LTDE

Entretien des éoliennes, une opportunité d'emplois ?

 |   |  293  mots
(Crédits : Kwangmoo - Fotolia.com)
Bénéficiant du boom des énergies renouvelables, l’éolien représente désormais un secteur dynamique et qui recrute. Chaque année, quarante candidats décrochent leur certificat de technicien en maintenance éolienne et trouvent aussitôt un emploi.

Fin 2017, la France disposait d'un parc de plus de 6 000 éoliennes terrestres, pour une puissance installée de 13 760 mW. Afin d'entretenir et de gérer un tel parc, ce sont plusieurs centaines de techniciens qui sont nécessaires : la maintenance de vingt machines requiert deux techniciens à plein temps.

Lire aussi : Quel potentiel pour l'éolien offshore ?

Actuellement, la filière éolienne recrute donc en continu, 80% des futurs techniciens se voyant proposer un poste avant même la fin de leur formation.

Quel profil ont-ils ?

Globalement, ce sont des personnes capables :

  • de grimper au sommet des machines ;
  • de résoudre une panne à 100 mètres d'altitude ;
  • de remplacer une pale suspendues dans le vide ;
  • d'intervenir à tout moment en urgence.

Où se former ?

En France, il existe sept instituts techniques dispensant une formation en maintenance éolienne. Celle-ci dure sept mois, dont deux de stage en entreprise. Il est conseillé d'être titulaire d'un Bac +2 en électronique, électricité, mécanique ou électromécanique, même si cela n'est pas obligatoire.

Cette formation aboutit à un certificat professionnel validé par BZEE (BildungsZentrum für Erneuerbare Energien), institut allemand faisant référence dans le secteur éolien et disposant de 29 centres de formation répartis dans le monde.

Le fait d'être diplômé de l'éolien terrestre ouvre la voie à une formation complémentaire permettant d'opter pour une carrière dans l'offshore.

Vers une évolution des compétences

La France disposant d'un parc éolien vieillissant, les responsables de l'entretien et de la maintenance actuels vont devoir s'adapter. Le but ? Passer d'une maintenance de prévention, telle qu'une inspection visuelle, à une maintenance curative : remplacement des pièces mécaniques, réparation des pales, etc.

Un changement qui demandera des remises à niveau et spécialisations pour les équipes déjà en place.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :