MyFerryLink : les marins de SeaFrance bloquent Eurotunnel et le port de Calais

 |   |  266  mots
La justice a tranché et n'interdira pas à Eurotunnel de louer deux de ses trois navires au transporteur danois DFDS à compter du 2 juillet. La Scop SeaFrance, qui les exploitait jusqu'à présent, se retrouve sans activité.
La justice a tranché et n'interdira pas à Eurotunnel de louer deux de ses trois navires au transporteur danois DFDS à compter du 2 juillet. La Scop SeaFrance, qui les exploitait jusqu'à présent, se retrouve sans activité. (Crédits : VINCENT KESSLER)
Une quarantaine de marins du Syndicat Maritime Nord occupent les rails à proximité de l'entrée de l'Eurotunnel, en brûlant un tas de pneus et en tentant de démonter les rails. Mercredi, la compagnie maritime danoise DFDS Seaways, repreneuse de deux des trois bateaux de MyFerryLink, avait annoncé ne garder que 202 employés sur 600.

Le trafic Eurotunnel est interrompu mardi dans les deux sens pour des raisons de sécurité après l'intrusion de marins de la Scop Sea France, ont annoncé la compagnie et la préfecture.

La préfecture du Pas-de-Calais a précisé qu'une quarantaine de marins avaient réussi à s'introduire sur le site, interrompant immédiatement tout trafic. Après avoir enflammé un tas de pneus sur les voies, à environ 300 mètres avant l'entrée du tunnel, les syndicalistes tentaient de démonter les rails.

"Nous sommes à l'entrée du tunnel. Maintenant ça suffit, il faut que [le PDG d'Eurotunnel Jacques] Gounon démissionne!", a déclaré Eric Vercoutre, responsable du syndicat.

Le port de Calais était toujours bloqué mardi à la mi-journée par d'autres salariés de la Scop Sea France.

Opération escargot et brigade de CRS

Les marins en colère ont aussi mené une opération escargot sur l'autoroute A16, ralentissant les accès au port de Dunkerque d'où partent les bateaux de la compagnie maritime danoise DFDS.

Cette compagnie a obtenu d'Eurotunnel le droit d'exploiter à partir du 2 juillet, deux de ses trois navires, le Berlioz et le Rodin, jusque-là utilisés par la SCOP Sea France et la compagnie My Ferry Link.

De plus, une brigade de CRS a été déployée aux abords du site d'Eurotunnel pour prévenir toute tentative des migrants de monter dans des camions à l'arrêt.

Pour tenter d'éviter le blocus du port de Calais, la compagnie P&O Ferries a détourné vers Boulogne-sur-Mer, un navire parti de Douvres à la mi-journée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2015 à 17:26 :
Sea France, SCNM etc... même problème : des entreprises sous la haute main des syndicats employant 20 ou 30 % de personnel plus que leurs concurrents étrangers parce que la productivité est moins bonne avec des salaires plus élevés pour moins d'heures de travail, des combines, du magouillage avec les boutiques duty-free etc... les français en ont marre de payer pour les glandeurs ! on ne va pas pouvoir continuer longtemps avec cette gabegie car on en a marre de travailler pour engraisser les fonctionnaires, la SNCF et tous ces canards boiteux.
a écrit le 01/07/2015 à 16:37 :
Calais au bord du gouffre a cause de syndicats et personnel digne de la mafia des liaisons maritimes, il faut employer la force pour les stopper, crs ou le mieux militaire , appel a le legion
a écrit le 01/07/2015 à 12:29 :
Il n'est plus possible de prendre en otage les gens comme ça ! C'est aussi valable pour la SCNF, Air France, SCNM et autres. Insupportable. Les syndicats s'étonnent après que les gens les rejettent ou ne les supportent pas ! Envoyez les CRS bordel !
a écrit le 01/07/2015 à 10:45 :
Que fais la Police ? Ce gouvernement d'incapables laisse un petit nombre d'individus (Taxis, syndicaux extrémistes, contrôleurs aériens) perturber le fonctionnement du pays et la vie de 70 millions de personnes sans broncher, mais par contre la justice n’hésite pas a envoyer en garde a vue les dirigeants d'Uber.... il serait peut-être temps de revoir les priorités du gouvernement!!!
a écrit le 30/06/2015 à 19:10 :
On parle beaucoup de ce qu'il se passe au tunnel, principalement lorsque le traffic Eurostar est interrompu. Dans des cas comme aujourd'hui où le traffic Eurostar est suspendu, de suite des compagnies de CRS et force de l'ordre sont envoyées sur place afin de déloger ceux qui pénètrent illégalement sur un site privé et en bloque le service commercial. A partir de la, les inspections de voies sont effectuées, remise en état des dégâts et les Eurostar pourront reprendre leur rotation vers le royaume uni d'ici quelques heure. Par contre, on ne parle nullement des intrusions massives de clandestins sur le site Eurotunnel, intrusions qui perturbent fortement voir même bloquent entièrement le trafics des navettes fret et passager du groupe Eurotunnel depuis plusieurs nuits. Aucune ou quasiment aucune force de l'ordre pour rétablir une situation afin qu'eurotunnel puisse faire traverser la manche à ses clients en toute sécurité. Les clandestins se promènent sur le site les mains dans les poches, sans courir ni même se cacher et seulement quelques employés de la sécurité tentent en vain de les éloigner.
Conclusion, quand des manifestations perturbent un service de l'état, Eurostar en l'occurrence, les moyens sont mis en œuvre afin de rétablir une situation claire au plus vite. Par contre, quand il s'agit de faire régner l'ordre sur un site , même étant privé mais qui est pourtant une zone frontalière avec un pays qui ne fait pas partie de l espace de Schengen, qui est sensé être l'un des plus sécurisé de France. les moyens ne sont pas déployés. Pourquoi? Existe t il des lois différentes pour chacunes des personnes présentes sur le territoire français ? Je commence sérieusement à me poser la question .
a écrit le 30/06/2015 à 18:15 :
Que fais la police, il devrait déjà être en garde à vue pour intrusion dans une zone interdite et pour tentative de sabotage. Il est scandaleux de voir que certaines personnes n'hésite pas à vandalisée les voix ferroviaire qui ont été payé par les contribuables français.
a écrit le 30/06/2015 à 17:33 :
Les danois sont sérieux, ils sont des gens de la mer et ont l'habitude de gérer des compagnies de ferries. Naturellement, ils veulent des collaborateurs travailleurs et non pas glandeurs. Voilà ce qui inquiète les syndicats qui depuis des années ronronnaient dans la douce quiétude de la SNCF, puis d'Eurotunnel, avec des contrats salariés de quasi fonctionnaires.
Réponse de le 01/07/2015 à 15:25 :
hum, pour bien connaitre le transmanche, vous seriez surpris (en bien) de la productivité chez Eurotunnel, la quiétude est toute relative, au contraire la pression sur les salariés est très forte. Par contre effectivement chez SEALINK c'était du grand n'importe quoi, une vrai mafia de fainéants
a écrit le 30/06/2015 à 17:16 :
que l on continue comme cela .pendant ce temps le FN monte monte !!
Réponse de le 01/07/2015 à 12:15 :
ces SABOTTEURS vivier de gauche son sponsorises par nos impots

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :