Avec cette proposition de loi, le bazar pendant les grèves des aiguilleurs du ciel pourrait prendre fin

Avancée par un sénateur, cette proposition de loi contraint tout agent aérien à déclarer individuellement sa participation à un mouvement social, deux jours auparavant. Et ce, dès lors que son « absence est de nature à affecter directement la réalisation des vols ». Si l'exécutif espère ainsi mettre fin « à un système asymétrique », la gauche, elle, dénonce « une menace pour le droit de grève ».
(Photo d'illustration).
(Photo d'illustration). (Crédits : Reuters)

Fini le bazar dans le transport aérien à chaque grève des contrôleurs aériens. Peut-être pas encore mais il pourrait y avoir du mieux avec l'adoption ce mercredi par le Parlement d'une proposition de loi visant à organiser les services de navigation aérienne en cas de mouvement social. Le texte rend obligatoire, pour tout agent aérien assurant des fonctions « dont l'absence est de nature à affecter directement la réalisation des vols », de déclarer individuellement sa participation à un mouvement de grève deux jours auparavant.

Le syndicat majoritaire est favorable

Plus concrètement, l'article unique du texte impose aux grévistes de prévenir de leur participation à un mouvement social « au plus tard à midi l'avant-veille de chaque journée de grève ». Ce qui n'est pas neutre. Et pour cause :  actuellement, les syndicats de contrôleurs aériens doivent déposer tout préavis de grève cinq jours avant un mouvement. En revanche, les grévistes n'ont pas à déclarer leur participation individuelle, à la différence des autres salariés du secteur.

Dans un communiqué publié mardi dernier, le syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA), syndicat majoritaire du secteur, s'est exprimé en faveur du texte, alertant sur « une instrumentalisation du droit de grève et son usage déraisonné » dans certaines circonstances. La France a en effet la réputation d'être la championne des grèves des aiguilleurs du ciel. Selon une étude sur les grèves du contrôle aérien en Europe entre 2005 et 2016, la France a comptabilisé 249 jours de grève, contre 34 en Italie, 44 en Grèce, et moins de dix dans les autres États membres.

Lire aussiLes aiguilleurs du ciel s'engagent à ne pas faire grève jusqu'à la fin des JO 2024

« Service minimum adapté »

Le texte a donc pour objectif de permettre « un service minimum adapté ». En clair, l'obligation faite aux salariés de services publics, d'assurer un service minimum en toute circonstance et la mise en place « de mesures proportionnées » aux réels besoins du secteur en cas de grève, a martelé le rapporteur Damien Adam. Le gouvernement s'est, de son côté, engagé à revoir les modalités du dispositif de service minimum, qui s'applique aux contrôleurs aériens depuis 1985.

La proposition de loi sénatoriale, adoptée en juin par la chambre haute et portée à l'Assemblée par le député Renaissance Damien Adam, a été adoptée avec 85 voix contre 30. Les mouvements sociaux en lien avec la réforme des retraites au premier semestre 2023 avaient conduit le gouvernement a activer la procédure accélérée de l'examen du texte, permettant une unique lecture dans chaque chambre, et une adoption définitive rapide.

Lire aussiLa croissance du trafic aérien français et européen va-t-elle bientôt atteindre un plafond ?

 Ce texte « protecteur et d'équilibre » permet de mettre fin « à un système asymétrique » à l'origine d'une « désorganisation du service public », a affirmé le ministre des Transports Clément Beaune depuis l'hémicycle.

La gauche, elle, s'y est opposée, considérant le texte comme « une menace pour le droit de grève », selon la députée écologiste Lisa Belluco. Dans les faits, le sénateur Vincent Capo-Canellas (Union centriste) est à l'initiative de cette proposition de loi.

Lire aussiUne grève des contrôleurs aériens va fortement perturber l'aéroport d'Orly vendredi

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 16/11/2023 à 11:42
Signaler
"les (aiguilleurs du ciel) grévistes n'ont pas à déclarer leur participation individuelle, à la différence des autres salariés du secteur." Mais ça n'empêche pas la députée écologiste Lisa Belluco. de parler d'« une menace pour le droit de grève »!!...

à écrit le 16/11/2023 à 10:06
Signaler
Sans doute la proposition d'un sénateur voulant réformer le fameux train de sénateur.

à écrit le 16/11/2023 à 8:45
Signaler
"Le syndicat majoritaire est favorable" Voilà ce que la CGT deviendra dans quelques années seulement maintenant et ce que tous les autres sont déjà, des bénis oui oui car mangeant à la même gamelle que le patronnant et les politiciens.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.