Airbnb veut copier les hôtels avec un service premium

 |   |  448  mots
Fondée en 2008, la plateforme collaborative Airbnb est valorisée à 31 milliards de dollars.
Fondée en 2008, la plateforme collaborative Airbnb est valorisée à 31 milliards de dollars. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Le site de location de biens immobiliers veut séduire des voyageurs plus aisés et plus âgés avec ce service premium. Une nouveauté qui s'inscrit dans le changement de cap opéré depuis 2013 par Airbnb, qui travaille à imiter les hôtels.

Airbnb veut monter en gamme. La plateforme de location entre particuliers serait sur le point de lancer un service premium, baptisé "Select" en interne, selon Bloomberg. L'idée : se rapprocher des standards hôteliers pour conquérir une population plus aisée et plus âgée. La génération des "Millennials", née à partir des années 80, représente actuellement 60% des utilisateurs ayant déjà utilisés le site.

La plateforme collaborative sélectionnerait dès la semaine prochaine une poignée d'hôtes éligibles au programme, selon Bloomberg. Leurs biens immobiliers devront répondre à un certain nombre de critères dictés par l'entreprise californienne : linges de lit neufs et assortis aux draps de bain, articles de toilette à usage unique, sélection de thé et de café... Les appartements seront inspectés par des employés d'Airbnb. Pour inciter les hôtes, la plateforme propose entre autres les services gratuits d'un photographe professionnel ou une consultation avec un décorateur d'intérieur. Le service pourrait être généralisé à la fin de 2017.

> Lire aussi : Airbnb se transforme en tour opérateur avec son nouveau service "Trips"

Uniformiser son offre jusqu'à la déco

La plateforme de location s'est lancée en 2008, avec l'esprit d'aller habiter chez l'habitant pour découvrir de nouvelles cultures. Désormais valorisée 31 milliards de dollars, l'entreprise a opéré un virage stratégique en 2013. Le cap a été donné par le recrutement de Chip Conley, fondateur de Joie de Vivre Hotels, une chaîne d'hôtellerie américaine. Son job : professionnaliser les loueurs Airbnb en leur apprenant l'accueil du milieu hôtelier.

Une "charte d'hospitalité" est alors créée, établissant des standards en matière de propreté ou d'annulation de réservation - sous peine de pénalités financières. La plateforme se réserve aussi le droit de désactiver momentanément une annonce si l'hôte refuse "un trop grand nombre de demandes de réservation". L'entreprise instaure également des heures d'arrivée et de départ pour les touristes. Et en 2015, Airbnb applique une technique de variation des prix, en fonction de la demande. La société tend même à uniformiser son offre, en adressant des conseils déco sur son blog - du retrait des objets personnels aux "leçons à apprendre des salles de bain d'hôtels".

Si Airbnb se plaît à copier les hôtels, la plateforme collaborative rechigne à se voir appliquer les mêmes obligations. L'hôtellerie accuse régulièrement l'entreprise californienne de concurrence déloyale, qui collecte la taxe de séjour dans seulement 220 villes dans le monde.

> Lire aussi : Airbnb : les professionnels du tourisme appellent à une grande bataille judiciaire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2017 à 20:42 :
Très bien, airbnb doit se diversifier. Les grands groupes comme Accorhotels copient eux aussi Airbnb avec les apparthotels alors ce n'est que le retour à l'envoyeur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :