SNCF : les négociations s'annoncent délicates

 |   |  457  mots
Les déclarations de Guillaume Pepy ont mis les syndicats en ébullition. CGT et SUD, qui disposent de la majorité de blocage, menacent d'une grève dure au printemps.
Les déclarations de Guillaume Pepy ont mis les syndicats en ébullition. CGT et SUD, qui disposent de la majorité de blocage, menacent d'une grève dure au printemps. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Le groupe ferroviaire s'apprête à renégocier les règles de temps de travail des cheminots. Les négociations doivent aboutir avant le 1er juillet.

Les salariés du fret privé et ceux de la SNCF ne sont pas soumis aux mêmes règles de temps de travail (amplitudes maximales des journées, repos...). Celui-ci est annualisé dans le groupe public (ex: 1.568 heures pour les roulants) avec des journées de travail plus longues mais davantage de jours de repos (22 pour les roulants).

Une harmonisation du secteur avant l'été

Or, la réforme ferroviaire de 2014 impose une harmonisation d'ici mi-2016 pour tout le secteur (fret et voyageurs, public et privé). Ce qui concernerait entre 153.000 et 170.000 salariés, selon les estimations. L'objectif étant d'assurer que l'ouverture à la concurrence, prévue par étapes d'ici à 2026, se passe dans des conditions économiquement "équitables" et garantes de la sécurité des trains.

D'un côté, les syndicats veulent des règles calquées sur celles de la SNCF. Mais, les opérateurs privés affirment que cela tuerait le transport ferroviaire de marchandises, déjà fragilisé par la concurrence des camions.

Réduction de coûts

De l'autre, la SNCF cherche à réduire ses coûts avant la libéralisation du trafic voyageurs national et régional. Son président Guillaume Pepy veut ainsi

"Remettre à plat l'organisation du travail", revoir "la façon de faire les 35 heures".

Le groupe chiffre jusqu'à 30% l'écart de productivité avec le fret privé du fait de la réglementation du travail mais aussi de cotisations retraites majorées.

Décret-socle

Concrètement, un décret-socle doit poser les bases communes garantes de la sécurité des trains. Mais le gouvernement n'a toujours pas "montré la couleur". Aussi les partenaires sociaux s'impatientent-ils.

Convention de branche

Les discussions entre syndicats et l'Union des transports publics et ferroviaires (SNCF et entreprises privées) pour une convention collective de branche ont été lancées fin 2013. Celles-ci pourraient aborder le volet temps de travail en février si le patronat réussit à s'accorder au préalable. Les personnels "de restauration, nettoyage, accueil service en gare et une partie de la maintenance" (sur les voies fermées à la circulation) ont été "exclus" du champ de la convention, déplore SUD-Rail.

Accord d'entreprise

Quant aux négociations au sujet d'un accord d'entreprise à la SNCF pour remplacer l'actuelle réglementation et l'accord 35 heures, elles n'ont pas encore démarré.

Reste que les syndicats, divisés sur la réforme ferroviaire, pourraient cette fois faire bloc. Tous pointent les "gaspillages" de productivité générés depuis plusieurs années, selon eux, par la gestion séparée des activités fret et voyageurs et de mauvais "roulements" (plannings). Il est possible de gagner en productivité "sans remettre en cause la règlementation" en améliorant "l'organisation de la production", assure la CFDT, comme la CGT.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2016 à 11:46 :
Je vois toujours pleins de commentaires sur mon entreprise, qui est surement l'entreprise la plus médiatisée de France, mais ce qui m'étonne toujours autant c'est que pour une entreprise où d'après vous nous ne faisont rien en étant payé des millions, l'entreprise peine à recruter. Qu'attendez vous pour postuler et gouter aux nombreux privilèges dont bénificies un agent Sncf? La Sncf recrute! Vous pourrez travailler le week end et les jours fériés en 3/8, et la bizarement ça n'intéresse plus grand monde, les privilèges que sont les tarifs réduits pour prendre le train ne vous parraissent peut être pas si avantageux par rapport à votre petit confort de vie??????
a écrit le 21/01/2016 à 20:27 :
Quitte a faire bosser les cheminots comme tout le monde, autant faire des horaires comme tout le monde, comme cela, les premiers trains rouleront à 9h30 (le temps de les préparer, de les manœuvrer, que le mécano fasse ses essais...) et les derniers à 16h30 (pour garder du temps pour les garer sans couler les agents).

Après, pour augmenter la productivité, le mieux serait de faire rouler les trains sans clients, une très grosse partie des retards sont dus à des oublis de bagages, des signaux d'alarme tirés...
Réponse de le 21/01/2016 à 23:20 :
des primes de vacances de 600€ deux fois par an et la gratuite des trains pour eux et leurs familles qui n apparaissent pas comme avantages en natures....et ils se disent fonctionnaires...nous on a rien pas d augmentation plus d avancement et zéro prime
Réponse de le 22/01/2016 à 2:44 :
Rions, la prime de vacances n'est donnée qu'une fois par an et nous sommes loin, très loin des 600 euros, et nos proches ne voyagent pas gratuitement... renseignez vous au lieu de dire des bêtises plus grosses que vous!
a écrit le 21/01/2016 à 18:48 :
Que les archéo-syndicalistes de la SNCF défendent contre tous leurs statuts hyper avantageux obtenus par leurs capacités de nuisance et s' arcboutent sur des privilèges maintenant illégitimes, c' est choquant.
Mais que ces même syndicats se présentent en garant de l' efficacité et de la performance (productivité !!) de l' entreprise alors là ça dépasse l' entendement.
Réponse de le 22/01/2016 à 1:14 :
Ca me semble une entreprise qu'une autre époque
La cgt n'a pas évolué depuis 1850

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :