Aides à la SNCM : Bruxelles attaque la France en justice

 |   |  704  mots
Pour Bruxelles, la SNCM doit rembourser l'Etat
Pour Bruxelles, la SNCM doit rembourser l'Etat (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Commission européenne a décidé ce mercredi de saisir la Cour de Justice de l'Union européenne en raison de l'inaction de la France pour recouvrer auprès de la SNCM 220 millions d’euros d’aides accordées par l’Etat à la société de ferries, considérées par Bruxelles comme illégales.

Bruxelles durcit le ton. La Commission européenne a décidé ce mercredi de saisir la Cour de Justice de l'Union européenne en raison de l'inaction de la France pour recouvrer, auprès de la SNCM ,220 millions d'euros d'aides accordées par l'Etat à la société de ferries. Celles-ci sont considérées par Bruxelles comme illégales.

concrètement, il s'agit des aides versées à la SNCM au titre d'un service dit "complémentaire" pour la liaison maritime entre Marseille et la Corse pendant la saison touristique. En mai 2013, Bruxelles a indiqué qu'elles étaient "incompatibles avec les règles de l'UE car elles ne répondaient à aucun besoin de service public puisque des opérateurs privés assuraient le même service sans aide publique". Pour la Commission la France aurait dû les récupérer dans un délai de quatre mois, ce qu'elle n'a toujours pas fait. Car même si Paris et la SNCM ont contesté cette décision devant le Tribunal de l'Union européenne, "ce recours n'a pas d'effet suspensif", fait valoir la Commission européenne.

Avantage économique indu

Cette dernière est convaincue que "certaines aides accordées par la France à la SNCM, dans le cadre de sa restructuration et de sa privatisation, étaient incompatibles avec les règles de l'UE relatives aux aides d'Etat". Pour elle, "la SNCM a perçu un avantage économique indu, d'une valeur d'environ 220 millions d'euros, par rapport à ses concurrents et doit donc le rembourser". Les aides permettant de compenser le coût du service public de desserte maritime de la Corse pour la période 2007-2013 afin de remédier aux difficultés dues à l'insularité ont, quant à elles, été validées en mai dernier.

Le sac de noeuds de l'actionnariat

Ce dossier se combine au sac de noeuds concernant l'actionnariat. Depuis novembre 2008, Transdev, filiale codétenue par Veolia Environnement et la Caisse des Dépôts et Consignations, détient 66% du capital de la SNCM, à côté de l'Etat des salariés. Annoncée il y a plus d'un an, la descente de Veolia de 50 à 40% dans la filiale commune et à l'inverse la montée de la CDC de 50 à 60%, a déjà été repoussée deux fois, freinée par le dossier SNCM. L'accord entre Veolia et la CDC prévoit que le géant français de l'eau et des déchets reprenne en direct la participation de 66% de Transdev dans la compagnie maritime. Mais Veolia a indiqué en début de mois qu'une reprise de la SNCM ne lui semblait pas envisageable "dans un avenir prévisible".

"Un enfant pas tout à fait en bonne santé"

"Il va falloir rediscuter avec Veolia Environnement qui a imposé à la Caisse un mariage forcé en amenant dans ses bagages un enfant qui n'était pas tout à fait en bonne santé (...) et après nous a imposé un divorce en espérant nous laisser un enfant qui ne se portait pas bien", avait déclaré ; lors d'une audition devant la commission des Finances à l'Assemblée nationale le 19 novembre, Henri Emmanuelli, le président de la CDC, ajoutant que cela témoignait "d'une attitude assez peu amicale". Il avait précisé que la CDC "n'a pas vocation à être actionnaire" de la SNCM, à travers Transdev. "Aider oui", avait-il indiqué, en référence à d'éventuels financements de bateaux. "Etre au capital, non"."Parce que même lorsque la caisse est symboliquement au capital d'une entreprise, lorsqu'il y a une ardoise à régler, c'est vers elle qu'on se tourne".

"La SNCM est une société autonome" (Veolia)

Une semaine plus tôt, Veolia avait affiché un avis de non-recevoir à ceux qui espèrent se tourner vers lui pour régler les lourdes dettes de la SNCM, même si Transdev venait d'apporter 17 millions d'argent frais. "La SNCM est une société autonome. Il n'y a aucun engagement ni de Transdev, ni de Veolia, encore moins naturellement de l'État qui est aussi actionnaire de la SNCM, ni de la Caisse des Dépôts qui est actionnaire indirect de Transdev. Il n'y a aucun engagement de tous ces "sponsors", ni aucune solidarité, sur les dettes de la SNCM", avait déclaré le directeur financier Pierre-François Riolacci.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2013 à 20:09 :
Comme quoi syndicalisme et socialisme ne sont pas au dessus des lois. Heureusement que l'Europe est là pour rappeler à François premier et aux sac poubelles qu'ils ne peuvent faire ce qu'ils veulent avec notre argent !
Réponse de le 05/07/2014 à 11:03 :
comme quoi le francais moyen ne sait pas lire et analyser ,il ingurgite les infos qu'on veut bien lui donner et va faire caca .
Je pense que ca arrange bien certains de mettre la faute sur les syndicats et la gauche !! tous des pourris , c'est la droite avec sarko qui nous a mis dans la merde a l'epoque .Et il est ou maintenant ??? au cachot.
a écrit le 20/11/2013 à 16:53 :
Ceci dit quand la SNCM sera en dépot de Bilan ,il ne restera que Corsica ferries avec son personnel roumain et les voitures parquées a 3 Mm l'une de l'autre,ce qui fait que quand vous la récuperez ;elle est rayée
,je voyage trés souvent sur les 2 compagnies ....
et je ne sais jamais quelle sera la prochaine surprise
et ce pour SNCM ou Corsica :
Cabine Bruyante a 80 e la nuit
arrivée vers .... mais en tous cas réveillé 2 heures avant pour êtresur que vous alliez depenser pour un petit dej
Garages nauseabonds
repas dégeu
etc ...
Réponse de le 21/11/2013 à 0:42 :
D'aller en Corse...
a écrit le 20/11/2013 à 16:26 :
Bruxelles a bien raison, la france fait vraiment n'importe quoi...
Et ils attaquent quand les paysans bretons pour avoir polluer les nappes phréatiques ? Qui paye les dégats ? les français ?
a écrit le 20/11/2013 à 14:40 :
@ PETER : Syndicats au minimum au courant sinon tacitement complices des détournements de fonds perpétrés par le personnel. Une direction amorphe et irresponsable avec la bénédiction des gouvernements successifs, fermant les yeux sur la pourriture interne mafioso-corse pour éviter les blocages et grèves. Surtout, pas de conflits sociaux ! Voilà ce qui a conduit à la déroute une société gérée par l'état (SNCF) alors que la concurrence, sans subvention, arrive à dégager du bénéfice. Pourquoi le personnel n'a-t-il pas été viré ni inquiété. Pas d'enquête sur les vols. Silence radio, on pille impunément et les contribuables français paieront l'addition. C'est curieux mais chaque fois que les syndicats sont dans de mauvais coups, il n'y a pas de suite judiciaire comme dans les scandale du comité d'entreprise d'EDF (CGT) vieux de 10 ans, ou plus récemment de celui de la SNCF (encore CGT). On a vu paraître des livres dénonçant les comportements des "syndicats", la réalité est pire.
a écrit le 20/11/2013 à 14:31 :
Marre de la SNCM et des embrouilles permanentes autour de cette "entreprise" qui n'en est pas une et a jeté l'argent public par les fenêtres sous le couvert d'un service public, tout ça pour gaver une bande de syndicalistes irresponsables.
a écrit le 20/11/2013 à 14:14 :
toutes ces societeS geréeS par les syndicats sont à supprimer .quand je vois herault annoncer une reforme fiscale avec les partenaires sociaux ,nous allons comme pour les retraites à une NON REFORME ;PAS TOUCHE aux fonctionnaires et à leurs regimes spéciaux
a écrit le 20/11/2013 à 14:06 :
de l'argent public pour une société moribonde corrompue par les syndicats tous puissants
a écrit le 20/11/2013 à 14:05 :
La SNCM c'est l'arlésienne, ce dossier contient semble t il, toutes les mauvaises pratiques françaises (dont corses) qui faut abolir définitivement. Un cout scandaleux pour le contribuable.
a écrit le 20/11/2013 à 13:53 :
si vous allez en corse cet été, prenez CORSICA FERRY car la SNCM sera en grève

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :