SNCF Réseau lève 900 millions d'euros d'obligations vertes pour financer ses travaux

 |   |  548  mots
SNCF Réseau indique qu'il devient ainsi le premier gestionnaire d'infrastructures ferroviaires au monde et la première entreprise de transport en Europe à émettre un green bond, et annonce son intention, grâce à un montant significatif d'investissements éligibles (1,5 à 1,8 milliard d'euros par an), (...) (de) réaliser, chaque année, au moins une émission green bond de taille de référence.
SNCF Réseau indique qu'il "devient ainsi le premier gestionnaire d'infrastructures ferroviaires au monde et la première entreprise de transport en Europe à émettre un green bond", et annonce son intention, "grâce à un montant significatif d'investissements éligibles (1,5 à 1,8 milliard d'euros par an), (...) (de) réaliser, chaque année, au moins une émission green bond de taille de référence". (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012)
Le gestionnaire du réseau ferré français a lancé "une émission inaugurale d'obligations vertes (green bond) d'un montant de 900 millions d'euros, d'une maturité de 15 ans", selon un communiqué de presse. Cette émission permet à SNCF Réseau de toucher des investisseurs différents.

Le gestionnaire d'infrastructure ferroviaire, SNCF Réseau (ex-RFF) a annoncé jeudi avoir levé 900 millions d'euros sous forme d'obligations vertes, "pour financer la modernisation du réseau". Le gestionnaire du réseau ferré français a lancé "une émission inaugurale d'obligations vertes (green bond) d'un montant de 900 millions d'euros, d'une maturité de 15 ans", selon un communiqué de presse.

"Les fonds levés grâce à cette opération seront affectés à un compte spécifique et permettront de financer en priorité, la rénovation du réseau structurant, mais également le développement de nouveaux projets et le renforcement de la stratégie de SNCF Réseau en faveur de la biodiversité et de la protection des ressources naturelles", détaille l'entreprise publique.

Précurseur en Europe


SNCF Réseau indique qu'il "devient ainsi le premier gestionnaire d'infrastructures ferroviaires au monde et la première entreprise de transport en Europe à émettre un green bond", et annonce son intention, "grâce à un montant significatif d'investissements éligibles (1,5 à 1,8 milliard d'euros par an), (...) (de) réaliser, chaque année, au moins une émission green bond de taille de référence".

"En tant que premier gestionnaire d'infrastructure à émettre des green bond, on définit de nouveaux standards pour la finance verte. (...) On a décidé de baser notre programme sur ce qu'on considère être les deux standards les plus rigoureux en matière de préservation du climat et des ressources", a expliqué à l'AFP Guillaume Hintzy, directeur financements et trésorerie de SNCF Réseau, faisant état de l'"un des éléments importants du succès de cette opération".

Forte demande

L'opération a en effet suscité une demande très importante de la part des investisseurs. SNCF Réseau "visait une taille d'opération de 500 millions (d'euros)(...) On a eu un carnet d'ordres de 1,4 milliard. Finalement, on va satisfaire la demande à hauteur de 900 millions", a détaillé Guillaume Hintzy.

"Après le succès fin septembre de son émission inaugurale en dollar (un milliard de dollars avaient été levés, NDLR), SNCF Réseau franchit une nouvelle étape majeure pour la diversification de son programme de financement en lançant cette émission green bond", a commenté son PDG, Patrick Jeantet, cité dans le communiqué.

Le marché mondial des obligations "vertes", destinées à financer des projets environnementaux, de développement des énergies renouvelables ou d'amélioration de l'efficacité énergétique, a progressé de 56% au premier semestre, et atteint environ 27 milliards de dollars, selon une étude de la banque espagnole BBVA.

Cette émission permet à SNCF Réseau de toucher des investisseurs différents. Or, rappelle Jérôme Pellet, directeur au sein du département obligataire de HSBC France, "quand on a une base d'investisseurs large, c'est une sécurité dans son financement".

Les investisseurs apprécient les outils de calculs développés par SNCF Réseau, qui leur permettent "de quantifier l'impact positif (de leurs investissements) sur l'environnement", a-t-il souligné, ainsi que l'utilisation rapide par SNCF Réseau des sommes levées, et sa capacité à revenir régulièrement sur ce marché obligataire, qui va permettre aux investisseurs de "comparer les emprunts classiques et les emprunts verts".

Jérôme Pellet précise que sur le marché des obligations vertes, "il y a plus de demande que d'offre".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :