Air France et le SNPL trouvent un accord sur le développement de Transavia sur le domestique

 |   |  1108  mots
(Crédits : Paul Hanna)
Selon nos informations, le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) d'Air France-Transavia et la direction ont trouvé un accord permettant le développement stratégique de la filiale low-cost sur le réseau intérieur. Comme c'est l'usage au sein du SNPL, le texte fera l'objet d'un référendum auprès des pilotes du syndicat. Au regard de la crise que traversent le transport aérien et Air France, les observateurs prévoient un vote favorable.

Le projet d'Air France de développer sa filiale low-cost Transavia sur le réseau domestique français va pouvoir être mené à bien. Selon nos informations, le conseil du syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) Air France-Transavia, s'est prononcé favorablement ce lundi sur le projet d'accord négocié depuis plus de deux mois par le "bureau" du syndicat (son organe exécutif) et la direction. Comme c'est l'usage au sein du SNPL, le texte fera l'objet d'un référendum auprès des pilotes du syndicat. Le résultat sera connu mi-août. Vu le contexte de crise, plusieurs observateurs estiment que les pilotes seront favorables à ce transfert d'activité. D'autant plus que l'équipe dirigeante du SNPL a été élue avec un très grand nombre de voix.

Objectif : avoir une offre compétitive

Un tel accord est indispensable pour développer Transavia sur le réseau intérieur français. Dans les accords de "périmètre" actuels définissant l'activité de chacune des entités du groupe Air France, seules les compagnies Air France et HOP peuvent aujourd'hui assurer des vols domestiques. Pour éviter les transferts d'activité, Transavia a toujours été interdite de se positionner sur ce marché depuis son lancement en 2007. Elle n'a jamais été autorisée non plus à faire du long-courrier ou desservir Roissy-Charles de Gaulle, le hub d'Air France.

Lire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2020 à 15:09 :
Seul regret, que Transavia France utilise une flotte de Boeing 737 plutôt que des Airbus A320.
a écrit le 21/07/2020 à 9:05 :
Enfin, un accord qui va permettre à cette filiale ( il faut l'espérer) de tailler des croupières à Ryanair, easyJet, Volotea et consorts qui ricaneront un peu moins sur la concurrence et les querelles et rivalités franco françaises stupides au sein du groupe AF.
Faut dire aussi qu'on est champion sur les privilèges de caste ou de corps ds le monde professionnel qui permet pour une fonction ou un travail identique, d'avoir des rémunérations ou avantages différents et induit forcément des tensions sociales intérieures à l'entité quiruinent les capacités de développement face à la concurrence.
Et en France malheureusement, on ne change radicalement de braquet que qd chacun reçoit le coup de pied au c..qui remet en cause fondamentalement son existence et sa survie.
Cet accord tire vers le ht la rémunération des pilotes et navigants de la filiales, avec maintien des conditions de w moins avantageuses que leurs collègues d'AF.
Tt ça sera payé au prix de plus de flexibilité des personnels au sol, par appel accru à la sstraitance : on copie, bien des années après et ds la douleur, le modèle qui a fait les beaux jours du low cost sur le territoire national.
Bon vent à T.
a écrit le 21/07/2020 à 2:12 :
Au lieu de Transavia pourquoi ne pas appeler cette compagnie FRANCE INTER ? Ça nous rappèlerait de beaux et bons souvenirs
a écrit le 20/07/2020 à 22:11 :
Et après on ira critiquer le quidam qui prend sa voiture pour chercher une baguette de pain. Ces gens sont au courant qu'on a une urgence climatique et un effondrement en cours?
Réponse de le 20/07/2020 à 23:51 :
Le quidam qui fait Paris-Marseille seul dans sa voiture pollue plus que celui qui fait le même trajet en avion.
Réponse de le 21/07/2020 à 14:10 :
Ce n'est absolument pas un souci majeur pour ce syndicat de privilégier
a écrit le 20/07/2020 à 20:54 :
Retour à feu air Inter 😁
a écrit le 20/07/2020 à 17:35 :
Quel serait l'intérêt pour les pilotes d'empêcher le développement de Transavia, amintenant que ce sont des pilotes AirFrance aux conditions AirFrance qui font le job pour Transavia... ce sont seulement les autres catégories de personnel du groupe qui vont subir le changement... et la solidarité avec les autres catégories n'ont jamais été le fort des pilotes !!!
Réponse de le 20/07/2020 à 18:05 :
La solidarité ?

Que les pilotes aient souhaité s’impliquer dans le développement de Transavia, filiale prometteuse, n’est en aucune façon un manque de solidarité avec les autres catégories de personnel?

Que les centrales syndicales censées défendre les interêt des personnels sol n’aient pas souhaité le faire sous prétexte que Transavia est une entreprise low-cost se révèle maintenant une cruelle erreur dont les origines ne sont pas forcément très glorieuses pour ces syndicats.

Si les centrales syndicales du personnel sol s’étaient mises en position de pouvoir négocier ce changement radical au conséquences très lourdes pour leurs adhérents , il y a fort à parier que celles ci seraient moins sévères.

D’autre part il me semble qu’aucune centrale syndicale des personnels sol n’ait jamais agit dans le sens de la défense des intérêts de leur collègues navigants. S’agit il d’un manque de solidarité des personnels sols envers eux ? Bien sûr que non.

Pour finir , il y a deux ans, les pilotes et leurs syndicats ont milité pour que l’augmentation (très mesurée) des salaires en vue du rattrapage partiel des salaires après des années de blocage, soit la même pour tous les employés.

Même si tout ceci semble être très loin maintenant, la mémoire ne semble pas être votre fort très cher Lyonnnais...
Réponse de le 20/07/2020 à 18:15 :
Tout à fait d'accord .Nous allons voir des pilotes sur B737 payés aux conditions de l'A380 qui est retiré de la flotte !! Bonne affaire pour le SNPL
Pendant ce temps là le personnel des escales françaises va se voir imposer un nouveau PDV ou une mutation à Paris

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :