En attente d'un procès pour pollution, Shell réduit ses activités au Nigéria

 |   |  276  mots
Shell est en conflit depuis 2008 au Nigéria avec les habitants de la communauté de Bodo, victimes d'une fuite massive de pétrole.
Shell est en conflit depuis 2008 au Nigéria avec les habitants de la communauté de Bodo, victimes d'une fuite massive de pétrole. (Crédits : Reuters)
Le géant pétrolier anglo-néerlandais a annoncé jeudi 20 novembre avoir vendu sa part dans le champ pétrolier OLM24 à la société nigériane Newcross pour 600 millions de dollars.

Shell cède sa place à une entreprise locale. Tout comme le français Total qui possédait 10% et l'italien ENI qui en détenait 5%, le n°1 du pétrole a vendu sa participation dans Oil Mining Lease 24 (OML24), à la nigériane Newcross.

13.000 barils par jour

Cette transaction effectuée, le projet appartient désormais à 55% à la compagnie d'Etat Nigérian National Petroleum et à 45% à Newcross. Il s'étend sur 430 kilomètres carrés dans la partie orientale du Delta du Niger et comprend les champs pétroliers d'Awoba, Awoba nord-ouest et Ekulama, ainsi que des installations pétrolières et gazières.

Quelque 13.000 barils équivalent pétrole ont été produits chaque jour en moyenne dans cette zone au premier semestre, a rappelé Shell dans un communiqué.

Affaibli par une fuite conséquente

Shell a expliqué avoir vendu sa part dans le cadre d'une révision de son activité dans ce pays et "en lien avec la volonté du gouvernement du Nigeria de développer des compagnies nigérianes pour la production du pétrole et du gaz".

Le groupe anglo-néerlandais, présent sur place depuis plus d'un demi-siècle, a néanmoins souligné qu'il souhaitait y rester actif "sur le long terme".

La semaine dernière, il a reconnu que la pollution causée par deux fuites de pétrole en 2008 au Nigeria avait été plus importante que prévu mais sans donner de nouveaux chiffres. Un procès doit se tenir en mai 2015 devant la Haute Cour de Londres après une action en justice intentée au Royaume-Uni par 15.000 habitants de la communauté de Bodo, au sud du Nigeria, qui réclament des indemnisations à Shell.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :