Fillon annule les autorisations d'exploitation des gaz de schiste

 |   |  349  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le gouvernement soutiendra les amendements visant à abroger les permis d'exploitation des gaz de schiste en France mais ne fermera pas la porte à la recherche scientifique dans ce secteur, a déclaré mercredi François Fillon.

Une position mi-figue, mi-raisin. François Fillon a indiqué ce mercredi à l'Assemblée nationale que le gouvernement soutiendra les amendements visant à abroger les permis d'exploitation des gaz de schiste en France. Le Premier ministre a cependant nuancé sa position en ajoutant qu'il ne fermait pas la porte aux recherches scientifiques dans ce domaine.

Il a d'ailleurs indiqué avoir ordonné une mission d'étude scientifique chargée d'enquêter sur les possibilités d'exploiter ces gaz non conventionnels sans nuisance pour l'environnement. "Il n'est pas question de sacrifier notre environnement, mais il n'est pas question, non plus, de fermer la porte à des progrès technologiques qui permettraient demain d'accéder à de nouvelles ressources énergétiques", a expliqué le chef du gouvernement. "Les autorisations qui ont été données l'ont été dans des conditions qui ne sont pas satisfaisantes. Il n'y a pas eu assez de concertation (...), pas assez d'information, j'en prends en tant que chef du gouvernement ma part de responsabilité", a ajouté le Premier ministre.

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a présenté mercredi en Conseil des ministres un projet de loi modifiant le Code minier qui institue "de nouvelles procédures de consultation" du public avant la délivrance des permis de recherche. Jusqu'ici, les demandes de permis d'exploration ne sont précédées que d'une simple information du public.

Le gaz de schiste, dont l'exploitation se développe en Amérique du Nord et en Europe, génère au moins autant d'émissions de gaz à effet de serre (GES) que le charbon, le pétrole ou le gaz conventionnel, en particulier à court terme, selon une étude de l'université Cornell (État de New York). "Par rapport au charbon, l'empreinte du gaz de schiste est plus importante d'au moins 20%, et peut-être même deux fois plus importante, sur vingt ans, et est comparable sur cent ans", indique l'étude. Les industriels estiment que le gaz de schiste émet moins de CO2 que le charbon et qu'il est utile dans une phase de transition vers une économie générant moins de gaz à effet de serre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2011 à 20:48 :
Dans ces même conditions; en 1956 / 1958 on aurait pas exploité le champ de Lacq
et pourtant on l'a fait , on etait tout simplement meilleurs qu'aujourd'hui.
a écrit le 14/04/2011 à 19:34 :
Les projets de recherche d'énergie ne cesseront de foisonner et c'est tant mieux. Mais ce n'est pas pour autant qu'ils doivent prendre corps. On nous explique que les éoliennes sont trop bruiyantes... mais alors que penser d'injection de produits dans le sol dont on ne peut quantifier les dégâts qu'ils causeront. Il y a des moments où l'on marche sur la tête. Ou il ya d'autres raisons sous jacentes ? Bref ! en tout état de cause le respect de l'environnement et des personnes qui y vivent, s'impose comme règle d'or.
a écrit le 14/04/2011 à 12:28 :
Comme on dit : c'est un domaine ou il est urgent d'être le deuxième plutot que le premier. Tout reste à savoir si de vrai recherche seront faite pour améliorer les méthodes d'exploitation ou pas.
a écrit le 14/04/2011 à 10:12 :
De qui se moque-t-on ?
Les autorisations ont été données, il y a quelques mois, par Jean-Louis Borloo, membre du Gouvernement de François Fillon, suite, on peut l'espérer, à des études sérieuses ...
Aujourd'hui, François Fillon revient sur ce qui a été décidé, il y a quelques mois, suite bien sûr, à de nouvelles études encore plus sérieuses que les précédentes ...
Un pas en avant, deux pas en arrière et ce n'est pas fini !
Il est temps de remplacer cette équipe "d'amateurs" par de vrais professionnels !
Réponse de le 14/04/2011 à 10:52 :
Le Conseil Constitutionnel nous donnerait-il le droit à indemnisation et la possibilité de mise à pied immédiate sans indemnité, avec éventuellement perte des droits civiques, de ce ramassis d'amateurs
Réponse de le 14/04/2011 à 14:57 :
Mieux valait stopper que de faire une erreur car tel que çà allait être exploité c'est une erreur, mais il est vrai que le sujet est complexe et demande des compétences complémentaires et pas seulement dans le gaz ou pétrole mais en concertation avec tous les experts des diverses énergies.
a écrit le 14/04/2011 à 9:03 :
Avertissement à tous ceux qui veulent sortir du nucléaire: on va se retrouver avec des éoliennes dans tous les coins, et les centrales à gaz vont proliférer. Je doute que l'exploitation du gaz de schiste puisse être écologique, car il faut "casser" la roche dans laquelle ce gaz est emprisonné. L'expérience américaine ne rassure pas.
a écrit le 14/04/2011 à 8:46 :
encore un mensonge qui ne sera pas tenu aprés les élections
Réponse de le 14/04/2011 à 18:57 :
Pour une fois que nous avons de l'énergie sur notre territoire, nous n'en voulons pas. Nous avons du gaz sans aucun transport par gazoducs sur des milliers de km.
20% des réserves d'Europe sont en France. Le prix de l'énergie de doit pas être suffisamment cher...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :