Paris étudie une tarification "différenciée" de l'eau

 |   |  661  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Faire payer l'eau plus cher aux consommateurs professionnels, moins cher aux particuliers. La Ville de Paris vient de voter la mise à l'étude d'une tarification variable de l'eau. Une pratique inédite en France.

Paris compte continuer à innover dans l'eau. Chef de file de la tendance à la "remunicipalisation" de l'eau, l'équipe de Bertrand Delanoe avait fait sensation en 2010 en récupérant au sein de sa régie municipale la distribution de l'eau assurée depuis des lustres par les géants privés Suez Environnement et Veolia. Lundi 19 mars, le Conseil municipal a voté un "v?u" pour mettre à l'étude une tarification "variable" de l'eau.
Les élus socialistes veulent examiner les possibilités de tarification sociale et progressive. Des demandes souvent formulées par les associations de consommateurs.

"Moins les clients consomment, plus ils paient cher", déplorait mercredi Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs, en dévoilant les résultats d'une vaste analyse de 4.000 factures transmises par des particuliers. Le prix moyen s'établit à 5,4 euros le mètre cube (m3) pour des consommations annuelles inférieures à 30 m3, contre 3 euros pour les plus gros clients. "Il faut aller vers plus d'équité pour les petits consommateurs. Il est également essentiel d'encourager les efforts de maitrise de la consommation en pratiquant des prix progressifs", estime 60 millions de consommateurs.

"Un tarif dégressif n'est pas applicable dans les villes"

Paris les a entendus. Même si un tarif "dégressif" (inversement proportionnel à la consommation) ne paraît pas une solution pour Eau de Paris. "En milieu urbain, composé essentiellement d'habitat collectif, un tarif progressif est difficilement applicable car il faudrait équiper chaque appartement d'un compteur individuel", estime Mathieu Souquière, directeur de la stratégie de la régie Eau de Paris. A Paris, un compteur dessert en moyenne 20 logements. Une famille parisienne paie environ 100 euros par an pour sa consommation d'eau (trois fois plus avec l'assainissement et les taxes). Installer des compteurs à 50 euros pièce serait un surcoût important pour les Parisiens, estime Eau de Paris.

Facturer davantage les usages professionnels dans les commerces

La régie a une autre idée : faire payer davantage les gros consommateurs professionnels, "qui génèrent du chiffre d'affaires avec l'eau" comme les coiffeurs, les pressings, les restaurants ...ou les grands comptes d'Eau de Paris comme la RATP ou la SNCF. Une pratique inédite en France, même si plusieurs villes comme Libourne, dont Gilbert Mitterrand, président de France Libertés, est le maire, étudient un tarification progressive qui différencie les usages de l'eau. L'idée est de facturer plus cher aux particuliers les m3 d'eau utilisés au-delà d'une consommation estimée "vitale". Mais, en ville, peu de piscines ou de jardins. "A Paris, la consommation d'eau des ménages est très homogène", affirme Mathieu Souquière.
Pour préserver la ressource en eau, Eau de Paris préfère tester les "kits économiseurs".

Des kits pour diminuer de 15% la consommation

Depuis mars, la Ville offre, avec Paris Habitat, le plus grand office HLM de la capitale, ces kits à 15.000 locataires. Un système de filtres sur les robinets qui assurent la même pression en limitant le débit d'eau. "Paris Habitat en a déjà équipé 15.000 logements et a constaté une diminution de 15% de la consommation d'eau", explique le directeur stratégie d'Eau de Paris. "Ce qui fait baisser à la fois la facture d'eau et celle d'électricité, car c'est de l'eau chaude qui est le plus souvent économisée. Au total, le client gagne 100 euros sur l'année", ajoute-t-il. En soulignant que pour Eau de Paris, l'investissement ne se résume pas aux 150.000 euros de kits mais comprend également 250.000 euros de chiffre d'affaires en moins.
Enfin, sur le plan social, la Ville a mis en place une prise en charge d'une partie de la facture eau à ses allocataires logement. En 2011, Paris comptait 44.000 allocataires sur 2 millions d'habitants, avec une aide moyenne représentant la moitié de la facture d'eau. "Un véritable tarif social de l'eau reviendrait à devoir connaître la situation fiscale du client, une démarche délicate", commente Mathieu Souquière.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2012 à 18:36 :
il faut juste faire un petit rappel : l'eau est le 3em secteur le plus corrompu après l'armement et le BTP ! Alors que c'est une ressource vitale pour l'humanité. Que font nos gouvernants pour moraliser tout cela, où trempent-ils aussi dans cette corruption, ceci expliquerai cela ?
Alors que l'on voit bien que la ressource eau va finir par se raréfier. Ce qui montre bien que les économies d'eau doivent se faire au quotidien par chacun d'entre nous !
pour info 60 millions de consommateurs, dans son numéro de juillet 2011, teste des douchettes à économie d'eau et préconise la pose de matériel d'économie d'eau sur les robinets et WC. Il est indiqué que ces matériels d'économie d'eau permettent au final une économie entre 217 et 267 ? /an ce qui représente 45% de la facture d'eau (30% d'économie pour l'eau et 15% supplémentaire sur l'énergie).
plus d'infos sur http://www.activeau.fr/economiseur_eau_douche_reduction_facture.htm
a écrit le 23/03/2012 à 7:58 :
Article qui montre bien que les prix administratifs de l'eau ne sont pas des prix. Ce sont des tarifs, autrement dit des impôts, décidés unilatéralement par les politiciens au gré de leurs lubies, pour favoriser telle ou telle clientèle électorale. Privatisation et mise en concurrence urgentes !
a écrit le 22/03/2012 à 22:00 :
Supprimer l'abonnement, je suis pour !
mais faire un coût du mètre cube (le même) différent selon le type de consommateur, c'est le meilleur moyen pour faire fuir les gros contribuables (entreprises)
a écrit le 22/03/2012 à 19:41 :
Il serait temps que Free (qui a tout compris) se lance dans le marché de l'eau ; histoire de casser la baraque.
a écrit le 22/03/2012 à 13:16 :
Mais alors qu'attendons nous pour avoir ce kit à 1$ pièce pour 15% d'économie?
a écrit le 22/03/2012 à 12:13 :
J'ai entendu à la radio qu'on payait moins cher les mètres cubes quand on en consommait beaucoup, genre prix de gros. Étonnant ?
Je crois que l'industrie et la culture consomment 20 et 70% de l'eau, j'espère qu'elles font des efforts également, sinon, à part baisser notre facture, c'est un peu "dérisoire" (10% du total). Je fais tellement d'efforts de consommation que je paie plus d'abonnement que de consommation.
a écrit le 22/03/2012 à 8:29 :
Bien sur qu'il faut équiper chaque logement d'un compteur individuel. Sinon c'est l'injustice. D'autre part ce qu'il faut faire c'est très facile et je l'ai déjà dit plusieurs fois , c'est faire baisser la part de l'abonnement quitte à l'intégrer dans la consommation.
Cela évitera par exemple d'avoir à payer 60 euros pour 1 M3 sur un an.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :