Air France prévoit une perte d'exploitation de près de 3 milliards d'euros en 2020

Selon nos informations, la compagnie française, principale filiale du groupe Air France-KLM, table aujourd'hui sur une perte d'exploitation de 2,9 milliards d'euros sur l'ensemble de l'année. Ayant déjà essuyé une perte de 1,6 milliard d'euros au premier semestre, la perte prévue au second semestre s'élève donc à 1,3 milliard d'euros. La direction compte sur son plan de restructuration pour atteindre une marge positive de 3% en 2022 et de 7% en 2023.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

(Crédits : Christian Hartmann)

Près de 3 milliards d'euros, 2,9 milliards exactement. C'est, selon des sources concordantes, la prévision de perte d'exploitation prévue pour l'ensemble de l'année 2020 par Air France. La perte d'Air France s'ajoutera à celle de KLM, l'autre filiale du groupe Air France-KLM, qui a fait état au premier semestre d'un résultat d'exploitation négatif de 768 millions d'euros.

Les pertes au second semestre seront lourdes

Présentée fin juillet en interne à Air France, cette prévision de perte d'exploitation de 2,9 milliards d'euros en 2020 traduit non seulement la profondeur de la crise sans précédent que traverse le transport aérien, mais aussi les difficultés du secteur à redécoller après l'arrêt quasi-total de son activité d'avril à mi-juin en raison de l'épidémie de Covid-19.

Lire aussi : Transport aérien : le pire est à venir

Car les pertes du deuxième semestre seront à peine moins lourdes que celles observées au premier semestre. En effet, Air France ayant essuyé une perte d'exploitation de 1,6 milliard d'euros au cours des six premiers mois de l'année (dont 1,06 milliard pour le seul deuxième trimestre), la perte d'exploitation prévue pour la deuxième partie de l'année s'élève donc à 1,3 milliard d'euros.

La demande reste faible

Depuis la reprise des vols, la demande reste faible. Avec la persistance du virus qui pousse certains pays à fermer leurs frontières ou à durcir les conditions de voyage, la compagnie n'assure en août que 60% de ses capacités en sièges prévues initialement, même si elle vole sur 80% de ses destinations. Et, sur ce programme de vols réduit, le coefficient d'occupation global était en juillet de 56%, contre 90% l'an dernier.

L'inconnue de la reprise du voyage d'affaires

Surtout, si la clientèle loisirs a repris le chemin des voyages aériens, en particulier sur les vols intérieurs, les passagers professionnels sont plus lents à reprendre le chemin des aéroports. Leur comportement à la rentrée sera déterminant pour les comptes des grands groupes aériens généralistes. Pour l'heure, Air France-KLM n'a pas beaucoup d'indications sur le sujet et s'attend à une reprise lente.

"Nous avons interrogé nos clients professionnels. Ils envisagent de reprendre une partie de leurs voyages d'affaires mais à un rythme plus lent que celui observé l'année dernière", a expliqué le 31 juillet dernier le directeur financier d'Air France-KLM, Frédéric Gagey, en qualifiant de "cruciale" la question du retour des voyages d'affaires cet automne.

Il s'exprimait lors de la présentation des comptes du deuxième trimestre aux côtés du directeur général du groupe, Benjamin Smith. Dans ce contexte d'incertitudes, ce dernier a insisté sur la valeur de la flexibilité apportée par la trentaine de Boeing 777 que possède la compagnie, lesquels ont la possibilité d'ajuster la taille de la classe affaires en une dizaine d'heures seulement. Cette possibilité avait été mise en oeuvre en 2014 par Bruno Matheu, le directeur général long-courrier de l'activité passage d'Air France de l'époque (sous la présidence d'Alexandre de Juniac à la tête d'Air France-KLM et de  Frédéric Gagey à celle d'Air France), pour pouvoir retirer des sièges de classe affaires pendant les périodes creuses du voyage professionnel.

Restructuration

Malgré la crise actuelle, la direction d'Air France compte sur son plan de restructuration pour redresser la barre. La compagnie va supprimer 7.500 postes et réorganiser le réseau intérieur français en réduisant sa capacité de près de 40% et en transférant de l'activité de HOP à sa filiale low-cost Transavia. Objectif : atteindre une marge de 3% en 2022 et de 7% en 2023.

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 06/08/2020 à 10:29
Signaler
Air France souffre de problèmes récurrents : cadres incompétents trop nombreux et trop payés, caste de pilotes également surpayés, suffisants et prêts à tuer leur compagnie plutôt que de concéder de légitimes efforts, sécurité aléatoire (les pilotes ...

à écrit le 05/08/2020 à 12:07
Signaler
Pourquoi ne pas mettre air France en liquidation judiciaire au lieu de mettre des milliards d'euros pour sauver ce canard boiteux et créer une ou plusieurs compagnies aériennes à la place qui seront nettement plus souple dans leurs gestions et plus r...

à écrit le 05/08/2020 à 10:11
Signaler
Je ne comprends pas pourquoi on s’obstine à maintenir des avions qui polluent et transportent dix fois moins de passagers que le TGV ou train par voyages et qui coûte très cher (kérosène importé) alors que l’électricité est quasi gratuit et le prix p...

le 05/08/2020 à 11:47
Signaler
Enfin tout dépend de où vous vous rendez. Pour les vols intérieurs, voyager de Paris à Lille, Lyon, Bordeaux ou Rennes est plus rapide en train qu'en avion. Mais aller dans le Sud Ouest, Sud Est, c'est 4 à 5h de trajet en train. Sans compter les zone...

le 05/08/2020 à 16:26
Signaler
perso, je me rend en Afrique du Sud où j'ai de la famille : Vous me conseillez quelles correspondances pour Johannesbourg au départ de Lyon ??? Sinon, pour faire des économies de l'argent publique, vous me suggérez quelle compagnie aérienne étrangèr...

le 05/08/2020 à 20:58
Signaler
J’ai jamais parlé dés vol inter du moins hors d’europe vous me faites rire merci encore pour votre blague vraiment. Sinon oui les gens doivent réapprendre à savourer les voyages quand le train est moins lent que l’avion.Penser à l’avenir de nos enfa...

à écrit le 04/08/2020 à 16:30
Signaler
Ce qui es répétitif devient lassant . Ainsi avec AF ; c'est toujours demain sera mieux . Et ce ne l'est jamais . Alors à quoi bon s'acharner à maintenir AF sous vaines perfusions d'argent public ? Ne serait il pas mieux dépensé ailleurs ?.

le 05/08/2020 à 16:06
Signaler
Eh bien Léon , tout simplement parce qu’en période normale c’est l’état qui vit sous perfusion d’Air France . Il lui suffit de quelques petits décrets discrets pour serrer la vis fiscale et ne laisser à Air France qu’un tout petit bénéfice les bonnes...

à écrit le 04/08/2020 à 16:25
Signaler
Vite il faut que macron retourne à Bruxelles pour demander plus de milliards de dons aux pays frugaux... Il devrait prendre une carte d'abonnement sncf, car il va devoir y aller tous les mois...

le 04/08/2020 à 20:10
Signaler
Excellent ! Tant qu'à faire le déplacement, il devrait en profiter pour demander aux pays frugaux de se porter garant de notre endettement pour le financement de la sncf. Histoire de sauver un billet A/R.Tout le monde doit bien reconnaître que la snc...

à écrit le 04/08/2020 à 15:11
Signaler
Si ma mémoire est bonne, cette perte correspond à 100 millions près aux 3 mds de prêt garantis par l'État ( dc subventions) sur les 7 mds d'aides allouées. Bien vu...Ds les affaires, le hasard n'a pas trop sa place.

à écrit le 04/08/2020 à 12:25
Signaler
On est dans la moyenne de ces dernières années. Pas grave, c'est l’état qui va payer.

à écrit le 04/08/2020 à 12:21
Signaler
Pas de souci, les francais sont la pour eponger.

à écrit le 04/08/2020 à 12:19
Signaler
Bon, après tout, il est normal que ceux qui ne prennent jamais l'avion, soutiennent financièrement ceux qui voyagent par ce biais. C'est aussi cela l'altruisme.

le 04/08/2020 à 15:18
Signaler
Comme tjr, les pauvres ( qui peuvent payer l'impôt) soutiennent le train de vie des riches... Rappelez vous les vols AF de Concorde sur l'Amérique du Sud subventionnés pdt 20 ans.

à écrit le 04/08/2020 à 11:47
Signaler
Le besoin de clients gogos shootés à la consommation de masse et donc à l’extinction de la nature et de l'humanité n'a jamais été aussi important. Au moins pour faire semblant ! Puisque c'est l'argent public qui alimente l'économie aérienne depuis bi...

le 04/08/2020 à 12:33
Signaler
Je n'ai rien compris à votre message.

le 04/08/2020 à 13:38
Signaler
"Je n'ai rien compris à votre message. " Tu dois prendre l'avion donc, merci quand même pour l'illustration.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.