Décollage convaincant pour IAG, fusion de British Airways et Iberia

 |   |  346  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe aérien hispano-britannique, né de la fusion de British Airways et Iberia, a annoncé ce vendredi avoir renoué avec les bénéfices en 2010.

International Airlines Group (IAG), né de la fusion entre British Airways et Iberia, a publié ce vendredi un bénéfice avant imposition de 84 millions d'euros pour 2010. IAG, qui a démarré son activité le 24 janvier, a également fait état d'un chiffre d'affaires de 14,79 milliards d'euros pour 2010, après 13,45 milliards en 2009.

Ces chiffres combinés reposent sur une activité théorique en tant qu'entité unique sur les douze derniers mois. La comparaison d'une année sur l'autre a été calculée par le groupe. Aucun consensus précis n'était disponible, les prévisions d'analystes variant considérablement en raison du caractère récent de l'alliance entre les deux compagnies aériennes.

Les bénéfices du quatrième trimestre ont souffert des perturbations climatiques en Grande-Bretagne et de la grève des contrôleurs aériens en Espagne. Selon le groupe, les bénéfices ont ainsi été amputés de 71 millions d'euros.

IAG a en outre dit suivre de près l'évolution des cours du pétrole à la lumière des troubles en Libye, qui ont entraîné une nette hausse des cours.

Le directeur général, Willie Walsh, a déclaré que la compagnie disposait de couverture de pétrole suffisantes dans l'immédiat, et que la hausse des cours n'avait pour l'instant pas eu d'impact sur les réservations.

Il a souligné qu'IAG se gardait la possibilité d'augmenter ses prix si cela s'avérait nécessaire.

"L'instabilité politique actuelle au Moyen-Orient et son impact sur les cours du pétrole sont suivis de près", affirme le groupe dans un communiqué.

British Airways et Iberia ont renoué l'an dernier avec les bénéfices grâce à la reprise des voyages en catégorie premium, soit la première classe et la classe affaires combinées.

Les analystes du secteur redoutent toutefois un nouveau ralentissement de l'activité en raison de la hausse du pétrole et de la confiance en baisse des consommateurs européens.

Le titre IAG gagnait 1,68% à Londres ce vendredi matin, à 234,4 pence alors que l'indice sectoriel avance de 0,39%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :