Ferroviaire : les douze plus graves accidents en France depuis 30 ans

 |   |  469  mots
Evacuation d'un blessé à Bretigny-sur-Orge où six personnes ont été tuées Copyright Reuters
Evacuation d'un blessé à Bretigny-sur-Orge où six personnes ont été tuées Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'erreur humaine est très souvent à l'origine des douze plus graves catastrophes ferroviaires en France depuis une trentaine d'année.

Voici les douze principales catastrophes ferroviaires depuis une trentaine d'années en France après l'accident meurtrier de vendredi à Brétigny-sur-Orge (Essonne), le plus grave depuis la collision en 2008 entre un TER et un car scolaire à Allinges (Haute-Savoie), tuant 7 collégiens. Une pièce de métal défaillante dans l'aiguillage de la voie sur laquelle circulait le train accidenté vendredi en gare de Brétigny-sur-Orge serait à l'origine du déraillement du Paris-Limoges.

- 27 juin 1988 : la collision de deux trains de banlieue Gare de Lyon à Paris fait 56 morts et autant de blessés. L'un des trains a été aiguillé par mégarde sur une voie occupée par un autre.

- 31 août 1985 : le déraillement d'un train, heurté ensuite par un train arrivant en sens inverse, à Argenton-sur-Creuse (Indre) provoque la mort de 43 personnes. Il y a 37 blessés.

- 3 août 1985 : collision frontale - due en partie à une erreur humaine - entre un Corail et un autorail sur un tronçon à voie unique près de Figeac (Lot). On recense 32 morts et plus de 160 blessés.

- 17 octobre 1991 : 16 morts et 55 blessés dans une collision entre le train auto-couchettes Nice-Paris et un train de marchandises en gare de Melun (Seine-et-Marne).

- 8 septembre 1997 : 13 morts et 43 blessés à Port-Sainte-Foy (Dordogne), dans la collision d'un camion de fioul, forçant un passage à niveau, et de l'autorail Bordeaux-Sarlat.

- 6 novembre 2002 : 12 voyageurs d'un train de nuit reliant Paris à Vienne meurent brûlés ou asphyxiés dans l'incendie de leur wagon-lit près de la gare de Nancy (Meurthe-et-Moselle).

- 7 novembre 1988 : à la suite d'un problème d'aiguillage, l'express Luxembourg-Paris déraille et percute une draisine à Ay (Marne). L'accident fait 9 morts et 13 blessés.

- 2 juin 2008 : un TER assurant la liaison entre Evian-les-Bains (Haute-Savoie) et Genève percute un car scolaire à Allinges, tuant sept collégiens et faisant 25 blessés parmi les passagers.

- 11 octobre 2006 : une collision de trains à Zoufftgen (Moselle) fait 6 morts et 23 blessés. Quatre hommes - condamnés depuis - avaient autorisé le passage d'un train de voyageurs venant du Luxembourg alors qu'un convoi de fret venant de France roulait déjà sur la voie unique reliant les deux gares.

- 22 septembre 1995 : 5 personnes sont tuées dans une collision entre un train et une voiture sur un passage à niveau à Agde (Hérault).

- 1er décembre 1993 : un adolescent, qui avait posé sur la voie une lourde pièce de métal "pour voir ce que ça ferait", fait dérailler un train en gare de Saint-Leu-d'Esserent (Val-d'Oise). Bilan : 4 morts et 4 blessés graves.

- 4 juin 2000 : deux morts et 12 blessés dans le déraillement du train Corail Vintimille-Calais à Chasse-sur-Rhône (Isère), provoqué par des morceaux de rails disposés sur la voie. Un ouvrier algérien reconnait les faits. Il sera déclaré irresponsable et interné dans un établissement psychiatrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2017 à 21:13 :
saint-leu d'esserent n'est pas dans le val d'oise mais dans l'oise cordialement jean mouloud.
a écrit le 31/12/2013 à 10:20 :
Sur l'accident ferroviaire survenu le 17 Octobre 1991 à Melun, le conducteur du train de marchandises ne serait pas en cause, contrairement à ce qui a été dit dans la presse.
a écrit le 26/07/2013 à 14:30 :
helàs la litanie des accidents sont a 90% de l'erreur humaine , cela fut vrai dans les transports collectifs ou individuels , mais aussi tchernobyl et d'autres secteurs a risques ( azf ) et j'en passe , l'homme n'est pas parfait , ce n'est pas un ordinateur , il peut-être distrait ou fatigué , il suffit de quelques secondes pour passer a une catastrophe , c'est tragique pour les familles endeuillés de la sorte , helàs il y aura d'autres catastrophes , parfois aussi c'est du au manque d'entretien par soucis de profitabilité et là on joue avec le feu , c'est un article très triste .
a écrit le 16/07/2013 à 19:32 :
Dans le cas d'Allinges, il est anormal que la SNCF et RFF soient condamnés alors qu'ils ne sont pas responsables des comportements débiles et irresponsables des automobilistes.
a écrit le 16/07/2013 à 10:42 :
Une "énumération à la Prévert" des catastropes ferroviaires et après ? Dans le même temps le Ministre de l'Intérieur annonce une nouvelle baisse de la mortalité routière qui s'établit désormais à ... 3645 décés sur les routes Francaises (mortalité à 7 jours).Chaque mode de transport à son livre de drames.Mais en face , il y a des souvent voire systèmatiquement des corrections afin d'améliorer toujours et encore la SECURITE !Souvenez-vous de la mortalité sur les routes il y a quelques decennies ? Grâce aux bonds technologiques que sont la ceinture de sécurité,l'ABS,les airbags,etc, l'automobile a vu progresser les chances de survie malgré les chocs.Même le piéton devient la préoccupation de certains constructeurs (VOLVO).Le ferroviaire,l'aérien,le maritime sont à la même enseigne.L'avant du TGV est conçu de façon à absorber les chocs comme un bouclier .Le concept du bogie porteur sur deux voitures permet de conserver le principe du "serpent" etc.Bref, les accidents et catastrophes d'hier et d'aujourd'hui permettent d'entrevoir des lendemains encore moins meurtriers mais le chemin restera long car tout mobile , par définition, est source de risques majorés.
a écrit le 15/07/2013 à 11:04 :
Dans cette catastrophe nous sommes choqués de voir des jeunes jeter des pierres sur les secours et dévaliser les blessés. 55% des gens de la région parisienne ont peur dans les transports.
Réponse de le 15/07/2013 à 15:56 :
La magie d'une France socialiste. Et je suis sûr que si on demande à un socialo ce qu'il en pense, on aura droit à une réponse du style " il faut comprendre ces jeunes, tant de richesses étalées devant eux ..., de médecin qui ont eu la chance de faire des études, ... Alors que eux n'ont que la cité, ... pas d'avenir " Je vois bien ce genre de réactions!
a écrit le 15/07/2013 à 10:13 :
La nouveauté dans cette catastrophe de Brétigny, ce sont les charognards venus détrousser les morts et les blessés ! Un des apports de notre fameuse chance migratoire...
a écrit le 15/07/2013 à 9:19 :
En pourcentage du nombre de voyageurs, le train deviendrait-il plus dangeureux que l'avion en France?
a écrit le 14/07/2013 à 21:53 :
? cette triste liste manque l'accident de Saint Medard le 12/10/2011 qui aura fait malheureusement 3 morts et de nombreux bless?s
a écrit le 13/07/2013 à 17:27 :
A remarquer que la liste des accidents de Trains en France a ete donnee dans un sens desordonne par le Journal La Tribune...Aucune Chronologie, Incomprenhensible pour un Journal ordonne ..Respect pour les victimes de ma part.
a écrit le 13/07/2013 à 15:50 :
Mais pensez vous que cela va s'améliorer dans le futur quand personne ne s'en tiendra responsable et que chacun se tirera dans les pattes sous forme de concurrence?
a écrit le 13/07/2013 à 13:58 :
Il y en a exactement la moitié sous un gouvernement de droite et la moitié sous un g. de gauche.
Cela dit je me demande si le goût du travail bien fait et le sens des responsabilités ne tendent pas à fléchir en Frnce surtout avec des leitmotivs irresponsables du style : tous pourris, on vous exploite ou ils s'enrichissent sur votre dos. Ces slogans créent du découragement ou pire du je-m-en-foutisme généralisé.
Réponse de le 29/01/2015 à 9:11 :
Il ne faut pas oublier que la France a énormément investi dans la sécurité ces 20 dernières années pour déployer un système de contrôle de la vitesse des trains (le KVB). Ca ne couvre pas tous les risques mais ca améliore bien la sécurité du réseau ferré.
Pour les passages à niveau, il faudrait modifier les comportements des automobilistes qui ne se rendent vraiment pas compte du risque qu'ils prennent pour eux mais surtout pour les autres. Contrairement à une voiture ou un camion, un train à besoin d'une distance beaucoup plus importante pour s'arrêter. Lorsque le conducteur voit un véhicule dans la voie, il est malheureusement souvent déjà trop tard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :