Accident SNCF Brétigny-sur-Orge : une première piste privilégiée sur la cause du déraillement du Paris-Limoges

 |   |  952  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Une pièce de métal défaillante dans l'aiguillage de la voie sur laquelle circulait le train accidenté vendredi en gare de Brétigny-sur-Orge serait à l'origine du déraillement du Paris-Limoges. La SNCF va contrôler 5.000 pièces semblables sur l'ensemble de son réseau.

Une pièce de métal défaillante dans l'aiguillage de la voie sur laquelle circulait le train accidenté vendredi en gare de Brétigny-sur-Orge serait à l'origine du déraillement du Paris-Limoges, a annoncé samedi un responsable de la SNCF. "Cette éclisse", sorte d'agrafe en acier qui relie deux rails dans un aiguillage, "s'est désolidarisée, elle s'est détachée, elle est sortie de son logement", a détaillé le directeur général des infrastructures, Pierre Izard, après les premiers constats de la nuit de la compagnie. L'éclisse, qui s'est détachée, "est venue se loger au centre de l'aiguillage et à cet endroit elle a empêché le passage normal des roues du train et elle aurait provoqué le déraillement du train", a-t-il précisé.

Dans ce contexte, la SNCF a annoncé le contrôle des 5.000 pièces semblables de son réseau. "La désolidarisation de cette éclisse du rail est l'objet même" des enquêtes judiciaires et techniques en cours, a déclaré le patron de la SNCF Guillaume Pepy. "Nous avons décidé de vérifier les équipements de cette nature sur l'ensemble du réseau et cela commence maintenant", a-t-il précisé. Le chef de l'Etat François Hollande avait assuré vendredi soir que toutes les enquêtes seraient conduites "pour qu'il n'y ait aucun doute sur ce qui s'est produit".

Les enquêteurs à pied d'oeuvre

Des agents du Bureau enquête accident de transports terrestres (BEA-TT) devaient se rendre dès samedi sur les lieux de l'accident ferroviaire meurtrier de Brétigny-sur-Orge pour récupérer les "boîtes noires" du train, examiner les wagons accidentés et les voies, a expliqué à l'AFP son directeur, Claude Azam : "J'ai des enquêteurs qui, dès cet après midi (samedi, NDLR), se rendront sur le lieux pour essayer de voir la cohérence de ce que la SNCF a pu annoncer. Pour commencer notre enquête, nous allons récupérer les bandes ATESS, bande graphique du train, qui nous diront exactement comment le train roulait : vitesse, actions du conducteur (accélération, ralentissement, freinage d'urgence, déclenchement du signal sonore), quand le train a commencé à avoir des avaries, etc. A l'inverse des boîtes noires d'un avion, la bande graphique n'enregistre pas les conversations ni ne filme dans le poste du conducteur. Cette bande graphique est protégée et on arrive toujours à la récupérer dans un accident, même quand la locomotive est endommagée. Ensuite, on va regarder tous les wagons accidentés et observer visuellement les dégradations que les roues, les essieux, etc. ont pu subir. On va prendre des éléments de mesures sur ces différentes pièces pour voir si elles sont dans les normes ou pas. On va aussi faire des investigations sur la voie. Tant qu'elles ne sont pas faites, l'exploitant ferroviaire ne peut pas faire de démontage ou de modification sur les voies. De toutes les manières, il y a des traces qui ne se cachent pas comme ça".

Interrogé sur la durée de l'enquête, Claude Azam a rappelé que les "investigations peuvent être un peu longues. La directive européenne nous donne un an pour faire une enquête. Selon la nature des accidents, on peut être plus au moins rapide, et on peut sortir des rapports intermédiaires". S'agissant de l'éclisse incriminée, il a estimé que si elle a bougé, "il faudra savoir pourquoi elle est sortie de son logement. L'éclisse est vissée. Si elle a bougé, c'est qu'elle s'est dévissée. Il peut y avoir des causes liées aux vibrations du passage d'un autre train, au resserrage; il peut y avoir une pièce qui a cassé, ce qui peut se faire brutalement. Comme un boulon qui se desserre, cela n'est pas détectable immédiatement". Normalement sur les voies ferrées, il y a une tournée visuelle tous les 15 jours assurée par la SNCF en tant que gestionnaire opérationnel. RFF est le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire. Pour réaliser cette gestion au plan opérationnel, il s'appuie sur la SNCF et sur la SNCF Infra.

Six morts

Au total, dans cet accident qui a coûté la vie à au moins six personnes, quatre voitures ont déraillé : deux se sont couchées sur la voie, une s'est trouvée à cheval sur la voie et sur le quai et la dernière est restée debout. Le train comptait sept voitures. C'est l'accident ferroviaire le plus meurtrier depuis la collision en 2008 entre un TER et un car scolaire à Allinges (Haute-Savoie), tuant 7 collégiens. Le responsable du SAMU de Paris, le professeur Pierre Carli, a annoncé samedi matin que le pronostic restait "réservé pour deux blessés" de la catastrophe ferroviaire survenue la veille sur le Paris-Limoges. "Le bilan fait état de deux blessés dont le pronostic est réservé ; les autres blessés, y compris les blessés graves, vont beaucoup mieux aujourd'hui", a-t-il précisé devant la presse, ajoutant que "neuf urgences absolues" et "51 urgences relatives" avaient été recensées. "Il y a très clairement une amélioration de la situation ce matin", a-t-il précisé. Le professeur Carli a précisé que les 51 blessés avaient reçu "des soins légers dans les hôpitaux de proximité". Les neuf blessés très graves, "des polytraumatisés, ont été évacués par hélicoptère". Il a indiqué en outre que "70 personnes avaient été prises en charge par des cellules d'urgence médico-psychologiques". Le responsable du Samu parisien a souligné la bonne "coordination" des secours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2013 à 17:37 :
je n'ai jamais cru a toutes les conclusions hâtives de la SNCF,je suis convaincu que cette lourde piéce maintenue par 4 sérieux boulons ne s"est désoladirisée d'elle meme,je n'y crois pas.on a délibérément dévissé ces 4 boulons,je ne suis pas le seul a penser la meme chose.
j'ai une proposition a avancer,pourquoi la SNCF ne monte pas des freins d'écrous çà existe?
a écrit le 15/07/2013 à 14:30 :
L'éclisse: un morceau qui fait désormais parti de la Dark Side of the SNCF !
a écrit le 15/07/2013 à 13:31 :
vérifiez svp et dites nous honnêtement :

- les caméras de sécurité de la gare étaient-elles en fonctionnement ou avaient-elle été sabotées ?
- quid de la présence de la bande organisée qui a dévalisé les voyageurs, sauveteurs (on voit lors d'un interview d'un rescapé des individus lui faire les poches - coupure au montage et autre plan immédiatement après, étonnant)
- y a-t-il autre chose qui serait passé sous silence ?

la vérité sans condescendance mesdames et messieurs les journalistes, SVP, pour les familles
Réponse de le 15/07/2013 à 21:43 :
Comme vous je suis très perplexe sur l'origine de l'accident. Quant au "pillage",il est minimisé, mais n'y aurait-il eu qu'un seul malfrat, il mériterait une sanction exemplaire... Ou alors notre pays déjà bien mal en point ne mérite plus d'être appelé démocratie!
a écrit le 15/07/2013 à 12:04 :
(je cite une info Fr 24...) « L'aiguillage avait été contrôlé le 4 juillet, selon la SNCF. Une demi-heure avant la catastrophe, un autre train était passé et aucune anomalie n'avait été relevée. Les voitures et la locomotive du Paris-Limoges étaient "à jour de toute vérification". »

TRÈS ÉTONNANT ! donc qu'une pièce lourde, maintenue par 4 (quatre !) boulons (sérieux en diamètre !), s'ÉCHAPPE de son logement SANS cassure (horizontale, au niveau du boulonnage !) ? autrement il eut fallu QUATRE cassures, une par boulon ? encore plus rare. Qu'elle soit retrouvée COINCÉE dans les aiguilles, OK, c'est la roue qui la pousse jusqu'à buter, coincer et faire DÉRAILLER...
Monsieur Pépy ne connaît pas très bien son sujet. Il n'est sans doute pas cheminot. Et les experts ?

Par contre, on peut se demander si une éclisse, laissée après travaux sur le bord des voies, comme les grosses virolles à visser dans les traverses, qu'on voit également quand on roule à faible vitesse, peut avoir été jetée sur la voie et ? malheureusement ? être restée sur une des bandes de roulement par "amusement" d'un associal quelconque (ça s'est déjà vu). Et a déjà causé des morts.
Je suppose que les visionnages des caméras doivent être décortiqués discrètement par les enquêteurs. A suivre...

C'est quand même malheureux que malgré tous les contrôles sécurité, validés récemment, une pièce de l'aiguillage "s'échappe" de celui-ci et cause morts et blessés. Très étonnant ! Sur une chaine de TV, un cheminot disait être très étonné de cette éclisse non cassée et baladeuse...
a écrit le 15/07/2013 à 10:31 :
J'ai du mal à croire à une action malveillante.. et je pense à un mauvais concours de circonstance. Pas si simple de voir des boulons dévissés et le personnel de l'entretien du réseaux ont quand même l'habitude. Cet accident va peut être remettre en cause le système de fixation des rails aux abords des pointes de c?ur des aiguillages...afin que cela ne se reproduise plus. Une prière et une pensée pour ceux qui sont morts et n'avais rien demandé. Félicitations au conducteur qui a pu arrêter le train en sens inverse évitant une ainsi autre catastrophe.
a écrit le 14/07/2013 à 20:58 :
La SNCF qui enquête sur elle-même et livre ses conclusions deux jours après l'accident. Pour une fois, elle n'est pas en retard !
a écrit le 14/07/2013 à 20:54 :
Une éclisse qui se dévisse toute seule et qui s'envole pour atterrir au milieu de l'aiguillage. Quelle coquine !
a écrit le 14/07/2013 à 20:25 :
Le PDG de la SNCF assume; Comparons avec le PDG américain de Montréal Maine et je ne sais plus trop quoi au Québec qui rejette la responsabilité sur les pompiers, sur le conducteur, sur les victimes qui n'avaient pas à habiter à Lac Mégantic, etc... mais n'assume absolument pas. Donc bravo à Mr Pepy et à ses équipes techniques
Quant à la cause de l'accident et pour répondre à ceux qui voit de la m... partout, il y avait beaucoup plus simple comme sabotage que dévisser une pièce qui doit être superdure à dévisser. Il est malheureusement bien possible qu'elle ait été mal vissée et qu'elle se soit dévissée toute seule
a écrit le 14/07/2013 à 17:27 :
C'est un rapport de légitime défense. Aucune chance de concorder avec la réalité. Cela ne vient en rien du problème de l'éclisse, c'est une erreur d'un humain. Ce genre d'erreur coûte la vie à des milliers de gens, faute de responsabilité de la part du personnel. Avec des tonnes d'argent, nous installons des caméras de vidéo-surveillance, mais à quoi ça sert. ? C'est soit la faute de la personnes qui devait se trouver dans la cabine de surveillance et qui devait s'occuper à autre chose, soit la personne charger de contrôler les rails n'a pas bien fait son boulot. Un 'dévissage' ne se fait pas en un instant. Je ne suis pas ingénieur, mais j'ai déjà vissé et dévissée un clous, je sais le temps que ça prend. Cela a commencé quelques mois avant. Mais nous sommes 'tellement' occupé que nous n'avons pas le temps de voir ce qui ne va pas. En tant que victime, quand nous allons chez nos supérieur, celui-ci n'est même pas capable de dire quoi que ce soit, parce que lui même a tant de fautes en lui, ce que son collègue sait, et il n'a pas le pouvoir de dire quelque chose. Ce n'est pas une phrase de mon invention. Les touristes qui viennent en France le disent aussi. Que nous sommes irresponsables, FranceTélévision l'a aussi dit en début d'année. Cette négligence atteint les associations, mais ceux la sont du même gabarit, et ne convoitent que leur argent de la fin du mois. Certains sont dans le dos des assos depuis des années sans qu'aucun changement ne s'opère. Je souhaite demander au gouvernement qu'au lieu d'appliquer des lois inutiles, il vaut mieux s'occuper du redressement de la France. A force que le clous se fragilise, la France déraillera comme ce train. Renouvelez le système social, bannissez le système syndicat, pour que les ouvriers normaux puissent travailler dans la tranquillité. Dans un an, la France pourra peut-être se mettre debout d'un nouveau pied. Disparaîtra aussi les causes des irresponsabilités que les gens appellent légitime défense.
Réponse de le 15/07/2013 à 12:37 :
@ Yves : Je respecte ce que vous dites, mais dire en se terrant que l'aiguillage est vérifié tous les 15 jours ne coûte rien, donc, vous devez en convenir que cela est faux. Contrairement à ce que vous dites, je connais très bien l'Administration. Je ne parle pas des hautes fonctions ? je sais qu'elles fonctionnent bien et c'est la seule raison pour laquelle la France est encore debout - mais de ce genre de chose, surtout les entreprises publiques. Je maintiens mon opinion en disant que le personnel de ce genre d'entreprise ne prend pas son travail assez au sérieux. Je sais très bien comment ça marche. Pourquoi ils ne sont capables de rien, je l'ai bien détaillé dans mon premier commentaire. Je n'ai pourtant parlé que de 5 % de personnes. Il faudrait beaucoup plus de place pour détailler l'incompétence de toutes les personnes qui sont incapables de se choisir un travail approprié. Déjà, certains employés arrivent en retard, mais en plus de ne pas travailler eux-même, gênent les autres dans leur boulot. Un jour ces paroles seront reconnus. En lisant vos deux lignes, j'ai quand même compris que VOUS, vous êtes dans le réel. @ @légitime défense : Je les connais certainement beaucoup mieux que vous. Je ne prends pas d'apéro seulement le dimanche mais tous les jours de la semaine. Je crois que j'ai, pour les victimes, beaucoup plus de respect que vous. Et c'est pour cela que j'ai trouvé le vrai problème. Lorsque le reporteur a déclaré que l'éclisse s'était désolidarisée, c'était seulement pour défendre leurs employeurs et pas par 'respect pour les victimes'. Comment est-il possible que quatre boulons se détachent en un instant ? Si cela était vraiment pour eux, alors le Monsieur aurait sûrement dit que c'était parce que les vérificateurs n'avaient pas vérifié 'tous les 15 jours'. Ensuite, si vous parlez de vibration, il FAUT vérifier tous les jours, mais ça, c'est seulement pour les travailleurs. Ne dites pas que les entreprises n'en ont pas les moyens. D'ailleurs pas besoin de nouveaux investissements. Si le directeur épargnait son temps de discussion avec les dames de la réception et qu'il ordonnait à ses ouvriers d'aller vérifier les rails, tous serait pour le mieux. Des centaines de trains passent tous les jours sur une même voie. Voilà ma réponse sur votre 'vibration'. Avant de poser les rails sur la voie, les 'contraintes mécaniques chaud et froids' sont testés sur les rails pour choisir des matériaux et le volume appropriés. Ce que j'ai dit sur la politique française est exactement exacte et fonctionne de la même manière que les entreprises publiques. C'est moi qui devrai me dire que vous n'avez aucune idée de ce qui se passe dans la politique de France. Si seulement vous saviez, vous sauriez me dire de quel parti je parle, Verts, Extrême Gauche, divers Gauches, PCF, Gauche, Centre, UDI, Droite, Extrême Droite... Symboles de leur caractère : Premier raciste : Extrême Droite (FN), plus raciste que FN : Droite, plus raciste que Droite : UDI, plus raciste qu'UDI : Centre, plus raciste que Centre : Gauche (PS), plus raciste que la Gauche : PCF, plus raciste que PCF  : divers Gauche, plus raciste que Divers Gauche : Extrême Gauche, plus raciste qu'Extrême Gauche : Verts. Il n'y a pas plus racistes que les « Vers ». Ce sont des faces cachés par nos chers journalistes. Voilà mon opinion sur la politique française.
a écrit le 14/07/2013 à 11:39 :
C'est un sabotage mais il ne faut stigmatise aucune communauté. Avec les Socialistes c'est pire que sous l'ex-URSS.
a écrit le 13/07/2013 à 20:40 :
D'abord mes condoléances aux familles ...
Puis l'histoire de cette accident ne tiens pas la route!
Que nous cache t'ont ?....un train qui se détache puis déraille ouais comprend pas! cela me rappelle l'histoire du Concorde une lamelle trouver sur la piste bizarre de bizarre...faire croire ce qui n'existe pas, cela marche tjrs!
Bref ne suis pas là pour polémiqué sur cette accident...

a écrit le 13/07/2013 à 20:15 :
quand nous analysons les éclisses; pour éclater ce type de liaisons ,avec des aciers a très haute teneur je doute , a noter qu'il y en des milliers en FRANCE .....!!!!!!!! les forces de transitions sont très faibles, seule la charge de cisaillement est possible, et la au vues des coefficients cela me confirme une autre solutions;;;;;;§§§§§
Réponse de le 15/07/2013 à 14:55 :
Même si elle s'était dévissée, comme aurait elle pu se déplacer jusqu'à l'aiguillage car c'est quand même une pièce située sur le coté du rail et donc sous la roue ?
a écrit le 13/07/2013 à 20:03 :
Les voies ferrées sont dans les mains du privé, alors ...rentabilité , peut-être ?
a écrit le 13/07/2013 à 19:46 :
La CGT Cheminots va nous raconter qu' il n' y a pas assez de personnel à la SNCF et qu' il faut embaucher.........comme d' habitude : comme quoi les transports publics sont moins sûr et plus chers à entretenir que les transports privés !!!!
a écrit le 13/07/2013 à 18:18 :
Michel Chevalet donne quelques précisions intéressantes sur ce qu'il s'est passé : http://www.itele.fr/france/video/bretigny-les-explications-de-michel-chevalet
a écrit le 13/07/2013 à 17:51 :
Après les attaques de train,les agressions des clients dans un restaurant,les touristes détroussés à Paris lors de la fête du PSG voici les hyènes pour voler les blessés et les morts survenus dans un accident ferroviaire bonjour l'insécurité en France..
a écrit le 13/07/2013 à 17:24 :
Bonjour, Habitué de la ligne, je peux vous dire que l'on a encore rien vu en matière de gangstérisme. Dans le cas présent, il s'agit encore clairement d'une agression du type "attaque de diligence", comme à Grigny. (Thèse de Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France)
Avec Manuel Gas à l'Intérieur et Mme Taubira, garde des sots, les bandits ne risquent pas grand chose. (Jamais de prison ferme)
a écrit le 13/07/2013 à 16:17 :
Comment comprendre que cette pièce d'ordinaire rouillée en profondeur puisse se dévisser toute seule ?...
a écrit le 13/07/2013 à 15:18 :
Tous les transporteurs sérieux vous le diront : la sécurité est un combat permanent ! Concernant ce drame lié à l?hypothèse d'une rupture d?éclisse , il faut attendre les différentes enquêtes (interne RFF/SNCF ,Bureau Enquête Accident du Ministère des transports et enfin judiciaire). Le niveau de sécurité atteint dans les transports est le fruit de multiples réflexions mais également d'accidents plus ou moins graves.Cela s'appelle le Retour d'Expérience (REX). La catastrophe de Flaujac (nez à nez sur voie unique) il y a une trentaine d'années à signifié la mise en place d'un cantonnement approprié.La catastrophe d'Agenton sur Creuse (non respect d'une limitation de vitesse suite travaux) a contribué à la généralisation du Contrôle Voie Balise (KVB) d'inspiration Suédoise.Il est évident que le maintien à un haut niveau de sécurité du système ferroviaire Français avec la densité actuelle soit 30 000 Km environ ont un coût pour la collectivité. Les citoyens Français qui sont aussi contribuables doivent être associés sur ce choix .Sinon,après la "religion" du tout camion , ce sera celle du tout autocar ...(souvenons-nous d'une autre catastrophe :celle de Beaune le 31 juillet 1982 où 53 personnes dont 44 enfants sont morts ). La mémoire et non la polémique devrait tous nous animer .Il faut nous poser la question suivante: quelle société nous voulons pour nous et nos enfants ? (éducation,santé,énergies,transports,...)
a écrit le 13/07/2013 à 14:52 :
ce qui est sur ces qu'il y a des morts et que l'etat actionnaire de la sncf doit prendre ces resposabilite pour toutes les victimes que le pdg lourdement senctionner
a écrit le 13/07/2013 à 14:17 :
Catastrophe malheureusement prévisible... Usager du RER C quotidiennement sur la portion Brétigny Paris, de multiples incidents d'infrastructures ont eu lieux ces dernières années ! Sans doute une conséquence directe de l'ouverture du trafic FRET à la concurrence avec la vétustée des matériels roulants (non SNCF) qui délabrent fortement les voies à chaque passage et viennent accroitre la vétustée des voies sur la portion Brétigny - Juvisy !
En ajoutant à cela un manque criant d'entretiens des infrastructures et en particulier dans la zone de Brétigny, et on obtient un cocktail détonnant !
Le gouvernement a trouvé 30 Milliards pour le "grand Paris", quel % devait être attribué à la zone de Brétigny pour la rénovation de l'infrastructure et des postes d'aiguillages ?
0% ?

Malheureusement l'accident était prévisible...
a écrit le 13/07/2013 à 14:11 :
sabotage par ceux la mêmes qui détrousseront peu après les victimes ?
a écrit le 13/07/2013 à 13:55 :
J'ai un peu de mal à comprendre comment une entreprise impliquée dans cet accident peut mener sa propre enquête !!!
D'autre part, quand l'Angleterre a connue le même type d'accident, nos syndicats ont accusé la privatisation d'être le responsable, ce qui était inexacte et à cause de leur aveuglement idéologique ils n'ont pas vu ou n'ont pas voulu voir que le manque d'investissement dans l'entretient du réseau et du matériel était la cause des problèmes en Angleterre, merci Margaret.
a écrit le 13/07/2013 à 13:08 :
On paye 20 ans de sous entretien de ce réseau. Il faut cependant dire que depuis 2 ans de nombreux travaux d'infrastructure ont lieu avec des remplacements de kilomètres de voies (je prends les RER C et D donc je vois les travaux) mais il faudra du temps pour rattraper le retard pris.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :