Florange : la fracture s'amplifie entre Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg

 |   |  664  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
ArcelorMittal dit avoir respecté ses engagements passés en 2006 lors de la fusion entre Arcelor et Mittal Steel... alors que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, accuse le groupe du contraire. Matignon se range du côté de l'aciériste indien.

"Mittal n'a tenu aucun de ses engagements" accusait Arnaud Montebourg en évoquant l'accord passé en 2006 entre Mittal et le gouvernement de l'époque dans une interview accordée aux "Échos" le 25 novembre dernier. La réponse d'ArcelorMittal est tombée aujourd'hui comme un couperet. "Non, nous ne contrevenons absolument pas aux accords passés" a rétorqué ce vendredi l'aciériste.

Mittal respecte ses engagements selon Matignon

Qui a tort, qui a raison ? Dans l'entourage du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, on infirme à nouveau Arnaud Montebourg, et on confirme la version d'ArcelorMittal. "En 2006, les engagements de Mittal étaient conditionnés à la conjoncture" explique-t-on, et "il n'a jamais été question de maintenir les hauts-fourneaux de Florange en activité". "Chez ArcelorMittal, ils sont très juridiques, la conjoncture a changé, ils ont donc considéré que l'engagement ne tenait plus", ajoute-t-on.

Partant, on peut se demander quelle est la valeur des engagements pris aujourd'hui par Mittal auprès du gouvernement. "La nouveauté est que les engagements que nous avons obtenus sont inconditionnels", répond-on à Matignon. L'accord porte sur la préservation des emplois grâce à des reclassements dans la filière froide, des départs en retraite, et des reclassements vers les sites de Fos sur Mer et Dunkerque, mais aussi sur un nouvel investissement dans la filière froide, le non démantèlement pendant six ans des hauts fourneaux et la poursuite du projet Ulcos.

Ulcos n'était pas le Graal

Sur Ulcos, la polémique a fait rage jeudi lorsque la Commission européenne a fait savoir que le groupe ArcelorMittal retirait son projet. Le président Lakshmi Mittal a toutefois manifesté sa volonté d'y revenir, sans s'y engager fermement auprès de Bruxelles. Le projet, s'il voit à nouveau le jour dans sa deuxième version, comme convenu entre le gouvernement Ayrault et Mittal, devra reposer en grande partie sur les sommes mises de côté par l'Union européenne et la France pour subventionner le développement de la technologie. S'il peut être intéressant pour ArcelorMittal de se faire financer en partie une technologie qui lui appartiendra ensuite, rien ne garantit que la France en profitera, ni même que le projet est solide sur le plan industriel. "Si le prix de la tonne de carbone remonte, comme les études le prévoient, et que les pays émergents nous rejoignent du point de vue des normes sur les émissions de gaz à effet de serre, cette technologie nous rendra plus compétitifs", espère-t-on à Matignon. Un pari sur le long terme en somme, mais pas un moyen sûr de relancer la sidérurgie en France.

La nationalisation n'a pas été envisagée

Sur le sujet de la nationalisation, Arnaud Montebourg se voit là aussi désavoué. A Matignon, on explique qu'il n'y avait aucun repreneur sérieux, et la piste de Bernard Sérin - on confirme à demi-mot que c'était bien un des repreneurs de Florange - est balayée d'un revers de main. "Pour nationaliser, il fallait mobiliser de l'ordre de 1 milliard d'euros, 400 millions pour acheter, sans compter la prime d'expropriation, 400 millions pour rénover le site, qui ne peut repartir sans une révision, et 200 millions d'euros de besoin de fonds de roulement pour redémarrer l'exploitation, explique-t-on à Matignon. Le repreneur arrivait avec 110 millions d'euros à lui et un partenaire minier français qui lui apportait un fonds de roulement en nature de l'ordre de 250 millions d'euros". Le risque de se retrouver avec un site de Florange nationalisé sur le long terme ne pouvait pas être pris.

Quand à la piste de Severstaal, on confirme que le Russe avait bien évoqué le sujet. Mais il ne serait jamais entré en contact ni avec le gouvernement ni avec ArcelorMittal. "Il n'y a eu aucune marque d'intérêt réel", assure-t-on à Matignon. Seule concession faite à Arnaud Montebourg, on considère que sa menace de nationaliser temporairement Florange a pesé dans les négociations. Chez ArcelorMittal, on dit ne jamais y avoir cru.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2012 à 19:57 :
Montebourg bientôt out...et n''est que le premier d'une série ministérielle prochaine.
a écrit le 10/12/2012 à 14:56 :
ce qui me frappe dans ces commentaires, et me réjouis, c'est le niveau d'analyse, de responsabilité, la polémique polémique assez argumentée...Presque une discussion de bonne foi.
C'est toujours ça, dans notre malheur...
a écrit le 10/12/2012 à 14:55 :
Vivement qu ils prennent la clé des champs car ils ont fait en six mois plus de betises que SARKOZY en cinq ans aussi je pense que ce gouvernement devrait se faire hara kiry et partir le plus vite possible on les a déja assez vus.
a écrit le 09/12/2012 à 18:22 :
Hollande se moque bien de Florange et du reste de la France maintenant qu'il a le pouvoir !!!
Une marionnette dans chaque main Ayrault et Montebourg pour servir de fusibles pendant que '' moi président '' je me pavane !!!
a écrit le 09/12/2012 à 11:40 :
Ce qui rassurant tout de même surtout pour les" croyants",c'est l'Europe de Mitterrand et l'euro de Jospin c'est quand même a noter.C'est vrai on a eu Sarkozy,j'allais oublier c'est le plus difficile a digérer pour le PS.
a écrit le 09/12/2012 à 10:13 :
Une fois la France sera devenu la Grèce, les hommes politiques de tout bord et les français seront bien servis! Continuons à vivre comme si nous étions au 19éme siècle !
a écrit le 08/12/2012 à 22:23 :
c'est beaucoup plus facile de créer une taxe que gérer un vrai problème
a écrit le 08/12/2012 à 15:42 :
A tous ceux qui détestent la France sur ce forum si l'herbe est meilleur ailleurs qu'ils ne s'en privent pas. Tout le monde est remplaçable. Tous ceux qui critiquent insultent même les ouvriers les fonctionnaires ne sont pas des "Einstein Victor Hugo Pasteur Marie Curie et bien d'autres".
Réponse de le 08/12/2012 à 16:05 :
Rassurez vous c'est fait.......
Réponse de le 08/12/2012 à 17:49 :
Aller regarder cette vidéo : excellent cours d'histoire de 1945 à aujourd'hui, vous y verrez plus clair,
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 08/12/2012 à 15:06 :
Excellent cours d'histoire de 1945 à nos jours
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 08/12/2012 à 15:05 :
Le piège mortel du mondialisme de l'Union européenne : L'Europe et l' « ultralibéralisme » (extrait Polémia)

"Ceci est atterrant, mais n?est que la conséquence, d?une part, du noyautage à peu près total par les bénéficiaires de la mondialisation des instances dirigeantes de l?Union européenne, qui s?est donc retrouvée ouverte à tous vents, et, d?autre part, des abandons de souveraineté au profit de cette même Union européenne consentis par tous les gouvernements de la France qui se sont succédé depuis trente ans.

Ces abandons sont aujourd?hui totaux dans les domaines concernés? Si elle s impose de rester, quoi qu il arrive, dans un cadre de respect des traités signés par ces gouvernements, la France n?a plus aucun moyen de se défendre contre qui et quoi que ce soit.

On est dans une situation telle qu une entreprise française qui, par « patriotisme économique », déciderait de maintenir coûte que coûte une part importante de ses activités de production en France se verrait inéluctablement acculée à la faillite, et se retrouverait à la merci des affairistes du monde entier.
Depuis le 1er janvier 1993 (disposition reprise par l?article 63 du Traité de Lisbonne) sont en effet interdites non seulement toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les Etats membres de l?UE (ce qui peut se comprendre et était au demeurant déjà le cas depuis 1988), mais aussi tous les mouvements de capitaux avec les pays tiers, et cela sans aucune restriction .

Inutile de préciser que, sauf situation exceptionnelle, cette entreprise ne pourrait guère compter sur le soutien financier de l?Etat français : outre que ce dernier n?en aurait pas les moyens, il aurait à faire face à un probable veto de la Commission européenne."
a écrit le 08/12/2012 à 14:17 :
mr martin ne défend que mittal florange mais aux depends des autres mittal les journalistes auraient été bien inspiré de nous faire voir les autres siteS mittal qui craignaient la nationalisation qui aurait été faite aux dépends des autres sites et des CONTRIBUABLES LA GESTION CGT ON LA CONNAIT avec les ports la sncm,edf etc etcà chaque fois les priviléges de certains contre le privé
a écrit le 08/12/2012 à 12:56 :
Demain, dans quelques mois, il y aura deux gauches, comme il y a deux droites aujourd'hui. Le pari est pris.
Réponse de le 08/12/2012 à 13:44 :
Il y a déjà deux gauches. Montebourg s'est juste trompé de gauche.
Réponse de le 08/12/2012 à 14:36 :
certainement une gauche caviars ...une gauche fonctionnaires accroches aux privileges .....une droite riche toujours plus riches une droite caviars
a écrit le 08/12/2012 à 12:31 :
Ce que je retiens, c'est que de Gandrange à Florange, on enfume comme c'est pas possible. Les français devraient se poser des questions depuis le temps. La nationalisation, une arme de dissuasion ? Montebourg et Mittal ont dû bien se marrer quand on sait qu'au regard du droit européen qu'ils connaissent parfaitement l'un et l'autre (et oui, cette soi-disant "EU qui vous veut du bien" !!!), c'est tout simplement interdit dans ces conditions.
a écrit le 08/12/2012 à 11:37 :
Je ne me déplace qu'en voiture. La marche à pied bouzille les articulations.
a écrit le 08/12/2012 à 8:36 :
Mondebourg a le même rôle qu'avait Pérol sous Sarkozy ,à la différence près qu'il ne faisait pas de bruit ,avait des résultats conséquents , Le moulin à vent brasse de l'air car totalement incompétent ,c'est toujours l'apanage de ceux ci
Réponse de le 08/12/2012 à 8:55 :
Bonnet blanc et blanc bonnet, le danger en France c'est la nullité des technocrates et de sa classe politique, à quelques exceptions près et Ayrault comme Mehaignerie ou Fillon font partie des exception, au total les exceptions on peut les compter sur les doigts des deux mains, donc c'est pas lourd. C'est ça qui a coulé la France ou qui l'a empêché d'exploiter tout son potentiel qui est énorme, les technocrates de Bruxelles et leur candeur ou leur infiltration probable par des intérêts étrangers comme les ?illères des allemandes sont également coupables
Réponse de le 08/12/2012 à 9:08 :
fin du texte, il faut lire : les OEILLERES ALLEMANDES SONT EGALEMENT COUPABLES;
a écrit le 08/12/2012 à 8:08 :
Beaucoup d'investisseurs et d'industriels ,se posaient déjà la question de savoir s'il était pertinent d'investir en France ,avec un nouveau gouvernement socialiste et vu la pression fiscale et le coût du travail,avec maintenant de surcroît l'incroyable insulte du Ministre Montebourg adressée au 3ème groupe mondial! ,cela va donner à réfléchir à beaucoup d'entrepreneurs nationaux et internationaux...
a écrit le 08/12/2012 à 6:15 :
La réalité, qui s'est imposée depuis plusieurs années déja ,est qu'effectivement la sidérurgie de demain en Europe de l'Ouest sera sur les ports en eaux profondes pour des raisons logistiques évidentes ( appro du minerai de fer principalement ).
Deuxième réalité : la Direction Générale d'Arcelor de 2004 , dont j'étais membre , avait déja décidé la fermeture en 2010 des HFs de Florange dans son plan stratégique approuvé par le Conseil d'Administration de l'époque et communiqué au CCE ( les syndicats en sont donc parfaitement conscients , l'idée était de programmer suffisamment tôt cet arret pour engager des formations et/ou investissements de reconversion en Lorraine , mais le court termisme a prévalu ...) . Mittal a sans doute eu tort de proroger leur activité ( il ne s'y était pas engagé,faisant dépendre sa décision de la conjoncture ce qui est parfaitement normal ) . Un petit effort d'objectivité de la part du gouvernement était donc bienvenu , pour tenter d'effacer les injures à caractère xénophobe concernant "l'indien" ...!
Réponse de le 08/12/2012 à 10:00 :
les "media "auraient tout à gagner à "hiérarchiser" l'info, car si on sait qu'il ya des fleurons des nouvelles technologies, ils préfèrent dérouler sur les sujets "populaires": images et chocs garantis...
Réponse de le 08/12/2012 à 15:41 :
@ rh ; eh bien mon gars tu as ta part de responsabilité dans ce chaos...tu parles de port en eau profonde
Ok...Le fret ferrovière est sous employé en France et au travers de l' Europe...où l'industrie manufacturière
est encore importante . Beaucoup de gens font un amalgame du terme "acier". Il ne viendrait à l' esprit
de personne de concevoir des machines outils de précisions avec de l'acier à ferrer les bourriques..
a écrit le 07/12/2012 à 23:52 :
Chez les financiers et le gouvernement 1=1 , pour mittal une fonderie au charbon de bois au fin fond de l'Afrique ou une usine très technologique comme florange c'est kif kif, or ce n'est pas le cas Florange fabriquait du haut de gamme pour l'industrie, visiblement ce n'était pas vendu le prix que ça valait d'ou l'absence de rentabilité, on voit que Mittal n'est pas aidé par un service commercial à la hauteur, et si ça ferme ça va piailler chez les clients car la qualité va s'effondrer et une soupape qui pête un arbre à cames à 30000 km c'est pas top!
Réponse de le 08/12/2012 à 8:36 :
Le prix de vente c'est le résultat de l'offre et la demande, la demande a chuté pour longtemps il faut donc réduire l'offre.
Réponse de le 08/12/2012 à 16:42 :
@ pemmore, le haut de gamme c est bien gentil, mais tout le monde n utilise pas le haut gamme de l acier ! pour des centrale nucleaire peut etre ! Mais pour le commun des projets de construction, l acier classique est largement suffisant ! Et l acier normal, est bien moins chere a produire en asie ou en amerique du sud.
a écrit le 07/12/2012 à 23:31 :
Mr Montebourg est fatiguant...fatiguant...fatiguant...!! Des effets d'annonces...et du vent.
Réponse de le 08/12/2012 à 0:51 :
M. Montebourg est desavoué il a fait de son mieux
Réponse de le 08/12/2012 à 8:45 :
M.Montebourg est un clown qui ne fait rire personne et surtout pas les ouvriers de la sidérurgie.Mais il s'accroche à son marocain ministériel car ça lui donne l'illusion d'exister politiquement et médiatiquement.Laissons le continuer à s'agiter sur nos écrans et tel Icare il finira au fond de l'eau !
Réponse de le 08/12/2012 à 8:49 :
@si non non je confirme Montebourg est un Branquignol du plus bas niveau, lancer des invectives comme il le fait en permanence n'a aucun sens CQFD.
Réponse de le 08/12/2012 à 9:57 :
Finalement ,Montebourg nous fait penser au précédent guignol qu'était Sarkozy . Ces gens s'imaginent, en plus , qu'ils ont un quelconque pouvoir ! Le seul qu'ils peuvent avoir est éventuellement celui de nuire.
Réponse de le 09/12/2012 à 1:08 :
clodef M. Nicoas SARKOZY etait un excellent Président Français
Réponse de le 07/10/2014 à 20:31 :
il n'y a aucune dévaluation qui peut sauver des PME franchouillardes non competitives qui refusent toute ouverture et concurrence internationales et pour lesquelles c'est toujours la faute des autres
Je rappelle qu' une dévaluation contracte la demande interne au profit de la demande externe si on est capable d'en profiter
a écrit le 07/12/2012 à 22:27 :
1mrd c'est plus de 66 millions d'actions GSZ à 15? ... pour faire les 600 mecs de Florange en "fonctionnaires" dans une entreprise nationalisée... LoL
a écrit le 07/12/2012 à 21:18 :
La fierté de Hollande à avoir choisi le même cheval de bataille que Sarkozy pour faire mieux que son prédécesseur prouve sa normalité politicienne. Sauf qu'il commet exactement la même erreur à refuser de voir la réalité économique et à la dire aux français. Je ne doute pas que Montebourg saura en tirer parti pour rebondir. Toute cette histoire n'est rien d'autre que politique. Et la politique, c'est voir le monde à travers le prisme de ses idéaux.
http://www.actudumoyenage.fr/2012/12/le-chevalier-montebourg.html
a écrit le 07/12/2012 à 21:16 :
Montebourg s'agite comme une Marionnette ,Ayraud ,c'est le réalisme sceptique,Mittal c'est le cynisme ! La patronne des patrons(Mme Parisot) reste absente; la CGT nous ressort sa lithanie sur la nationalisation. Le mondialisme libéral continue inéxorablement sa marche marche .Rien ne peut l'arréter pour l'instant .Gare ,néanmoins à l'éventuel sursaut de nos vieux pays industriels!? mais il faudra peut etre attendre que le chomage frole les 20 % ;ce qui arrivera peut etre bientot?
a écrit le 07/12/2012 à 21:00 :
De toutes façons la France est un pays instable qui effraie les investisseurs. A juste titre.
a écrit le 07/12/2012 à 20:11 :
Pour avoir cotoyer a une epoque Mr Mittal, celui ci a une bonne "memoire". La France n'a pas fini de payer le prix de cet affront publique. 20.000 employés Mittal en France actuellement, on refera la comptes d'ici 2 ans et votre Francois 1er va se les mordre.
Réponse de le 07/12/2012 à 21:26 :
"Insider", votre propos est boffffffff
Réponse de le 08/12/2012 à 7:01 :
et ce d'autant que Ayrault et sa clique n'ont rien compris à la communication publique : on ne peut pas dire quelque chose et son contraire pour des buts politiques. Les gens s'en souviennent et un jour cela fait boum !!! et peu importe que cela soit Sarkozy ou Hollande : ceux-ci ont fait autant de conneries que les autres !!! déjà a avoir été ou à être incapables de réformer l'école ou la formation qui est si nulle dans ce pays !!!!
la situation de Florange en est l'exemple parfait !!!
Réponse de le 08/12/2012 à 10:46 :
@bofbof : comme je vous l'indique, on en reparlera dans quelques années. Patience, Mittal prépare calmement sa revanche qui sera cinglante
a écrit le 07/12/2012 à 20:08 :
Les politiciens sont des marionnettes, des larbins endimanchés qui en echangent de leur soumission au pouvoir economique peuvent se gaver sur le dos du contribuable.
Réponse de le 08/12/2012 à 7:04 :
c'est bien le pouvoir économique qui te permets de vivre !!!
alors arrête de taper sur les entreprises !!
d'autre part, si il y a un pouvoir économique, il y a aussi un pouvoir du consommateur qui actuellement n'achète plus de voiture française qui achète son métal chez Mittal !!!!! tu n'achètes plus de voitures, Mittal n'a plus de travail !!!
Réponse de le 08/12/2012 à 10:54 :
Les voitures, ça pollue, je marche à pied et en plus c'est bon pour la santé ... lol.
a écrit le 07/12/2012 à 19:25 :
On peut être certain que les accords passés avec Mittal on été lu et relu pour essayer d'y trouver une faille, rien n'a été trouvé et Jean-Marc Ayrault a donc confirmé que Mittal a respecté ses engagements.
@aka: Vous parler de naïveté, à ce niveau de responsabilité c'est de l'incompétence, Mittal est dans son rôle, c'est cela le monde des affaires, le monde du travail.
C'est pas pour les bisounours.
a écrit le 07/12/2012 à 19:25 :
Mittal avait en face des amateurs en stratégie industrielle qui en plus étaient divisés ! Cela va être du velours pour la suite, son groupe représente 20 000 emplois en France avec une grande partie qu'il peut mettre en concurrence avec ses sites étrangers...
a écrit le 07/12/2012 à 19:21 :
Y en a pas un pour rattraper l'autre, c'est une bande de pieds nickeles
a écrit le 07/12/2012 à 19:20 :
ayrault est-il toujours opérationnel?
a écrit le 07/12/2012 à 19:18 :
donc , pas vraiment de repreneur , au final...vos confrères de Challenges avaient annoncé qu?un ticket "hybride" serin/mordakov , qui ressemblait beaucoup à ce qu?avait présenté A Montebourg s?était retiré. donc effectivement pas d?offre "crédible , ferme et avec un plan de financement bouclé " semble t'il... .niveau rapport de force, pas vraiment de quoi aller arracher quoi que ce soit à Mital. ! Sans solution de repli, ce mauvais accord est peut être bien effectivement le meilleur accord possible..
a écrit le 07/12/2012 à 19:17 :
On voit les fin négociateurs du gouvernement qui ont réussi a préserver l'emploi en partie grâce au départ en retraite.
a écrit le 07/12/2012 à 19:05 :
Le gouvernement n'est pas capable de nous garantir une fiscalité sur 6 mois, et il voudrait que Mittal s'engage sur 6 ans , alors que la consommation d'acier a baisser de 25 % en Europe.
Réponse de le 07/12/2012 à 19:19 :
je ne vois pas le rapport entre la fiscalité abusive du gouvernement qui ne sera pas sur 6 mois mais sur 5 ans et l'acier , vous étes trop naif , ce gouvernement est une bande de menteur qui sont la , pour se remplir les poches et vider celles des francais , ca c'est la réalité .
Réponse de le 07/12/2012 à 21:28 :
@schtroumf en colere : le rapport est très simple: moi, quand on m'annonce que d'ici la fin de cette année 2012, je bénéficerais d'un crédit d'impôt si j'embauche ... mais qu'il y aura des contreparties exigées ... qui, elles, seront annoncées en mars ou avril 2013 : ben moi : j'embauche PAS dans ces conditions ..; j'attends pour voir, et je suis pas le seul, croyez-moi !!!
Réponse de le 08/12/2012 à 7:07 :
il faut en finir avec les politiciens de tous bords, tous aussi incapables !!! il nous faut nous prendre en mains et bosser !!!!!
le travail il y en a à la pelle, mais pas à l'ANPE !!!!!
a écrit le 07/12/2012 à 18:54 :
il faut appeler le samu pour la fracture , faite le 115
a écrit le 07/12/2012 à 18:47 :
mr montebourg rejoignait le FN , en 2017 , je vous promet une place de 1er ministre
Réponse de le 07/12/2012 à 23:14 :
et dans ce couple de "patriote" qui fera le clown parmi ces 2 clowns?
a écrit le 07/12/2012 à 18:26 :
Rien à espérer du président et de son premier minsitre : Monsieur Montebourg qu allez-vous faire dans cette galère ! Rejoignez l opposition !
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 07/12/2012 à 18:22 :
Il m'est d'avis que Mittal a bien mené tout le monde en bateau. Déjà au moment du rachat il d'Arcelor il a bien enfumé tout son monde. En 2008 l'action était au plus haut et il n'y a jamais eu un plan d'investissement ambitieux. Pourquoi le ferait-il maintenant alors que la conjoncture n'a fait que se dégrader? Vraiment fort se Mittal pour se jouer des gouvernements (et pas seulement français). Se qui m'intrigue c'est la naïveté de ses interlocuteurs. Ou alors il est doué d'une force de persuasion hors du commun? Si quelqu'un a une explication je suis preneur.
Réponse de le 07/12/2012 à 19:04 :
L'entreprise est à Mittal ? Il en fait ce qu'il en veut tout en respectant la loi ... Le reste c'est de la poésie ...
Réponse de le 08/12/2012 à 5:19 :
Non l'entreprise n'est pas à Mittal tous seul, derrière sont les banques anglaise pour 95%, réveiller vous Paulo avec votre poésie du prince charment.
Réponse de le 08/12/2012 à 7:13 :
et vous pensez que les banques ne sont pas derrière Mittal ???
Mittal démontre chaque jour qu'il est le meilleur, même si je comprends la déception des syndicats qui ont écouté un Montebourg aussi nul qu'incompétent : la nationalisation était impossible et Mittal le savait parfaitement, il jouait donc sur du velour.
maintenant si il fait financer le projet Ulcos par les politiques cela pourra peut-être lui permettre d'avoir une technologie pour un prix raisonnable, encore fallut-il que les autres pays veuille bien prendre en compte le CO2 ce qui n'est pas gagné.
Pour autant je suis admiratif que M Ayrault ait été capable d'évaluer les coûts d'une nationalisation (même si cela lui a été soufflé !!)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :