Pétrole : CGG tente de lever des fonds, Total et Bpifrance prêts à participer

 |   |  374  mots
Au troisième trimestre, le groupe a subi une perte nette à 1,07 milliard de dollars, multipliée par neuf en un an.
Au troisième trimestre, le groupe a subi une perte nette à 1,07 milliard de dollars, multipliée par neuf en un an. (Crédits : CGGVeritas)
Le groupe parapétrolier, touché de plein fouet par la chute des cours du brut et la baisse d'investissements de ses clients, veut lever 350 millions de dollars.

Article publié le 07/12/2015 à 13h13, mis à jour à 18h47.

De l'argent frais pour tenir le cap. Le parapétrolier français CGG a annoncé lundi 7 décembre un projet de levée de fonds de 350 millions de dollars. Une assemblée générale mixte des actionnaires se tiendra à cet effet le 11 janvier et "aura pour objet de déléguer à son conseil d'administration la compétence de décider de lancer l'augmentation de capital", précise CGG.

Un renforcement des fonds propres qui viendrait "en complément des opérations de refinancement en cours". "Au terme de ce processus, la plus grande partie des dettes à moyen terme de CGG à échéances 2016/2018 aura ainsi été rééchelonnée", promet le groupe.

Les investisseurs ont très mal accueilli l'annonce. A 12h47, le titre de la société française chutait de 8,32% à 2,75 euros.

Total soutiendra "si nécessaire"

Toutefois, CGG a été informé de l'intention de Total de soutenir "si nécessaire" son augmentation de capital à hauteur d'un maximum de 35 millions d'euros, a annoncé le groupe lundi après-midi. La banque publique d'investissement Bpifrance a également indiqué envisager d'y participer à hauteur de la participation qu'elle détient de concert avec IFP Energies nouvelles, soit 10,62% selon les données de Reuters.

Pertes nettes énormes, suppressions de postes...

Le groupe souffre particulièrement de la chute des cours du pétrole -le baril de Brent est passé de 67,61 dollars le 7 mai à 41,91 dollars ce lundi 7 décembre. Ainsi, ses clients réduisent drastiquement leurs investissements

Le 5 novembre, CGG avait annoncé qu'il allait supprimer 13% de ses effectifs, et réduire sa flotte à 5 navires. La sanction avait été immédiate puisqu'il avait perdu près de 10% en Bourse ce jour-là. Les effectifs du groupe devraient avoir été réduits à 6.320 à la fin de l'année, ce qui représente une baisse de plus de 30% en deux ans.

Au troisième trimestre, le groupe a subi une perte nette de 1,07 milliard de dollars, soit neuf fois plus que lors de la même période un an auparavant.

Enfin, le groupe se prépare à une troisième année de baisse des dépenses de ses clients, a déclaré son directeur général, Jean-Georges Malcor, lors d'une conférence téléphonique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2015 à 6:23 :
quand le baril est à plus de 100 dollars le baril. les profits se chiffrait en plusieurs milliards de dollars et maintenant ils n'ont plus d'argent ha oui les fonds de pension ont tout pris

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :