Pepy veut revoir "la façon de faire les 35 heures" à la SNCF

 |   |  408  mots
Guillaume Pepy était l'invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, dimanche.
Guillaume Pepy était l'invité du "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI, dimanche. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Le président de la SNCF Guillaume Pepy a réaffirmé dimanche son souhait de "remettre à plat l'organisation du travail" pour baisser les coûts et préparer le groupe à l'ouverture totale à la concurrence.

 La SNCF, qui doit renégocier d'ici au 1er juillet 2016 son accord sur l'organisation du temps de travail, doit "se réinventer", "faire tomber un certain nombre de tabous et, parmi ces tabous, il y a le fait que l'organisation du travail serait figée, qu'on ne pourrait pas réformer la SNCF", a déclaré M. Pepy, invité du "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI. "Nous avons à renégocier à la SNCF la façon de faire les 35 heures pour que nos 35 heures soient plus efficaces. Plus efficaces dans l'intérêt des clients, pour avoir des trains plus à l'heure, plus fiables, moins chers. Il n'y a pas d'autre stratégie possible que de faire baisser les coûts", a-t-il poursuivi. "Faire baisser les coûts, c'est remettre à plat l'organisation du travail, c'est faire de la productivité", a-t-il dit encore, en réutilisant une formule employée il y a un an. La CGT l'avait alors accusé de jeter "de l'huile sur le feu".

Mais M. Pepy s'est refusé à chiffrer "l'écart" de productivité entre cheminots SNCF et salariés du fret privé. "Je crois au dialogue social et le dialogue social, ça se fait aussi par le respect, donc je ne lance pas d'anathème en donnant des chiffres ou lançant des ultimatums" aux syndicats, a-t-il ajouté. Il a souhaité "une négociation responsable" car "tout le monde, y compris les syndicats de cheminots, ont intérêt à ce que la SNCF réussisse (...) Si on ne réussissait pas, cela voudrait dire qu'au moment où la concurrence va arriver, y compris pour les trains de voyageurs, la SNCF serait perdante et perdrait des postes".

La réforme ferroviaire de 2014 oblige les partenaires sociaux à négocier d'ici à juillet prochain une convention collective du rail commune aux salariés de la SNCF et des entreprises privées. Au niveau de la branche, les discussions doivent entrer dans le vif du sujet à la fin janvier, sur la base d'un décret socle que le gouvernement n'a toujours pas présenté aux partenaires sociaux. A la SNCF, un accord d'entreprise doit venir compléter ces textes pour les 150.000 salariés du groupe public (hors filiales). Dans le fret et sur les lignes internationales, la libéralisation du rail est déjà à l'œuvre. Elle doit être élargie au transport de passagers en 2020 pour les lignes nationales et 2026 pour les trains régionaux, selon les dernières propositions des ministres européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2015 à 22:10 :
L'augmentation des péages en 2016 pourrait contribuer à dissuader les ménages d'utiliser l'automobile...
a écrit le 21/12/2015 à 18:06 :
35 Heures par mois ?
a écrit le 21/12/2015 à 18:04 :
il faut supprimer tout les avantages donnés aux ouvriers a cause de la cgt ,revenir a trois semaines de congés et 40 heures par semaines ,les avantantages c'est aux actionnaires de les avoirs car eux prennent des risquent quand ils investissent dans les entreprises un rendement de 15% par an devrait leur etre garanti ,il faut privatiser tout ce qui peut l'etre ,sncf ,edf ,areva prendre tout les avantages des employés et les verser en revenu aux actionnaires ,si cela ne convient pas aux français ,maintenant ils ont le choix ils peuvent changer de fournisseur .
a écrit le 21/12/2015 à 16:15 :
Dur... Dur ... 35h à la SNCF ! et pourquoi pas à l'assemblée national pendant que nous y sommes ,
a écrit le 21/12/2015 à 15:48 :
Il faut en effet voir la façon de faire les 35 heures à la SNCF :-)
a écrit le 21/12/2015 à 12:40 :
sera très dur la cgt et sud majoritaire les syndicat cfdt unsa cftc pro patron on pas la majorité donc les cheminot on confiances a la cgt et sud 54 % de voix avec les filialles pro cfdt unsa
a écrit le 21/12/2015 à 12:28 :
Grèves multiples à venir de la part des crypto-communistes de la CGT et de Sud Rail.
a écrit le 21/12/2015 à 10:17 :
En réalité un cheminot c’est 6 heures de travail par jour comme les agents EDF, RATP, contrôleur aérien les champion européen de la plus faible productivité au travail. M. Gérard Longuet haut fonctionnaire devrait dire que les français les plus fainéants sont ses collègues de la fonction publique ainsi que les entreprise publiques. La SNCF fera comme la SNCM, Air France, etc vouait à disparaitre du paysage économique français que du pur bonheur pour le portefeuille du contribuable français.
a écrit le 21/12/2015 à 8:35 :
Parce qu 'à la Sncf ils font 35 heures par semaine ? tout est à revoir à la SNCF et bien d autres choses !!!!
a écrit le 20/12/2015 à 21:18 :
tous les ans , la SNCF coûte 13 milliards d'euros aux contribuables français , pour des services de plus en plus médiocres ; les infrastructures ferroviaires sont dans un état très dégradé hormis quelques lignes à grande vitesse .et le pire est sans doute à venir .
avec la CGT et SUD l'issue ne fait pas de doute , la SNCF finira comme le France , à la casse !
Réponse de le 21/12/2015 à 2:14 :
la concurrence, sous toutes ses formes, va contraindre la sncf a se regenerer.deja le gouvernement devrait songer a remplacer ce monsieur pepy,ensuite legiferer pour privatiser, partiellement ou non, la compagnie....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :