L'e-commerce, un champ libre pour les femmes ?

 |   |  281  mots
L'e-commerçant type reste toutefois un homme âgé de 35 à 49 ans.
L'e-commerçant "type" reste toutefois un homme âgé de 35 à 49 ans. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Un indicateur non exhaustif chiffre à 37% la proportion de femmes dans l'e-commerce. Première motivation de ces dernières? Dégager du temps pour s'organiser...

La Silicon Valley est peut-être sexiste, les femmes se font (timidement) une place dans le monde du numérique. En France, certaines s'y engagent par une voie très détournée: l'e-commerce. Parmi tous ceux qui dans l'Hexagone se lancent dans l'aventure cyber-marchande, 37% seraient des femmes: un niveau supérieur aux 25 à 30% de femmes dirigeantes de TPE et PME en France, la "moyenne admise" mise en avant par KPMG.

"Organiser leur temps"

Certes, l'indicateur est loin d'être exhaustif. Il porte en effet sur les 3.000 sujets d'une étude menée par le cabinet d'audit pour Oxatis, agence marseillaise, spécialiste de prestations de service en e-commerce aux TPE et PME. Parmi eux, moins de 500 on répondu.

Sans être assurément représentatif donc, un point en particulier retient l'attention: la motivation des sondées diffère pour beaucoup de celle des hommes. "Elles sont 25,3% à opter pour cette forme de commerce pour pouvoir organiser leur temps de travail à leur convenance et non pas, comme la majorité des hommes, pour étendre leur zone de chalandise et fonctionner 24h/24", notent les auteurs de cette étude.

Sans surprise, les femmes sont surreprésentées dans la vente de vêtements, produits de beauté et décoration.

40% de franchisées

D'ailleurs, matière entrepreneuriat, les Françaises semblent apprécier les structures leur assurant une certaines indépendance. Ainsi 40% des patrons de franchises en France sont des femmes en 2014, la même proportion qu'en 2013, selon la Fédération française de la Franchise. La proportion de femmes qui créent, reprennent ou dirigent des réseaux de franchises, non chiffrée dans le dernier rapport de cet organisme, est probablement bien plus faible.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :