SeaFrance : le tribunal examinera le projet de reprise le 9 janvier

 |   |  213  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Le tribunal de commerce de Paris a reporté au 9 janvier l'examen du projet de reprise de la compagnie de ferries trans-Manche SeaFrance par une société coopérative ouvrière (Scop) regroupant ses salariés.

C'est Philippe Brun, avocat du syndicat CFDT Maritime, qui a annoncé ce report ce mardi. Ce délai est justifié par la nécessité d'apporter des précisions sur les modalités de financement de la Scop, les syndicats demandant une réunion mercredi avec le gouvernement pour les définir, a ajouté l'avocat du seul projet de reprise de l'entreprise sur la table, avec plus de 800 emplois à la clé.

Les juges ont ainsi accédé à la demande des représentants des salariés, qui se sont montrés réservés sur la solution proposée par le gouvernement, laquelle passe par une liquidation définitive de la société maritime. Les syndicats voulaient donc du temps pour pouvoir continuer à tyravailler sur le dossier.

Nicolas Sarkozy a pris l'affaire en main lundi en faisant savoir à l'issue d'une réunion à l'Elysée avec les ministres concernés que le gouvernement soutenait le projet de Scop.

L'Etat et la SNCF se sont engagés à fournir aux salariés de la compagnie les moyens de monter cette société par des indemnités extralégales ou des avances.

Entre 40 et 50 millions d'euros au minimum devaient être avancés pour lancer ce projet de Scop, dont 11 à 12 millions d'euros seraient apportés par les collectivités locales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2012 à 2:02 :
Il faux penser que la subsistence des bateaux est désirable pour la sécurité publique,
c´est un transport subsidiaire de secours, indispensable dans la plupart des événemments imprévistes.
a écrit le 03/01/2012 à 16:31 :
Au pays des 35h ... sur un trafic reliant deux pays ça le fait pas !!!!!!!!!!!!!!! .... Bon si vous me dites cette société sera de droit britannique .... peut être !
a écrit le 03/01/2012 à 16:23 :
C'est cousu de fil blanc, ça achoppe sur des avances remboursables fournies par l'Etat bien sûr en contradiction totale avec la législation européenne qui ne seront évidemment jamais remboursées. Il est temps de retirer la perfusion car les contribuables sont de plus en plus inquiets
a écrit le 03/01/2012 à 13:23 :
La nouvelle mode : réinvestir la prime de licenciement dans une SCOP . PETROPLUS doit se lancer ...
Réponse de le 03/01/2012 à 16:21 :
2012 ! Nouvelle mode .... l'attrape couillon !
a écrit le 03/01/2012 à 13:18 :
Tres bonne idee cette SCOP, mais pas avec l'argent du contribuable!
Réponse de le 03/01/2012 à 16:19 :
prime de la SNCF ce n'est pas notre argent ??????????
a écrit le 03/01/2012 à 12:08 :
C'EST LA CHRONIQUE DES NAUFRAGES ORGANISÉS.
Qui peut résister face au concurrent de SEA FRANCE? Qui peut résister à une compagnie qui n'a pas les mêmes charges sociales et fiscales? Qui peu résister à une entreprise qui a une partie de ses sociétés située dans des paradis fiscaux? PERSONNE! Le Gouvernement le sait très bien. Il veut gagner du temps sur un drame social auquel il a contribué. Comment? En participant à la disparition des compagnies publiques. En acceptant que l'Europe refuse la recapitalisation de ces compagnies publiques, alors que l'UE ne surveille pas le fonctionnement des compagnies privées qui assurent un marché public. Cette concurrence pipée est de nature idéologique. IL FAUT DÉMONTRER À TOUT PRIX QUE LE PUBLIC N'EST PAS VIABLE. Résultat, il ne restera que P&O sur le Transmanche et les italo suisses sur les lignes Corse-continent français. Cet acharnement idéologique a détruit,notamment, la marine marchande française. Et dire qu'il y a encore des aveugles pour accuser la CFDT de "fanatisme".
a écrit le 03/01/2012 à 11:24 :
Le tribunal peut tout examiner. La SCOP ne pourra jamais payer les salaires et entretenir la flotte. NKM et Mariani ont avalé leur chapeau sur les ordres du monarque mais referont sans difficultés volte face le moment. Bruxelles n'avalisera jamais ce projet financé en fait sur des fonds publics via la SNCF et les collectivités locales.
Réponse de le 03/01/2012 à 16:24 :
Au pays ... d'Alice au pays des merveilles .... tout est possible !
Réponse de le 03/01/2012 à 16:50 :
Finalement ...ce sera Alice au pays des vermeils ....avec les pré-retraites !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :