Les idées de la SNCF pour tracer une nouvelle route au TGV

 |   |  322  mots
Le projet de TGV du futur d'Alstom, prévu pour 2018, a évolué, depuis le lancement du projet, d'un modèle haut de gamme à un train moins coûteux par passager, a indiqué Guillaume Pepy en juin. | Reuters
Le projet de TGV du futur d'Alstom, prévu pour 2018, a évolué, depuis le lancement du projet, d'un modèle haut de gamme à un train moins coûteux par passager, a indiqué Guillaume Pepy en juin. | Reuters (Crédits : reuters.com)
La SNCF révise sa stratégie de développement des trains à grande vitesse, qui plombent ses comptes. Plusieurs idées, plus ou moins réalisables, sont sur la table, dont une partie a été révélée à la presse ce jeudi.

Un boulet le TGV? Il pèse en tous cas sur les comptes de la SNCF qui réfléchit, indiquent ce jeudi les Echos, à une nouvelle stratégie pour tenter d'assurer son avenir. Trois options auraient été envisagées.

>> Pourquoi le TGV fait plonger la SNCF dans le rouge

Ne conserver que les lignes "rentables"

Première possibilité: réduire le nombre de gares directement desservies pour se recentrer sur les seules lignes non déficitaires. Et cela implique une réduction drastique.  Sur 180 lignes TGV "origine-destination", entre 80 et 100 sont déficitaires, expliquait la SNCF en octobre 2013.

D'après les Echos,dans ce scénario, le projet de TGV Rhin-Rhône serait abandonné. Moins de trains circuleraient qui seraient davantage remplis et la circulation des trains à double-étage serait privilégiée. Un option évidemment explosive de nature à attirer les foudres de nombreux d'élus locaux. 

Plus de trains, des prix plus bas

La deuxième idée va totalement à rebours de la précédente. Il s'agirait au contraire d'augmenter le nombre de rames en service : augmenter l'offre et baisser les prix. Ce qui se traduirait en moyenne pour les usagers à une baisse de 10 à 20% du prix. Une idée forcément coûteuse. 

Réduire les coûts...

Dernière suggestion: réduire les coûts d'exploitation et tenter de réaliser des gains de productivité. Le directeur financier de la SNCF expliquait en février à La Tribune, qu'une rame coûtait en moyenne 27 millions d'euros

...en supprimant les bars?

Au mois de juin, le patron de la SNCF Guillaume Pepy avait déjà évoqué une piste visant à augmenter le nombre de sièges dans les trains: la suppression du bar. 

Ces projets sont dévoilés un peu plus d'un mois après une grève à la SNCF, liée à sa réforme actuellement en cours qui vise à fusionner l'entreprise avec le Réseau ferré de France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2014 à 0:17 :
Autre idée: supprimer les conducteurs de trains... puisqu'ils ne sont visiblement pas capables de respecter la signalisation ferroviaire.
a écrit le 24/07/2014 à 18:46 :
Moi ça fait des années que je ne prend plus le train, ni le tgv ni rien du tout. (ou rarement quand j'ai pas le choix).
Raisons ? Trop cher. Trop de grèves. CGT et CFDT trop présents. Statut des cheminots trop protégé et injuste. Comme la SNCM, la SCNF est un monopole public qui va disparaitre car ils ont cru qu'on a des bons résultats en se moquant des clients.
Réponse de le 24/07/2014 à 21:16 :
A la place de regarder la base , regardez vers le haut. et vous verrez un P-DG qui a créer 850 filiales qui concurrence la sncf.
L’incompétence de Pepy n'est plus a prouver, toute les semaines le canard enchainé fait ses choux gras de la direction de la SNCF
Réponse de le 25/07/2014 à 0:12 :
@exsncf

En effet, mieux vaut lever les yeux pour ne pas voir les magouilles de la base...
a écrit le 24/07/2014 à 18:43 :
normal designe un pdg qui ne connait rien au metier
c'est la france
il suffit d'etre ami avec un haut responsable politique
vu avec alstom ancien de peugeot
pourquoi jamais de hierarchie a tous les echelons
les salaries ne sont pas des idiots
il comprenne mieux l'entreprise q'un parachute
Réponse de le 24/07/2014 à 23:37 :
Travailler plus , plus longtemps et supprimer tous les avantages sociaux jusqu'à l'équilibre des comptes
J'allais oublié les syndicats cgt et sud mutés en Corée du Nord et vite
a écrit le 24/07/2014 à 18:12 :
La SNCF révise sa stratégie de développement des cheminots à basse vitesse, qui plombent ses comptes avec leurs grèves locale, départementale, régionale, nationale à répétition (359 jours par an) et leur très très très faible productivité...
a écrit le 24/07/2014 à 18:04 :
J'aimerai pouvoir prendre le train plus souvent pour aller voir mes enfants mais, trop cher pour ma bourse
a écrit le 24/07/2014 à 16:47 :
Et mettre les cheminots au travail avec le même statut que tout le monde (fin des privilèges)... On gagnerait 2 mois de grève dure, mais après enfin des chemins de fer qui fonctionnent !!!
a écrit le 24/07/2014 à 13:50 :
Les trains de banlieues & corail ont été sacrifiés au seul profit du TGV. Et maintenant on nous dit que c'est un boulet, que tous les investissements qui ont ete fait n'ont fait que créer un problème?
Ca tourne pas rond tout ca....
a écrit le 24/07/2014 à 12:51 :
Partir en vacances en train ?!?! Quelle idée stupide. Les chances pour qu une grève se déclenche la veille d un départ national sont totales : a moins d accepter de perdre une a deux journées de conge, il vaut mieux privilégier la voiture. Je me tape assez d emmerde avec le RER au quotidien pour éviter de me tirer une balle dans le pied le jour du départ en vacances :)
a écrit le 24/07/2014 à 12:43 :
4ème idée : arrêter les grêves (ou comment faire préférer le train...)
Réponse de le 24/07/2014 à 19:14 :
Vous avez raison, pais il y a plein de gens qui préfèrent le train...tous les familiers des personnels de la SNCF.
a écrit le 24/07/2014 à 12:04 :
Evidemment cela plombe les comptes que de payer les retraites des mécano à 55 ans, c'est tellement dur d'être un mécano sur loco, ensuite la folie des grandeurs du tout tgv conduit à la faillite mais vous avez déjà vu quelque chose en mains de l'état qui n'était pas en faillite ? moi pas. En plus de cela, rouler sur les autres voies de la sncf engage votre propre responsabilité mieux vaut éviter le train, bientôt on va nous remettre les bonnes loco à vapeur et les 3 classes !
a écrit le 24/07/2014 à 11:18 :
Ou est le problème ? Il suffit de supprimer le TGV et d'utiliser les LGV pour y faire rouler des trains Corail, de rouvrir les gares fermées et de diviser le prix du billet par 2. Car dès que l'on voyage à au moins 2 personnes, il est moins coûteux (et plus confortable) de prendre sa voiture, surtout si on tient compte de la nécessité de disposer d'un véhicule (location) sur son lieu d'arrivée.
a écrit le 24/07/2014 à 10:55 :
Supprimer les bars : très bonne idée ! Le TGV à 2 étages : très bonne idée ! Et enfin supprimer des arrêts : très bonne idée ! Sur la ligne Paris-Hendaye : 4 arrêts au Pays Basque sans compter Dax, Bordeaux, Poitiers, Angoulême ... soit souvent un temps de trajet de plus de 5h !
a écrit le 24/07/2014 à 10:33 :
Ce qui est positif, c'est le souci affiché de rétablir la rentabilité du TGV. Ce qui revient à admettre qu'on ne peut continuer à creuser des puits de déficit au nom du service public.
Dans la même optique et outre le TGV, il faudra s'intéresser au cas des lignes secondaires sans pratiquement de voyageurs.
a écrit le 24/07/2014 à 10:27 :
La deuxieme idée "Plus de trains, des prix plus bas" est evidemment la meilleure.
Avec l'augmentation du nombre de train, il faudrait juste accompagner le changement par une réduction de rame par train.
Mais cela permettrait a tout un pan de la société qui n'a plus accès à ce mode de transport (faute de prix prohibitifs) de pouvoir le réutiliser.
On baisse le prix, mais on compense la perte pas un plus grand nombre de passagers...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :