Areva va implanter au Havre deux usines d'éoliennes "offshore"

 |   |  407  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Areva va implanter sur le port du Havre deux usines de fabrication de pales et de nacelles d'éoliennes "offshore" qui pourraient générer jusqu'à un millier d'emplois.

Le groupe Areva va implanter sur le port du Havre deux usines de fabrication de pales et de nacelles d'éoliennes "offshore" qui pourraient générer jusqu'à un millier d'emplois, a indiqué jeudi le cabinet du maire du Havre, Edouard Philippe (UMP). Révélé jeudi par Paris-Normandie et Les Echos, ce projet, qui pourrait voir le jour en 2015, a été confirmé par Areva à Latribune.fr.

Des millions d'euros investis

La première de ces usines sera dédiée à l'assemblage de nacelles d'éoliennes, la seconde à la fabrication de pales. Ces usines s'installeront, sur une soixantaine d'hectares, sur le quai Johannès-Couvert qui accueillait jusqu'au début des années 1970 les paquebots transatlantiques. Elles devraient fabriquer un modèle d'éolienne "offshore", baptisé "M 5.000", d'une puissance de 5 mégawatts qu' Areva produit déjà en Allemagne. Un porte-parole d'Areva a précisé à Latribune.fr que le montant des investissements liés à ce projet n'a pas été arrêté car il dépendra du nombre de champs "offshore" qui seront attribués au groupe. "Cela se chiffrera en millions d'euros, c'est une certitude", a-t-il toutefois indiqué.

Le gouvernement tranchera en avril

Cette annonce s'inscrit dans le cadre de l'appel d'offres lancé en juillet par le gouvernement pour développer l'éolien marin le long des côtes de l'ouest de la France. Il porte sur l'implantation, à partir de 2015, de 600 éoliennes au large du Tréport et de Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-Mer (Calvados), Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Areva s'est porté candidat pour développer les trois champs projetés au large de la Normandie en partenariat avec GDF Suez et Vinci, et s'est associé avec l'espagnol Iberdrola et Technip (ingénierie) pour les autres. Le gouvernement doit faire son choix parmi les candidats en avril prochain, en même temps qu'il lancera un second appel d'offres portant à nouveau sur un total de 600 éoliennes.

Un partenariat "stratégique"

Avec ces usines au Havre, Areva se mettrait en situation de servir les futurs parcs éoliens marins français, en priorité ceux projetés au large de la Normandie, mais se positionne aussi sur le marché de la côte sud de l'Angleterre où cette forme de production d'énergie est en plein développement. Un partenariat "stratégique" a été noué entre l'industriel, l'agglomération du Havre et la région Haute-Normandie, a indiqué le cabinet du maire, qui table sur l'embauche d'un millier de personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2011 à 19:05 :
C'est vrai que les 2 centrales nucléaires entre lesquelles j'habite,ont un charme fou
comparées aux éoliennes !
Et puis elles ne tuent pas les chauves souris,elles ne tuent que les gens.
Réponse de le 08/10/2011 à 10:07 :
Elles ont tués qui jusqu?à présent ? Moi je dirais qu'elles font vivre ce bassin d'emploi plutôt alors que les éoliennes ? Qu'on d'emploi vont elles créer ? 20 ou 30 sur le bassin dieppois ? Je sais même pas.
a écrit le 03/10/2011 à 8:08 :
pour faire du flottant et de l'hydrolien ...pour mettre tout ça au trés grand large ...invisible
alors pourquoi pas ...au moins ça serait moins mal ! question de volonté politique !?
a écrit le 29/09/2011 à 9:41 :
Et si les baleines pouvaient protester contre toute installation de ces produits qui créent la perturbation atmosphérique et sonore, ils iront le faire savoir à l'ONU ou à OTAN, par-dit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :