LinkedIn, externalisation du process et demande trop exigeante : le recrutement est-il en crise ?

Alors que beaucoup d’entreprises désespèrent de trouver de nouveaux collaborateurs, la performance des méthodes de recrutement doit être ré-interrogée pour Jean Pralong, professeur en gestion des ressources humaines à l'EM Normandie.

8 mn

L'approche des recruteurs est biaisée par plusieurs phénomènes, estime Jean Pralong, responsable de la chaire « compétences, employabilité et décisions RH » de l'EM Normandie.
L'approche des recruteurs est biaisée par plusieurs phénomènes, estime Jean Pralong, responsable de la chaire « compétences, employabilité et décisions RH » de l'EM Normandie. (Crédits : Reuters)

Et si les processus de recrutement étaient, pour partie, responsables de la pénurie de candidats dont se plaignent de plus en plus d'employeurs ? C'est la thèse que soutient Jean Pralong, responsable de la chaire « compétences, employabilité et décisions RH » de l'EM Normandie. Auteur de plusieurs ouvrages de référence, le psychologue a cette fois passé au crible, dans une étude*, les méthodes utilisées par les responsables RH et les cabinets de recrutement pour l'embauche de « cols blancs » dans les métiers les plus recherchés : ingénieurs informatiques, dirigeants commerciaux, chargés de clientèle.... Et il plaide pour une interdiction de la chasse au « mouton à cinq pattes ».

Pour cet expert, l'approche des recruteurs est biaisée par plusieurs phénomènes, à commencer par la généralisation depuis le début des années 2000 d'un process standardisé qui, lorsqu'il est mal utilisé, débouche sur une mauvaise appréciation du profil recherché. «Beaucoup de recruteurs ont du mal à raisonner en terme de compétences, ils se font une idée un peu abstraite ce qu'est le meilleur possible » déplore t-il. 

Quand Linkedin fait monter les enchères

Faute de critères objectivés, il arrive que le diplôme d'une grande école ou le passage par un grand groupe fasse office de sésame, avec pour conséquence d'assécher le gisement de candidats. « Le processus devrait, au contraire, conduire à mieux circonscrire les critères d'embauche. D'un côté ceux indispensables à l'exercice de la fonction, quatre ou cinq tout au plus. De l'autre, ceux qui relèvent du bonus, de la cerise sur le gâteau ».

La montée en puissance des réseaux sociaux professionnels rebat aussi les cartes. Parce qu'ils surexposent des candidats potentiels, Linkedin et consorts incitent les recruteurs à élever leur niveau d'exigence, quitte à décourager des postulants ou à devoir procéder ensuite à des appariements un peu bancals. « Avec les réseaux, on a l'impression que le vivier est illimité ce qui a tendance à faire monter les enchères ». 

Des recruteurs trop juniors ?

Autre phénomène pointé par le psychologue : la disparition ces dernières années des services recrutements au sein des entreprises au profit de responsables RH, le plus souvent juniors, placés sous l'autorité de managers de proximité. Ces « business partners » jouissent d'une latitude moins grande que leurs prédécesseurs placés auprès des sièges. « Pour satisfaire leur n+1, ils sont moins enclins à retravailler la demande même si elle est mal formulée et à défendre le candidat là où des recruteurs plus chevronnés auraient fait valoir leur expérience », observe t-il.

De même, beaucoup de recruteurs tendent à négliger la période d'essai du candidat (« onboarding » dans le jargon). Une erreur pour Jean Pralong : « Leur rôle est de favoriser la mise en relation. Un nouvel entrant doit être accompagné non seulement pendant l'entretien avec le manager mais aussi dans les premières semaines pour faciliter son intégration » rappelle t-il. A défaut, l'entreprise pourra s'exposer à des ruptures de contrats anticipées.

*Process, mon amour. Au delà du process standard, quelles pratiques réelles et pratiques idéales pour les recruteurs en France.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 15/12/2021 à 18:48
Signaler
Peut être que le covid a fait oublier certaines réalités (effet secondaire ?) : les talents, et bien ça se paie, et rubis sur l'ongle, sinon, vous ne trouverez personne. Peut être rappeler la réalité des salaires en zone France qui est une des plus b...

à écrit le 15/12/2021 à 14:02
Signaler
Dommage que l'article soit payant, pour une fois, il m'aurait intéressé. Déjà, on pourrait embaucher aussi les plus de 50 ans, j'ai l'impression que passé cet âge, ça devient beaucoup plus difficile de trouver un emploi

à écrit le 15/12/2021 à 11:40
Signaler
les cabinets de recrutement sont les principaux responsables, leurs annonces emplois ne sont que de piteuses annonces publicitaires pour leurs cabinets et les descriptions des emplois proposés sont incomplètes, très mal rédigées, avec des exigences e...

à écrit le 15/12/2021 à 8:36
Signaler
c est sur que trouver un ingenieur en informatique pour travailler a paris en SSII (marchand de viande) pour 2000 €/mois net ayant moins de 30 ans mais 10 ans d experience c est dur

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.