Aérien : Bruxelles courbe l'échine sur la taxe CO2

 |   |  326  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
la Commission européenne a en effet proposé ce lundi de geler son application pour les vols intercontinentaux à destination ou au départ de l'UE jusqu'à la prochaine assemblée générale de l'Organisation de l'aviation civile (OACI) à l'automne 2013.

Attaqué de toutes parts, le système d?échange de permis d?émissions de CO2 (ETS ou Emissions Trading Scheme), introduit en 2012 par Bruxelles dans le transport aérien est mis entre parenthèse. La Commission européenne a en effet proposé ce lundi de geler son application pour les vols intercontinentaux à destination ou au départ de l'UE jusqu'à la prochaine assemblée générale de l'Organisation de l'aviation civile (OACI) à l'automne 2013. "J'ai proposé d'arrêter les pendules, car nous avons des signes qu'un accord peut être conclu au niveau international", a annoncé la commissaire européenne en charge du Climat, Connie Hedegaard. "Mais que les choses soient claires, si aucun accord n'est trouvé à cette date (à l'automne 2013), nous repartons au point où nous étions. Il n'y aura pas de nouvelle proposition", a-t-elle averti.

Représailles de Pékin

En instaurant un tel système de manière unilatérale, Bruxelles s?est mis à dos 36 pays dont la Chine, les Etats-Unis, l'Inde et la Russie. La Chine notamment, a lancé des représailles commerciales en refusant depuis plusieurs mois de valider une commande ferme d?avions passées par des compagnies aériennes chinoises à Airbus. En outre, Pékin avait indiqué que ses compagnies ne paieraient pas.

Airbus satisfait, Ryanair s'insurge

Airbus s?est fendu d?un communiqué pour se féliciter de la décision de Bruxelles. Au printemps, l?avionneur, six compagnies aériennes européennes dont Air France, mais aussi Safran ont envoyé un courrier aux chefs de gouvernement français, allemand, britannique et espagnol pour les " alerter sur les conséquences économiques" de ce système d?échanges de permis d?émissions, qui constitue une menace "inadmissible" sur leur activité. L?Association internationale du transport aérien (Iata) s?est également félicitée de l?annonce de Connie Hedegaard. En revanche Ryanair s?insurge contre le fait que le système ETS soit toujours maintenu pour les vols intra-européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2012 à 8:51 :
Une taxe écolo, par-ci, par-là, ce n'est pas grand chose de prendre 2 ?. Les voyageurs qui prennent l'avion sont des riches. Ils peuvent payer ! Personne ne peut changer cette façon simpliste de penser. Le poids des pays internationaux ont réussi à faire plier cette pensée unique. Cela en dit long sur le poids de l'Europe et sur la compétence de ces députés européens.
Réponse de le 14/11/2012 à 19:15 :
A lire le nombre de voyageurs qui utilisent ce moyen de transport, il y a beaucoup de riches!
Votre réaction était valable dans les années 50, pas aujourd'hui. Demandez aux antillais, réunionnais et aux familles qui ont des parents qui vivent à l'étranger, vous serez surpris!
a écrit le 12/11/2012 à 20:35 :
une question bete : quels diplomes sont nécessaires pour devenir commissaire européen ? d'après ce que j'ai lu , le salaire a l'air intéressant !
Réponse de le 13/11/2012 à 1:31 :
Laissez tomber, vous en seriez incapable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :