Ces mégapoles qui agissent contre le tout-bagnole

 |   |  1288  mots
Photo d'illustration. De Londres à Abidjan, en passant par New York et Chengdu, chaque ville a mis en place un système différent pour tenter de limiter l'usage de la voiture.
Photo d'illustration. De Londres à Abidjan, en passant par New York et Chengdu, chaque ville a mis en place un système différent pour tenter de limiter l'usage de la voiture. (Crédits : DR)
Favoriser le vélo, fluidifier le trafic ou le taxer, créer un métro... Face aux bouchons et à la pollution, ces quatre villes ont pris des mesures radicales.
  • NEW YORK

Des pistes cyclables pour « rompre avec la culture de la voiture »

H311 New York : des pistes cyclables pour rompre avec la culture de la voiture

Sur les 2.000 km de pistes cyclables à New York, seulement 200 km sont protégés. [Crédits : Gibson pictures/iStock]

« Les New-Yorkais savent que la manière dont nous nous déplaçons n'a aucun sens. » Corey Johnson, président du conseil municipal de New York, et candidat probable aux élections de 2021, s'est investi d'une mission : « rompre avec la culture de la voiture », sur laquelle s'est bâtie l'organisation des transports depuis un siècle. Sous son impulsion, les élus ont adopté fin octobre une loi prévoyant la construction de 450 kilomètres supplémentaires de pistes cyclables protégées.

Le royaume des « yellow cabs » a commencé à se convertir aux vélos en 2007, après l'élection du maire Michael Bloomberg. Son successeur, Bill de Blasio, a poursuivi la même politique. Depuis 2006, le nombre de trajets quotidiens a triplé pour atteindre près de 500.000, selon les statistiques de la ville. New York compte désormais plus de 2.000 kilomètres de pistes cyclables. Mais seulement 200 kilomètres sont protégés. Sur les dix premiers mois de l'année, 25 cyclistes sont morts sur les routes new-yorkaises.

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2019 à 16:11 :
Tant que l'on ne pensera pas l'organisation du travail, tant qu'il y aura des horaires d'embauches à n'importe quelle heure, tant que les bassins d'emplois seront à plusieurs dizaine de kilomètres des employés, tant que le prix de l'immobilier ne sera pas divisé par deux, c'est une bataille perdue d'avance.

Vous pouvez hurler contre la "bagnole", les dirigeants politiques et économiques ont organisé la société autour d'elle parce que c'était plus pratique, parce que cela attise nos sentiments les plus viles, parce que cela fait plaisir au lobby pétrolier et-c... Bref nous n'avons pas le choix.
Réponse de le 29/11/2019 à 8:58 :
@ multipseudos:

" Mais si le choix est possible.
Ici a Seoul on ete construites de nombreux reseaux pour les velos. "

LOL !

Je lis pas plus loin et je te signale hein, toi et tes hors sujets vous m'épuisez...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :