Ryanair : accord avec les pilotes français pour réduire les salaires

Dans un entretien à La Tribune, Edward Wilson, le directeur général de la compagnie irlandaise déclare avoir trouvé un accord avec les pilotes basés en France pour baisser leur salaire de 20% pendant cinq ans. En revanche, aucun accord n'a été trouvé avec les hôtesses et stewards.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

(Crédits : Phil Noble)

C'est fait. Le groupe Ryanair a trouvé un accord avec ses pilotes basés en France pour réduire les salaires de 20% pendant cinq ans, a indiqué à La Tribune, Eddie Wilson, le directeur général de la compagnie low-cost irlandaise. Il s'agit en fait des pilotes de Malta Air, l'une des filiales de Ryanair, les seuls du groupe à être basé en France avec des contrats français. Ils sont au nombre de 81 répartis sur les bases de Marseille, Toulouse et Bordeaux. Sans accord, la direction indiquait qu'elle licencierait une partie d'entre eux.

"A l'issue de cette période, ils retrouveront 100% de leur salaire", a assuré le dirigeant.

Les discussions sont toujours en cours avec les hôtesses et stewards. L'absence d'accord risque d'entraîner des suppressions de postes a toujours prévenu la compagnie. La situation est similaire en Espagne où un accord a été signé avec les pilotes mais pas avec les hôtesses et stewards.

Accord avec tous les navigants au Royaume-Uni

En revanche, au Royaume-Uni, Ryanair a trouvé un accord avec les deux catégories de personnels : -20% de baisse salariale pour les pilotes et entre -5 et 10% pour les personnels navigants commerciaux.

La compagnie aérienne à bas coûts est loin d'être la seule à demander une baisse de salaire à ses employés. En France, Air Caraïbes et French Bee l'ont décidée en juin (-10%), mais pour une période plus courte de deux ans. Outre Manche, British Airways entend même licencier son personnel et les réembaucher dans la foulée avec des contrats moins-disants.

Lire aussi : Les méthodes radicales de British Airways pour réduire sa masse salariale

Ryanair justifie de telles mesures par l'ampleur de la crise qui frappe le transport aérien et par l'absence d'aides d'Etat qu'ont en revanche obtenues d'autres transporteurs comme Air France-KLM, Lufthansa, ou encore TAP Portugal.

"Nous savons tous que la crise est profonde, que nous sommes une entreprise privée, que nous n'avons pas d'aides d'État, donc tout le monde doit faire un effort pendant cette période. Négocions cela. Lorsque le trafic et la rentabilité reviendront, nous pourrons rétablir les salaires et les emplois. Nous voulons préserver le plus grand nombre d'emplois possible, parce que nous allons continuer de croître", avait déjà indiqué fin juin Edward Wilson à La Tribune.

Si le trafic en juillet et août a été relativement satisfaisant avec un taux de remplissage de plus de 70% en moyenne (par rapport à une offre réduite de moitié par rapport à l'année dernière), le rebond des contaminations du Covid en Europe et les restrictions aux voyages pèsent sur les prises de réservations pour les prochaines semaines. A tel point que la compagnie a lancé la semaine dernière une vente flash sur un million de sièges à 5 euros le billet  pour des vols en septembre et octobre.

Lire aussi : "C'est une honte d'avoir aidé Air France" (Edward Wilson, CEO de Ryanair)

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 10/09/2020 à 22:42
Signaler
Baisse temporaire des salaires = licenciement massif à venir.....encore un constat historique.

le 12/09/2020 à 18:01
Signaler
D'autant qu’une fois licencié le calcul de l'indemnité ce fera sur un salaire plus bas.

le 13/09/2020 à 16:11
Signaler
Baisse de salaire refusée = fermeture immédiate de la boîte. C'est aussi un constat historique. Quand une entreprise a moins de revenu ou n'a plus de revenu, il n'y a plus beaucoup de solutions. Seuls les fonctionnaires ont un emploi garanti.

à écrit le 10/09/2020 à 16:19
Signaler
coûte combien aux contribuables français, à travers toutes les subventions qui lui sont données par les collectivités territoriales ?

le 11/09/2020 à 8:29
Signaler
Combien rapportent aux régions les passagers de Ryanair... rien ne force les régions à accepter...Si elles le font, c'est qu'il doit y avoir une raison

à écrit le 10/09/2020 à 14:40
Signaler
La référence aux compagnies françaises du groupe DUBREUIL me semble peu pertinente lorsque l'on connait les marges des unes et des autres. Les actionnaires de RYANAIR se gavent en temps normal en mettant les collectivités en concurrence, ils continue...

le 10/09/2020 à 16:44
Signaler
C'est en effet un scandale. Et tant que nos élus en rajouteront un peu plus en offrant des subventions publiques pour faire vivre leur aéroport structurellement déficitaire dans leur cours, parce que ça fait classe d'avoir un aéroport international d...

le 10/09/2020 à 17:33
Signaler
le consommateur que je suis cherche le billet le moins cher et je l'ai grace à ryanair ou easyjet . Dons OUI JE CAUTIONNE et sans états d'ame .

le 10/09/2020 à 20:25
Signaler
Perso, je n'ai jamais voyagé ni avec l'une, ni avec l'autre (j'ai voyager Air Frane et Transavia principalement, mais aussi Aigle Azur, Air Med et pas mal de compagnies étrangères) : je pense qu'entre l'exploitation à outrance des uns, et la toute pu...

le 11/09/2020 à 8:32
Signaler
La comparaison me semble pertinente. Elle montre tout simplement la nécessité pour les opérateurs aériens de trouver des solutions pour traverser cette crise inouïe. Cela montre des capacités de gestion, de rapidité que d'autres n'ont pas. Bonne chan...

à écrit le 10/09/2020 à 11:26
Signaler
Et les actionnaires vont-ils réduire d'autant leurs profits ?

à écrit le 10/09/2020 à 10:43
Signaler
Le transport aérien low cost est une anomalie, un non sens économique, une gabegie de ressources, une source de pollution. En gros, cette activité, à défaut d'être interdite devrait être taxée à hauteur des avantages dont elle bénéficie et dégâts qu...

le 12/09/2020 à 19:55
Signaler
@popo Je n'ai rien contre les trolls, les elfes ou les clowns... Quand il s'agit de dénoncer le transport aérien de masse, low cost, pollueur, tous les commentaires, d'où qu'ils viennent, sont bons à prendre. Le transport aérien est un gouffre à éne...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.