Le gisement de pétrole à 10 milliards de dollars

 |   |  310  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Total a chiffré le coût pour l'exploitation du gisement de Moho Bilondo Nord, dont on pourrait tirer 300 millions de barils.

Total chiffre à dix milliards de dollars (sept milliards d'euros) l'investissement nécessaire pour développer le gisement pétrolier de Moho Bilondo Nord au large des côtes de la République du Congo, a déclaré son PDG, Christophe de Margerie.

"Le projet Moho Bilondo Nord constitue l'avenir de l'exploration pétrolière à l'horizon 2015-2017 au Congo", a déclaré Christophe de Margerie après une rencontre la semaine dernière avec le président Denis Sassou N'Guesso, selon la presse publique congolaise.

"A ce jour, une équipe travaille sur la définition de ce projet nécessitant un investissement de dix milliards de dollars US. Il y a encore beaucoup d'hydrocarbures à développer dans ce pays. On est loin d'atteindre ce qu'il y a à développer", a ajouté le PDG du pétrolier français.

Prié de confirmer ces commentaires, publiés ce week-end sur un site web de la présidence et par la presse audiovisuelle d'Etat, un porte-parole de Total à Paris s'est refusé à tout commentaire.

L'an dernier, Total avait indiqué que le gisement Moho Bilondo Nord contenait 300 millions de barils de pétrole environ et qu'une décision concernant son développement pourrait être prise à la mi-2011.

Au total, sur Moho Bilondo, les investissements et les profits sont divisés en trois : Total, qui en est l'opérateur, avec un intérêt de 53,5%, l'américain Chevron avec 31,5% et la compagnie nationale pétrolière congolaise, la SNPC, avec 15%.

Un dizaine de sociétés pétrolières occidentales sont actives au Congo, dont le pétrole représente 70% des recettes de l'Etat.

Total représente à lui seul 60% de la production de brut congolais, avec une production qui devrait atteindre 127 millions de barils cette année (348.000 barils par jour), contre 114,5 millions en 2010.

Christian Tsoumou à Brazzaville et Christian Plumb à Paris, Danielle Rouquié pour le service français

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2011 à 23:21 :
300 millions de barils ) 80$ en moyenne les dernières années, cela ne fait que 24 milliards de pétrole. Investie 10 milliards plus cela pus la main d'oeuvre, les taxes, la somme à verser au pays etc... Est-ce si rentable ? A voir.
a écrit le 25/07/2011 à 11:32 :
marre de la tarte à la crème au sujet du réchauffement climatique. nous sommes dans une phase de refroidissement de la terre au sud de la planète.c'est largement aussi important que le réchauffement au nord. Pour autant, il semble que cette mine d'or noir trouvée par Total n'en soit pas une pour Nous car c'est trop cher et peu rentable.
comme d'habitude, il est urgent d'attendre que peut-être la chaleur de l'été soit restituée l'hiver. ce n'est pas pour demain.on a du gaz de schiste à gogo. il faudra bien l'exploiter LUI AUSSI un jour quand les techniques seront adaptées et acceptables.
a écrit le 24/07/2011 à 17:59 :
afin de réduire les couts :embauche de main d'oeuvre locale !ils ne pourront plus raler que cela coute 10 milliards !
Réponse de le 25/07/2011 à 6:41 :
ca se voit que tu n ' as pas beaucoup bosse avec les locaux.
Réponse de le 25/07/2011 à 12:14 :
hot engine :exact et ce n'est qu'une blague de ma part car ont-ils la technique :non ....Mais voyez vous ,ici , nos politiques ,tous , sont pour faire venir ces bons travailleurs !
a écrit le 24/07/2011 à 15:34 :
je me souviens de profits annuels à hauteur de 8 milliards....de quoi financer l'investissement non ? et puis arrêtez avec ces justifications à deux balles.
Réponse de le 25/07/2011 à 2:23 :
en estimant de maniere rapide la rentabilite economique de ce projet, on comprend l'hesitation de Total: j arrive a une estimation de la NPV d'a peine 1 milliard d euros, sachant que je ne corrige pas ce chiffre du risque politique par exemple.
voici les elements utilises pour l estimation:
- 15 millions de barils / an sur 20 ans.
- Cost of Capital: 12%
- prix du baril 125usd
- possibilite de deduire 33% de l investissements du montant des impots....
avec ces elements la, la decision de ne pas y aller me semble etre la plus realiste....
Réponse de le 25/07/2011 à 2:28 :
ce qui est tres interessant, c est qu au vue des elements economiques du projet, celui ci ne serait vraiment juteux que si le baril etait a 200 doll ou plus. Si Total s engage, cela nous donne une bonne idee du cout de l energie dans les annees a venir!
a écrit le 24/07/2011 à 15:26 :
Aah, arrêtez avec ça
a écrit le 24/07/2011 à 14:20 :
Et le réchauffement climatique, on en fait quoi ?
Réponse de le 25/07/2011 à 2:24 :
t as qu a eteindre ton pc

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :