 40% de charbon en moins.

- Ensuite en améliorant la récupération des déchets verts (papier, carton, déchets agricoles..) afin de les utiliser à la place du charbon dans les centrales.
En Finlande, la centrale thermique de VAASA fonctionne ainsi.
Réponse de le 02/06/2019 à 14:41 :
Je ne sais d'ou viennent vos informations.
Le rendement d'une centrale supercritique et encore au bon régime de marche approche 44 % au lieu de 35 %. Ce n'est pas encore avec celà que l'on va lutter contre le réchauffement climatique si tant est que l'on souhaite effectivement le faire et non pas se gaver d'argent public.
Réponse de le 02/06/2019 à 17:03 :
- La meilleur centrale supercritique de GE, ex ALSTOM, a un rendement de 47,5%.

La nouvelle centrale supercritique que vient de développer GE dans le cadre du programme SteamH aura un rendement de 49,1%.
Elle doit émettre 3% de CO2 en moins par rapport à une centrale avec un rendement de 47,5%.

- Pour confirmer ces chiffres, voici un exemple.
Le Kosovo vient d'annoncer le remplacement d'une ancienne centrale, dite Kosova A, par une nouvelle centrale supercritique, construite par GE, qui va consommer 40% de charbon en moins.

Source
REUTERS GE to build Kosovo's new 500 MW coal power plant
a écrit le 01/06/2019 à 12:26 :
Quel plaidoyer pour le nucléaire! il ne sauvera peut-être pas la planète qui ,soit dit en passant ne s'intéresse pas plus aux humains qu'elle s'est intéréssée naguère aux dinosaures mais il permettra de produire l'énergie dont on ne sait se passer sans trop nous pourrir la vie.
a écrit le 01/06/2019 à 11:15 :
Il n'y a aucune "transition énergétique" dans le monde. La dernière goutte de pétrole sera pompée et brûlée, et ceci, le plus tôt possible.
a écrit le 01/06/2019 à 11:04 :
Naguère Dieu voulait le salut des Hommes; aujourd'hui (mais quelle modestie!)les Hommes veulent sauver la Planète ( toujours l'ambition eschatologique); Mais le charbon à bien y penser, c'est un bout de planète, non?
a écrit le 01/06/2019 à 9:27 :
Une désunion européenne permanente, depuis toujours mais tant que les oligarchies peuvent continuer de piller les citoyens européens en toute tranquillité on perpétue l'imposture.
a écrit le 01/06/2019 à 8:53 :
Il faut relancer la construction (remplacement) de centrales nucléaires.
a écrit le 01/06/2019 à 8:49 :
La CE sert à quoi?.La Pologne et les autres pays de l'Est devraient être éjectées de la CE.Merci à Jospin et Chirac d'avoir accepté l'élargissement de la CE!
a écrit le 01/06/2019 à 8:25 :
Pas grave, on fera des efforts a leur place pour compenser

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :