Le Brexit, une menace pour les abeilles ?

En cas de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le gouvernement britannique céderait aux pressions des agriculteurs et opterait pour des règles moins restrictives en matière d'interdiction des néonicotinoïdes, craignent plusieurs ONG et militants écologistes.
Giulietta Gamberini

3 mn

Si la protection de l'habitat et de la nourriture naturels des abeilles devaient être démantelés, et les pesticides nocifs à leur encontre réintroduits en Grande-Bretagne, les conséquences pourraient être dévastatrices tant pour les abeilles du pays que pour l'ensemble de la chaîne alimentaire, souligne Sam Lowe, membre de l'ONG Friends of the Earth.
"Si la protection de l'habitat et de la nourriture naturels des abeilles devaient être démantelés, et les pesticides nocifs à leur encontre réintroduits en Grande-Bretagne, les conséquences pourraient être dévastatrices tant pour les abeilles du pays que pour l'ensemble de la chaîne alimentaire", souligne Sam Lowe, membre de l'ONG Friends of the Earth. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Alors qu'en France la ministre de l'Environnement Ségolène Royal s'est engagée jeudi 16 juin à mettre "tout son poids dans la bataille" pour l'interdiction des néonicotinoïdes, à l'ordre du jour de la loi sur la biodiversité, de l'autre côté de la Manche les enjeux de ces pesticides pour les abeilles deviennent un argument contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. En cas de Brexit, le gouvernement britannique ne serait plus tenu d'appliquer la législation de protection de l'environnement imposée par l'UE : cédant aux pressions des agriculteurs, il opterait ainsi pour des règles bien moins restrictives, craignent plusieurs ONG et militants écologistes qui ont commencé à faire entendre leur voix, rapporte The Guardian.

Un manque de transparence

Cette crainte se fonde d'ailleurs sur des précédents. En 2013, lorsque l'Union européenne a finalement banni trois néonicotinoïdes, malgré un fort lobbying de l'industrie agroalimentaire, le gouvernement britannique s'était fortement opposé à cette décision. Deux ans plus tard, en 2015, il a d'ailleurs autorisé une exemption "d'urgence" à cette interdiction pour la culture du colza, en muselant une commission ministérielle d'experts (l'Expert Committee on Pesticides, ECP) opposée à cette demande des agriculteurs, rapporte le quotidien.

Après avoir rejeté une autre requête d'exemption temporaire formulée par la National Farmers Union (NFU, l'Union nationale des agriculteurs) en début 2016, le gouvernement a remis la question à l'ordre du jour, selon The Guardian. Un examen à portes fermées par l'ECP a eu lieu mardi 14 juin. Ce manque de transparence a d'ailleurs fait l'objet d'une plainte adressée par 25 parlementaires de divers partis à la ministre de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales, Liz Truss.

The Guardian cite également le sous-secrétaire d'Etat à l'Agriculture, à l'Alimentation et à l'Environnement marin, George Eustice, qui dans le cadre de sa campagne pour le Brexit a récemment insisté sur la nécessité de se débarrasser de l'esprit "rabat-joie" des directives européennes pour développer une approche plus flexible à la protection de l'environnement.

Les agriculteurs mieux dans l'UE

Alors que la NFU insiste sur la nécessité "vitale" des néonicotinoïdes pour la protection des cultures de colza, et que les partisans du Brexit s'attaquent à la bureaucratie européenne, quelque 300.000 personnes ont signé outre-Manche une pétition visant à maintenir l'interdiction des trois produits bannis, et 100.000 autres ont soutenu un appel à plus de transparence sur le sujet"Si la protection de l'habitat et de la nourriture naturels des abeilles devaient être démantelés, et les pesticides nocifs à leur encontre réintroduits en Grande-Bretagne, les conséquences pourraient être dévastatrices tant pour les abeilles du pays que pour l'ensemble de la chaîne alimentaire", souligne Sam Lowe, membre de l'ONG Friends of the Earth, cité par The Guardian.  "Dans son histoire récente, l'Union européenne a résolument protégé les abeilles et les pollinateurs", insiste Matt Shardlow, de l'association Buglife.

Malgré son opposition à ce pan des politiques européennes, l'Union nationale des agriculteurs britanniques n'est par ailleurs pas favorable au Brexit. Après avoir commandé un report sur l'impact sur l'agriculture en Angleterre et au pays de Galles d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE, la NFU a adopté une résolution en avril affirmant que "sur le fondement des données existantes et disponibles jusqu'à présent, les intérêts des agriculteurs sont mieux servis par un maintien de leur appartenance à l'Union européenne". L'organisation a toutefois décidé de ne pas prendre position face au référendum qui se tiendra le 24 juin.

Giulietta Gamberini

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 17/06/2016 à 7:36
Signaler
Cet étalage forcé d'arguments a deux balles révèle la nature totalitaire de l'UE. Elle a tous les pouvoirs mais pas celui de sortir les peuples de la misere. Bien au contraire. Elle est entourée par les lobbies et n'oeuvre que pour eux.... Ils payen...

à écrit le 16/06/2016 à 22:04
Signaler
Non c'est un vrai sujet compte tenu de l'impact économique de la pollinisation par les abeilles. Essayez de faire le travail des abeilles et vous allez comprendre, un simple essaim c'est quelques 40.000 abeilles qui font bien plus de 8 heures de trav...

à écrit le 16/06/2016 à 21:03
Signaler
J' ai appris que la production de capotes serait externalisée au Boukistan oriental en cas de Brexit, quelqu' un sait ..??!

à écrit le 16/06/2016 à 20:31
Signaler
là on fait les fonts de tiroirs des argument anti-brexit , les prochains c'est quoi ? la famine ,une invasion de crickets ; c'est pas les français qui votent ,ils ont déjà voté en 2005, au tour du peuple britannique de décider

à écrit le 16/06/2016 à 18:09
Signaler
Et attention, le Brexit aura aussi un impact sur la sexualité des champignons de Paris :-)

à écrit le 16/06/2016 à 16:26
Signaler
On ne leur achètera pas de miel, tant pis. Comme c'est une île, ça limite les effets, zut, il faudra remplir d'eau le tunnel. :-) La viande aux hormones, comme aux USA, ils s'y mettront ? Heureusement que la provenance est marquée (je zappe déjà ce ...

le 17/08/2016 à 21:45
Signaler
Il vaudrait mieux acheter du miel français... alors que 70% du miel consommé en France est importé... enfin du miel... du liquide jaune sucré souvent...

à écrit le 16/06/2016 à 15:17
Signaler
Non mais franchement vous n'avez pas l'impression que cette campagne mondiale anti-brexit commence à prendre une tournure particulièrement grotesque ? Après les abeilles le brexit va augmenter le réchauffement climatique également non ? La pollut...

à écrit le 16/06/2016 à 15:10
Signaler
Il est clair que sous la pression notamment des pays du Nord de l'Europe dont entre autres la Suède et plus généralement la Scandinavie, l'environnement a été mieux préservé en Europe grâce à l'Union européenne. On a vu les évolutions favorables en F...

à écrit le 16/06/2016 à 14:58
Signaler
Non mais franchement vous n'avez pas l'impression que cette campagne oligarchique mondiale anti-brexit ceommence à prendre une tournure particulièrement grotesque ? Après les abeilles le brexit va augmenter le réchauffement climatique également n...

à écrit le 16/06/2016 à 14:47
Signaler
En cas de Brexit, les impôts vont augmenter, ce sera la fin de notre civilisation, les abeilles vont toutes mourir, ... les martiens vont débarquer et la Terre va arrêter de tourner.... Décidément, les arguments du camp pour le maintien de l'Angleter...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.