Air France va recapitaliser sa filiale HOP

 |  | 868 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)
Après trois années de fonds propres inférieurs à la moitié du capital social, HOP, la filiale régionale d'Air France, doit être obligatoirement recapitalisée d'ici à la fin de l'année, sous peine de courir le risque d'être liquidée. Le dossier sera présenté lors du prochain conseil d'administration d'Air France en juin. Selon nos informations, une recapitalisation à hauteur de 200 millions d'euros environ va être décidée. L'opération se fera sans sortie de cash pour Air France mais par la conversion d'une dette en capital.

Pour redresser les comptes de l'activité court-courrier d'Air France (200 millions d'euros de pertes en 2019), assurée aujourd'hui par Air France et sa filiale régionale HOP, la restructuration de HOP à venir s'annonce lourde. Le réseau de lignes sera réduit de manière drastique, des sites vont fermer et des suppressions de postes massives sont attendues. Pour autant, si la réduction de voilure est forte, HOP ne mettra pas la clé sous la porte. La direction d'Air France-KLM, d'Air France et de HOP n'ont cessé de le répéter ces dernières semaines, en précisant en revanche que l'activité de la compagnie serait uniquement limitée aux vols d'alimentation des hubs de Roissy-Charles de Gaulle et de Lyon. Les vols vers Orly et les lignes transversales (région-région, à l'exception de ceux vers Lyon) seront arrêtés.

Le dossier sera présenté en conseil d'administration d'Air France

Au-delà des discours, une décision forte va confirmer le maitien de HOP. Selon des sources concordantes, Air France s'apprête en effet à recapitaliser...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2020 à 8:58 :
Il faut arrêter lés gaspillage d argent publique.Les vols interne à la France doivent être supprimés et remplacés par des TGV, c’est une question de bon sens et d’écologie d’économie!
Réponse de le 03/06/2020 à 10:03 :
Arrêter les subventions publiques : pourquoi pas ? ... encore que la desserte de certaines régions fait partie du rôle de l'état ! En tant que Lyonnais, je ne vois pas pourquoi mes impôts subventionnent la RATP alors que les impôts d'un parisien ne finance pas les Transports en commun en province !
Pour ce qui est du TGV, je ne crois pas que vous soyez en mesure de le porter aux nues en matière d'absence d'argent publique, ce qui démontre que votre discours est un méli-mélo qui n'a qu'un but : mettre sur le dos du transport aérien toute la pollution et tous les déficits publics ! et je ne parle pas du coût écologique de l'électricité nucléaire nécessaire aux TGV !
Le bon, sens, ne serait-ce pas d'adapter chaque cas à la réalité, et par exemple ne pas interdire à AirFrance ce que l'on autoriserait à la concurrence étrangère !?
a écrit le 03/06/2020 à 8:47 :
Hop est la fusion ancienne de trois compagnies régionales non aboutie. Des doublons existent tel que le centre de contrôle opérationnel à Nantes
alors que le CCO d' Air France est à Roissy.
Regarder du côté de KLM où il n existe plus qu un CCO avec sa filiale KLM Coty Hopper
Il y a à l évidence des pistes d économie tout en respectant les droits des salariés. Air France réforme toi vite car la concurrence sur les coûts va être très forte.
a écrit le 02/06/2020 à 15:48 :
Comme d'habitude AF serre la ceinture de sa filiale régionale avec une restructure pour ne pas dire licenciement dû au réseau domestique déficitaire.
Il serait temps que AF se remette en cause car sa filiale n'est pas la seule dans le groupe AF à effectuer les liaisons domestiques. Alors pourquoi, à chaque fois qu'il y a un problème c'est la filiale qui doit en faire les frais. Depuis la création de HOP! , celle-ci n'a cessée d'être restructuré avec des PDV et diminution de sa flotte avec à chaque fois des décisions prises par AF sur le réseau domestique. Il faut arrêter que HOP soit la barrière d'ajustement, lorsque la filiale de KLM est soutenue par sa maison mère et ainsi avoir plus d'agilité pour affronter la concurrence sans être bloquée par les syndicats concernant le type d'avion ( en nombres de passagers ) qu'elle utilise. À force de vouloir contrôler la concurrence, les syndicats et la direction d'AF pénalisent sa filiale est laisse la concurrence mieux armée prendre des parts de marchés....
a écrit le 02/06/2020 à 13:16 :
Visiblement le mot "licenciement" est un mot imprononcable chez le groupe AF.

Sera t-elle la seule compagnie au monde à ne pas en faire ??

Ils sont forts chez AF... Ou alors très peur des syndicats, comme souvent...

Alors que les autres compagnies ont déjà annoncés 20 à 30% de licenciement, et une réduction de la flotte de 20%; chez AF ça n'avance pas beaucoup...

C'est lent comme d'habitude...
Réponse de le 02/06/2020 à 14:41 :
Mon cher Antoine je suppose que tu ne travails pas dans le groupe AF pour avoir de tel propos !!
Comment peut on souhaiter des licenciements !! La suppretion d'emploi n'est pas la solution a tous les problèmes c'est le dernier levier à utiliser pour sauver une entreprise et son savoir faire. Tu crois que les 1200 postes chez HOP vont disparaitre sans licenciements ??
Pense un peu à tous ces gens qui vont perdre leurs emplois dans des circonstances graves . Car tout les secteurs sont touchés, on ne sait même pas comment les gens vont pouvoirs se reconvertir car il n'y a plus d'emplois nul part.
Si un jour ton entreprise ou autre se retrouve dans la même situation je ne pense pas que tu aimerais entendre le mot "licenciements"!!
Réponse de le 02/06/2020 à 15:47 :
Comment peux t'on souhaiter des licenciements ? il y a des familles qui travaillent dans ces entreprises.
Il faut vraiment être pauvre d'esprit ou être jaloux.
J'espère que vous perdrez votre emploi si vous en avez un et rapidement.
Réponse de le 03/06/2020 à 9:22 :
Personne ne souhaite que des salariés soient licenciés...

Mais quand votre entreprise voit à minima 20% de son business disparaître, il n'y a pas bcp d'autres solutions.
Certes, il va y avoir les départs naturel, surement un PDV, mais ramener à un groupe comme Air France, cela va représenter combien de salarié ?
Si je prend le ratio des autres compagnies, on est sur 1 avion = 100 ETP.
Si, on réduit de 20% la flotte d'Air France, on est sur une base de 50 environ environ, soit à minima 5000 emplois (ETP) qui vont devoir disparaître d'ici le 31/12/2020.
Je ne connais pas les départs naturels d'AF pour 2020, mais je pense qu'ils ne seront pas à ce niveau là.

La logique sera chez air France :
1- identifier les départs naturels sur 2020
2- identifier les départs à anticiper sur 2021, avec un chèque à la clé pour solder les trimestres manquants
3- forcer les salariés en age de partir à partir en 2020
4- Plan de Départ Volontaire
5- Rupture Conventionnelle Collective
6- Licenciement
Et en parallèle, réduire les coûts dans tous les services et à tous les niveaux.
Vu la situation, toutes les économies seront nécessaires... cela risque de grincer à tous les niveaux, mais il en va de la survie de l'entreprise et surtout des emplois.
Réponse de le 03/06/2020 à 17:42 :
Comme le dit lOracle "Personne ne souhaite que des salariés soient licenciés..."

Mais il le faudra bien car le groupe AF est en surreffectif depuis des années. C'est la réalité.

Sur le fond Antoine n'a pas tord: toutes les compagnies ont réagis vite et sont maintenant prétes pour une reprise en douceur. AF n'a elle pas beaucoup avancé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :