EDF vise 5.100 suppressions de postes d'ici à 5 ans

Il y a un an, l'énergéticien public avait annoncé son intention de supprimer entre 2.300 et 4.200 postes en France sur la période 2016-2018, sans licenciements.

1 mn

Fortement endetté (la dette est officiellement chiffrée à 37,5 milliards d'euros, mais serait en réalité de près de 74 milliards) et confronté à des lourds investissements dans le parc nucléaire français, le groupe se dit pénalisé par une concurrence accrue et par la chute des prix de marché de l'électricité.
Fortement endetté (la dette est officiellement chiffrée à 37,5 milliards d'euros, mais serait en réalité de près de 74 milliards) et confronté à des lourds investissements dans le parc nucléaire français, le groupe se dit pénalisé par une concurrence accrue et par la chute des prix de marché de l'électricité. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)

L'électricien public semble vouloir amplifier sensiblement son plan d'économies lancé dans le contexte d'une baisse des prix et d'une concurrence accrue. Il envisage jusqu'à 5.100 suppressions de postes en France en trois ans, a appris Reuters mercredi d'une source informée du dossier.

EDF estimerait ainsi que ses effectifs devraient s'établir entre 60.200 et 62.050 personnes à fin 2019 contre 65.300 à fin 2016. Si l'on considère le milieu de la fourchette visée, les suppressions de postes devraient donc représenter 6,3% des effectifs actuels de l'entreprise en France.

Comité central d'entreprise demain matin

Une porte-parole du groupe n'a pas souhaité commenter ces chiffres, qui doivent être présentés demain matin, jeudi 2 février, en comité central d'entreprise.

Pénalisé par une concurrence accrue et par la chute des prix de marché de l'électricité, EDF avait déjà annoncé il y a un an son intention de supprimer entre 2.300 et 4.200 postes en France sur la période 2016-2018, sans licenciements.

Endettement pharaonique et boulet du nucléaire

Le groupe, dont l'Etat français détient 85,6% du capital, a annoncé le 15 décembre une nouvelle dégradation de son excédent brut d'exploitation en 2017, plus marquée que prévu par les analystes.

Fortement endetté (la dette est officiellement chiffrée à 37,5 milliards d'euros, mais serait en réalité de près de 74 milliards, selon Le Parisien) et confronté à des lourds investissements dans le parc nucléaire français, EDF a par ailleurs présenté en avril 2016 un projet d'augmentation de capital de 4 milliards d'euros - dont 3 milliards assurés par l'Etat.

(Avec Reuters)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 02/02/2017 à 12:49
Signaler
j'ai travaillé dans de nombreuses centrales et je ne suis pas le seul a etre étonné par les promeneurs de dossiers dans les couloirs . toute leur courte journée il trainent en gesticulant et ausi aux distributeurs de boisoons "gratuits"mais jamais on...

à écrit le 02/02/2017 à 10:56
Signaler
L'UPR avait déja inscrit dans leur programme, en 2012, la renationalisation de tout les services publiques avec sanctuarisation de ses bien publique dans la constitution. Il reprènne le même programme en 2017. C'est Bruxelle qui impose les privatisa...

à écrit le 02/02/2017 à 9:29
Signaler
Quand je vois une facture a 5 centime le Kwh de nuit et 10 centimes le kwh de jour ca me fait simplement réver. Les allemands eux paient entre 25 et 30 centimes le kwh ! Pas surprenanrt que l EDF accumule les déficits !

à écrit le 02/02/2017 à 8:01
Signaler
donc si on les suppime , a quoi servaient ils ....?

à écrit le 02/02/2017 à 6:25
Signaler
Je suis d'accord que va faire l'energeticien EDF si on le sort totalement du nucléaire, tant de compétences gâchés pour des raisons politiques et autres . Oui d'ici à 30 ans on aura toujours besoin de nucléaire en France, toujours besoin aussi d'ener...

à écrit le 01/02/2017 à 23:51
Signaler
Le nucléaire est justement ce qui permet à EDF de résister mieux que les autres aux prix bas. Pour ses concurrents, les pertes et les suppressions de postes ont commencé il y a déjà plusieurs années.

le 02/02/2017 à 4:12
Signaler
Faux ! c'est justement les fonds à réinvestir dans la rénovation du parc, l'EPR etc qui pèsent. C'est par ailleurs la participation de l'Etat de 85% qui permet encore d'emprunter et un versement récent d'argent public de près de 5 milliards d'euros e...

le 02/02/2017 à 9:41
Signaler
Tous les groupes d'électricité européens ont d'énormes difficultés financières, à commencer par les allemands. Et EDF n'a pu traverser cet épisode de prix faibles que grâce à la production à bas coût de son parc nucléaire, malgré que l'Etat ait con...

à écrit le 01/02/2017 à 19:30
Signaler
D'aprés ce qui est annoncé, des agences EDF départementales disparaitraient, ce qui éloignerait encore l'usager du service EDF. Alors que nos factures ont été alourdies de nouvelles taxes ces dernières années, le service serait encore réduit, alors q...

à écrit le 01/02/2017 à 18:07
Signaler
Le nucléaire nous coûte vraiment très cher mais comme c'est un héritage particulièrement sale nous ne pouvons rien faire. 64 réacteurs nucléaires, en néolibéralisme. Misère.

à écrit le 01/02/2017 à 17:36
Signaler
Stop EDF et les entreprises du CAC 40. Arrêter de licencier. C'est bon Hollande ne se présente plus. Laisser la courbe du chômage se relever.

à écrit le 01/02/2017 à 15:05
Signaler
"Endettement pharaonique et boulet du nucléaire" enfin un article réaliste sur le sujet. 74 milliards de dettes? c'est que les dettes LT comptabilisés en fonds propres ou ça comprend les dettes contractées en divises étrangères? perso j'avais plutô...

le 02/02/2017 à 2:04
Signaler
C'est assez amusant de lire votre commentaire, car vous avez du vous croire sur une forum de boursicoteurs. Le cours d'EDF ne bouge plus beaucoup depuis un an et la valorisation future dépend beaucoup d'incertitudes politiques. Le cours a été div...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.