Electricité : tout savoir sur les coupures qui pourraient toucher les Français cet hiver pour éviter le blackout

En janvier, les Français, particuliers comme entreprises, pourraient se retrouver confrontés à des coupures d'électricité programmées, les empêchant d'utiliser temporairement toute une série d'appareils. Ces opérations de délestage, qui constituent une mesure d'ultime recours et qui n'ont jusqu'à présent jamais été déployées, visent un seul objectif : éviter le blackout, c'est-à-dire une coupure généralisée non maîtrisée qui ferait tomber le système électrique. Comment seront-elles orchestrées ? Qui sera touché ou, au contraire, épargné ? Comment les clients seront-ils informés ? La Tribune fait le point.
RTE craint que la production électrique nationale et les importations venant de nos pays voisins ne suffisent pas à répondre à la demande d'électricité certains jours de froid lors des pointes de consommation quotidiennes, c'est-à-dire entre 8h et 13h, puis entre 18h et 20h.
RTE craint que la production électrique nationale et les importations venant de nos pays voisins ne suffisent pas à répondre à la demande d'électricité certains jours de froid lors des pointes de consommation quotidiennes, c'est-à-dire entre 8h et 13h, puis entre 18h et 20h. (Crédits : Unsplash License)

Ne plus pouvoir allumer une plaque de cuisson, lancer une machine à laver, faire fonctionner un four à pain, une ligne de production, prendre l'ascenseur, recharger une voiture électrique, un téléphone portable, remonter ou baisser un store électrique, allumer un chauffage, ou encore assurer l'éclairage public... Durant cet hiver, et particulièrement au mois de janvier prochain, tous les Français, qu'ils soient sur leur lieu de travail, dans leur foyer ou dans l'espace public, pourraient se retrouver confrontés à des coupures d'électricité programmées d'une durée de deux heures consécutives maximum. C'est ce qu'on appelle le délestage.

Dans le secteur de l'énergie, ce terme est évoqué par les experts depuis de nombreux mois déjà. Très hypothétique il y a encore quelques semaines, cette mesure d'urgence, qui n'a jamais été utilisée auparavant à l'échelle du pays, devient toutefois de plus en plus tangible, au fur et à mesure que l'hiver approche. Et tout particulièrement depuis que RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité à haute tension, a tiré la sonnette d'alarme vendredi dernier.

Un risque élevé en janvier

En effet, l'opérateur, qui doit assurer en permanence un équilibre entre l'offre et la demande d'électricité (car celle-ci ne se stocke pas), prévoit désormais un risque élevé de déséquilibre sur le réseau en janvier, en raison d'une disponibilité du parc nucléaire plus faible que prévu. Le parc des 56 réacteurs d'EDF cumule, en effet, les déboires entre les opérations de maintenance décalées par le premier confinement, les problèmes de corrosion affectant les réacteurs les plus récents, et les grèves qui ont retardé le retour de plusieurs tranches nucléaires sur le réseau.

Autrement dit, RTE craint que la production électrique nationale et les importations venant de nos pays voisins ne suffisent pas à répondre à la demande d'électricité certains jours de froid lors des pointes de consommation quotidiennes, c'est-à-dire entre 8h et 13h, puis entre 18h et 20h.

Un tel déséquilibre sur le réseau peut provoquer un blackout, c'est-à-dire une panne d'électricité géante non maîtrisée et généralisée sur tout le territoire. Pour éviter ce scénario catastrophe (aujourd'hui totalement exclu), RTE peut activer plusieurs mesures d'urgence et notamment s'appuyer, en dernier recours, sur le fameux délestage.

Enedis dans les starting-blocks

« Ces opérations de délestage ne sont pas inéluctables », veut rassurer Sandrine Hartmann, cheffe des postes ressources chez Enedis, qui cite d'autres mesures à activer au préalable comme les écogestes, les plans de sobriété ou encore une baisse de tension de 5% sur tout le réseau de distribution. Reste que la probabilité d'y avoir recours cet hiver est bien plus élevée que les hivers précédents. « La situation est totalement inédite et exceptionnelle », reconnaît Catherine Lescure, directrice de la communication d'Enedis. Dans cette optique, les équipes de la filiale d'EDF en charge du réseau de distribution multiplient les exercices de simulation. Le dernier datant du 13 octobre tandis que le prochain est prévu en décembre. « Il n'y a pas de stress, ni de fébrilité, les agents de conduite s'entraînent », témoigne Olivier Loriot, directeur régional d'Enedis, en région Centre-Val de Loire, depuis l'Agence de conduite régionale (ACR) près d'Orléans.

Sur place, l'ambiance est très studieuse, car ce sont dans ces agences (28 au total en France métropolitaine), qui communiquent en permanence avec RTE, que les opérations de délestage seront mises en œuvre si jamais elles devaient avoir lieu. Présentées comme des tours de contrôle, les ACR ont pour mission de surveiller l'état du réseau de distribution d'électricités 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ces tours de contrôle pilotent également les quelque 2.300 postes sources répartis sur le territoire qui font l'interface entre le réseau de transport d'électricité (géré par RTE et composé de lignes à haute tension) et le réseau de distribution d'électricité (géré par Enedis et composé de lignes à moyenne et à basse tension).

Or, ce sont depuis ces postes sources que partent les lignes électriques de moyenne tension qui seront coupées en cas de délestage. « En général, un poste source peut compter entre dix et vingt départs de lignes moyenne tension », explique Sébastien Sarrazin, chef de l'Agence de conduite du Centre-Val de Loire. Une ligne moyenne tension ne peut desservir qu'un seul client très gourmand en électricité, comme un site industriel, mais aussi tout un quartier, ou plusieurs communes regroupant jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de petits consommateurs.

Un algorithme choisit les lignes à couper

Quelles lignes seront coupées lors des délestages ? C'est RTE qui définit le plan de délestage et qui envoie ensuite la consigne à Enedis. « Cette consigne se matérialise par un fichier indiquant des blocs de puissance à délester sur les différentes plages horaires », indique Sébastien Sarrazin. Ce plan est ensuite digéré par l'algorithme du système d'information d'Enedis qui va identifier automatiquement les différentes lignes à couper, tout en s'assurant que les clients prioritaires ne seront pas touchés par ces délestages et qu'un client touché par une coupure de 8h à 10h, ne sera pas de nouveau touché par une coupure de 10h à 12h. Une vérification par des opérateurs est ensuite effectuée. « En aucun cas, le compteur connecté Linky ne jouera un rôle dans ces coupures », souligne Olivier Loriot, anticipant de potentielles inquiétudes.

Parmi les clients prioritaires figurent les établissements de santé, comme les hôpitaux et les laboratoires, mais aussi les services dits de défense nationale. Un quartier desservi par la même ligne électrique qu'un hôpital, par exemple, sera donc systématiquement préservé de ces coupures. La liste des clients prioritaires est dressée dans chaque département par les préfectures. Toutes sont désormais établies, mais restent néanmoins confidentielles. « Ce qui a été demandé aux préfets c'est que l'ensemble des clients prioritaires ne représentent pas plus de 38% de la consommation électrique du département », précise Sandrine Hartmann.

Certains sites épargnés

Au-delà de cette liste prioritaire, toutes les installations directement connectées au réseau de transport d'électricité via des lignes haute tension gérés par RTE seront préservées de ces coupures. Cela peut être le cas de gros sites industriels, ou encore du réseau du métro parisien et celui de la SNCF. Par ailleurs, les lignes de moyenne tension alimentant uniquement des sites de production d'électricité, comme un champ éolien, ne pourront pas non plus être coupées. En revanche, des antennes télécoms, ne figurant pas dans la liste des clients prioritaires du département, pourraient être affectées.

Ces opérations de délestage pourraient éventuellement durer plusieurs jours. Et, au pire des cas, « un client pourrait subir deux coupures dans la journée, une première lors de la pointe du matin (de 8h à 13h) et une seconde lors de la pointe du soir (de 18h à 19h) », indique Sandrine Hartmann. A priori, aucune coupure ne devrait donc avoir lieu dans l'après-midi, ni au cours de la nuit.

Les particuliers et les entreprises fixés la veille

Concernant le calendrier, RTE alertera trois jours à l'avance sur le potentiel risque de délestage via un signal rouge Ecowatt. Les Patients à haut risque vital (PHRV) seront, eux, tous informés directement par Enedis à J-3. Si le risque se confirme, en raison des conditions météorologiques et de l'effet insuffisant des écogestes mis en place, RTE enverra un plan de délestage à Enedis la veille des coupures organisées. Enedis disposera alors d'une heure pour faire tourner son algorithme afin de traduire ce plan.

Dès 19h30, les Français pourront alors consulter sur le site Ecowatt si leur département est concerné par les coupures d'électricité programmées le lendemain. Les départements concernés apparaîtront en rouge sur la carte. Toutefois, ce n'est pas parce qu'un département s'affiche en rouge, que tous les consommateurs résidant dans ce même département seront affectés par la coupure. La ventilation des coupures ne sera communiquée qu'à partir de 21h30. Les particuliers et entreprises devront alors entrer leur adresse dans un onglet dédié pour savoir s'ils seront touchés oui ou non et, si oui, à quelle heure de la journée. Comme au plus haut de l'épidémie du Covid, le gouvernement pourrait alors, de nouveau, organiser des moments de communication réguliers pour sensibiliser le public.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 24/11/2022 à 6:51
Signaler
Bravo Monsieur Macron, on peut dire que vous êtes le meilleur Président que la France ait eu.

à écrit le 23/11/2022 à 18:19
Signaler
il y belle lurette que l' ont fait des économies au moins 20 ans .cuisine .salon .pas de chauffage .les chambres sous les toits une passoire thermique .HLM .les chambres chauffage!!!! sur les plateaux de télé .tous en chemises courtes .. ils sont ...

à écrit le 23/11/2022 à 16:01
Signaler
Les français ne connaissent pas leur bonheur. Nous allons devoir revenir aux fondamentaux, se loger se chauffer, manger prendront de plus en plus nos moyens soit sur les revenus soit sur le patrimoine. Nos dirigeants ne nous laissent pas de soluti...

le 23/11/2022 à 23:22
Signaler
C est surtout le résultat de 40 ans de gâchis en tout genre , de générations « moi je «  ex soixante-huitards baba- cool et égoïstes qui ont endetté le pays en refusant les réforment dans les années 70-80-90…. On les entends pleurnicher sur les et...

à écrit le 23/11/2022 à 15:01
Signaler
Bizarrement ils parlent de tout les électroménager sauf du plus important et le frigo et le congèle quand sa sera coupé 2h qui va remboursé la bouffe qu'on va devoir jeté

le 23/11/2022 à 15:52
Signaler
D'après RTE ,les malades à haut risque traités à domicile sous respirateur artificiel notamment seront prévenus spécifiquement !

à écrit le 23/11/2022 à 14:05
Signaler
Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière. (Abbé Pierre).

à écrit le 23/11/2022 à 12:35
Signaler
Pour résumer: Pas de coupures d'électricité...Enfin, oui peut-être...C'est à dire que si tout le monde joue le jeu, il n'y en aura probablement pas...Et s'il y a un risque évident, que l'on se rassure, l'on y travaille pour éviter qu'il se réalise......

le 23/11/2022 à 17:47
Signaler
Merci à Raymond dom'élec pour la lumière sur l'électro-tactique du gouvernement.

à écrit le 23/11/2022 à 12:28
Signaler
Dire qu'on était la source d'électricité de référence en UE et exportions beaucoup, avec quelques achats pour passer des pics, de temps en temps. "Ne plus pouvoir allumer " ça encore, c'est un moindre mal mais si le four se coupe pendant 2h à mi-cui...

le 23/11/2022 à 18:02
Signaler
Bonjour, Vous avez totalement raison, c'est pourquoi dans mon coin une ligne en 6 fois je crois 400000 volts alimentait une partie de l'Angleterre. Perso je vais chercher mon groupe électrogène sur mon terrain de loisirs et roule ! '

à écrit le 23/11/2022 à 12:09
Signaler
"Dès 19h30, les Français pourront alors consulter sur le site Ecowatt..." Peut-être...ou pas. Si pas d'électricité : pas de chauffage (même le chauffage au gaz a besoin d'électricité), pas d'internet (la box a besoin d'électricité), pas de téléphone....

à écrit le 23/11/2022 à 11:53
Signaler
La start-up nation solidaire avec l'Ukraine évidemment. Merci Manu ! Merci McKinshasa !

à écrit le 23/11/2022 à 11:46
Signaler
Nous subissons les conséquences du mépris de l'UE de Bruxelles vis-à-vis de la démocratie et des peuples ! >Ce n'est pas un hors sujet !

à écrit le 23/11/2022 à 9:59
Signaler
Sans être aussi "satisfait" que Valbel, même en reconnaissant qu'on peut se contenter de ce qu'on a en France, il est vrai que nombre de secteurs tels qu'indiqués par Britannicus sont en décrépitude avancée, et que la situation se détériore rapidemen...

à écrit le 23/11/2022 à 9:58
Signaler
"prendre l'ascenseur" Deux heures coincés "maximum" dans un ascenseur ,donc

à écrit le 23/11/2022 à 9:45
Signaler
La moitié des centrales nucléaires fermée, EDF en faillite avec un personnel qui fait grève , un président qui ne sait pas ce qu'il veut, bref , très inquiétant.

à écrit le 23/11/2022 à 8:45
Signaler
La France est ravalée au rang d'un pays du tiers monde : écoles ne sachant plus apprendre à lire, hôpitaux incapables d'accueillir les malades, armée réduite à de la figuration, police incapable de se faire respecter dans les cités, pratiques religie...

le 23/11/2022 à 9:10
Signaler
@ Britannicus.Il est vrai que c'est mieux ailleurs, en Chine, en Russie. Tout va bien puisqu'on ne sait rien de ce qui se passe dans ces pays. La France du Tiers Monde: Beaucoup s'en contenteraient.

le 23/11/2022 à 9:40
Signaler
"pratiques religieuses envahissant la vie publique" Un incident dans un bus a suscité une vive polémique dans les Bouches-du-Rhône. Un chauffeur de la ligne 50, qui relie Aix et Marseille, a passé pendant toute la durée du trajet, soit une quarant...

le 23/11/2022 à 10:17
Signaler
Valbel89, c'est un peu le capitaine des ravis de la crèche macroniste

le 23/11/2022 à 10:48
Signaler
@Valbel89. La Chine et la Russie sont des puissances autoritaires placées sous le nouveau régime du Capitalisme d'État. Cessez un peu de comparer la médiocratie avec un chauvinisme totalement déplacé, car s'est précisément avec ce genre de comporteme...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.