Vols intérieurs  : le Conseil d'Etat confirme l'interdiction en cas d'alternative ferroviaire de 2h30

Les vols Orly-Bordeaux ou Orly-Nantes ne sont pas prêts de revoir le jour. Le Conseil d'Etat a rejeté le recours de l'Union des aéroports français (UAF), entérinant ainsi l'interdiction des vols domestiques en cas d'alternative ferroviaire de moins de 2h30. Le patron de l'UAF s'étonne néanmoins que la justice européenne n'ait pas été saisie pour cette décision qui pourrait se répercuter sur l'ensemble de l'Union européenne.
Léo Barnier
L'aéroport de Bordeaux fait partie de ceux touchés par l'interdiction pesant sur les vols intérieurs.
L'aéroport de Bordeaux fait partie de ceux touchés par l'interdiction pesant sur les vols intérieurs. (Crédits : Reuters)

C'est une défaite pour le transport aérien français face au ferroviaire. Le Conseil d'Etat a débouté l'Union des aéroports français (UAF) ce vendredi dans son recours contre l'interdiction des liaisons aériennes lorsqu'une alternative ferroviaire de moins de 2h30 existe. Le syndicat professionnel des aéroports s'était immédiatement opposé à cette mesure qui interdit les vols commerciaux entre Paris-Orly et les aéroports de Nantes, Bordeaux et Lyon.

Lire aussiSupprimer les vols intérieurs en France... augmente les émissions de CO2 de l'aérien

Initiée par la Convention citoyenne pour le Climat, avant d'être reprise par le gouvernement en 2021 dans la loi Climat et résilience, cette mesure était finalement entrée en vigueur en mai dernier avec la publication du décret d'application.

L'UAF avait basé son recours contre cette loi sur la base d'un « excès de pouvoir », comme le rapporte l'AFP, estimant qu'il portait atteinte à la liberté d'entreprendre et demandant son annulation ainsi qu'une saisine de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), le texte étant selon les aéroports incompatible avec la réglementation communautaire.

Lire aussiSuppression des vols intérieurs courts : Clément Beaune n'exclut pas d'étendre le nombre de liaisons concernées

Selon le Conseil d'Etat, « il n'est pas établi par les éléments versés au dossier qu'elle (l'interdiction, NDLR) provoquerait sur les lignes concernées une distorsion de concurrence entre les transporteurs aériens, d'autant que sa durée de validité est limitée à une période de trois ans à l'issue de laquelle elle fera l'objet, après évaluation, d'un réexamen ».

En conséquence, l'UAF « n'est pas fondée à demander l'annulation pour excès de pouvoir du décret qu'elle attaque » estime le Conseil d'Etat, qui a aussi refusé de saisir la justice européenne et ordonné à l'organisation de verser 3.000 euros pour couvrir les frais de justice.

Lire aussiVols intérieurs : l'interdiction entre officiellement en vigueur mais ne change finalement rien

Gains climatiques espérés

La juridiction administrative a également rejeté l'argument de l'UAF, selon lequel les effets de la mesure sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre seraient minimes. D'autant que la loi Climat et résilience impose de compenser les émissions de CO2 des vols domestiques à 100% depuis cette année.

Le Conseil d'Etat a argué qu'il « reste qu'elle (la mesure d'interdiction) est susceptible de contribuer à court terme à la réduction de ces émissions dans le domaine du transport aérien et ne peut être regardée, eu égard aux enjeux de la lutte contre le changement climatique, comme étant plus restrictive que nécessaire ».

Lire aussiPour les opposants à la suppression des vols intérieurs, Paris a bel et bien reculé

Dimension européenne

Face à cette décision, Thomas Juin, président de l'UAF et de l'aéroport de La Rochelle a réagi auprès de La Tribune : « Nous ne sommes pas surpris, le Conseil d'Etat ayant déjà rendu un avis positif sur le décret d'application ». Mais il trouve néanmoins étonnant que la juridiction française ait refusé la saisine de la Cour de justice de l'Union européenne.

L'UAF estime en effet que le décret d'application « tord le bras » à l'article 20 du règlement européen 1008/2008 sur lequel il est fondé, et ce avec la validation de la Commission européenne. Après avoir émis des doutes sur la compatibilité d'une première version de ce décret avec la législation européenne, Bruxelles avait fini par trouver un compromis avec Paris fin 2022. Celui-ci avait permis de valider la mesure sur Orly, tout en garantissant la protection du hub de Roissy-CDG face à cette interdiction.

Selon Thomas Juin, ce type de mesure pourrait donc être amené à se répéter en Europe, ce qui nécessite donc une décision du juge européen sur sa compatibilité avec le règlement communautaire. Il indique que l'UAF va donc étudier les possibilités de s'adresser directement à la CJUE.

Ne voulant pas se montrer résigné, le patron des aéroports français explique qu'il attend également l'étude d'impact et l'évaluation des bénéfices environnementaux qui doivent avoir lieu dans les trois ans suivant la mise en place de la mesure, conformément aux exigences de Bruxelles. Convaincu que les bénéfices sont minimes, et que « l'enjeu de la décarbonation de l'aérien ne se joue pas à ce niveau-là » mais sur les liaisons internationales, il espère alors pouvoir à nouveau contester le dispositif.

Léo Barnier

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 04/02/2024 à 0:14
Signaler
Certains dans ces commentaires semblent avoir une dent contre le transport aérien (mais ils commandent probablement des tonnes de biens sur Amazon ...livrés par avion ou dans des portes-conteneurs méga-polluants !!!) .... ils ne sont pas à une contra...

à écrit le 03/02/2024 à 22:42
Signaler
Et dire qu'il y a des gens qui pensent que notre gouvernement est libéral !

le 04/02/2024 à 7:46
Signaler
C'est bien pire, beaucoup d'entre eux le pensent réellement ! Mais ils apprennent quoi dans leurs "grandes" écoles sans rire ?

à écrit le 03/02/2024 à 9:38
Signaler
C'est une défaite pour le transport aérien face au ferroviaire !!! NON C'EST UNE DEFAITE POUR LA FRANCE ET TOUS LES FRANCAIS.

le 03/02/2024 à 11:06
Signaler
"ET TOUS LES FRANCAIS." LOL ! Seulement 11% des français prennent l'avion, calmes toi.

le 03/02/2024 à 14:40
Signaler
Tous les français? Lol 17% prennent l avion contre 47% le ferroviaire source Professionnelle iata … le profil socio- culturel des utilisateurs de l avion : les happy fews et csp/ cp+…. Bref minoritaires… L arien bénéficie déjà du kérosène sans tax...

le 03/02/2024 à 14:40
Signaler
Tous les français? Lol 17% prennent l avion contre 47% le ferroviaire source Professionnelle iata … le profil socio- culturel des utilisateurs de l avion : les happy fews et csp/ cp+…. Bref minoritaires… L arien bénéficie déjà du kérosène sans tax...

le 04/02/2024 à 0:07
Signaler
Pour répondre à @Annie rie : si seulement 17% des français prenant l'avion suffit (selon vous) à ce qu'on puisse les persécuter, alors poursuivons votre logique jusqu'au bout : une majorité n'a pas voté pour EELV : interdisons ce parti !!! Et comm...

le 04/02/2024 à 0:07
Signaler
Pour répondre à @Annie rie : si seulement 17% des français prenant l'avion suffit (selon vous) à ce qu'on puisse les persécuter, alors poursuivons votre logique jusqu'au bout : une majorité n'a pas voté pour EELV : interdisons ce parti !!! Et comm...

à écrit le 03/02/2024 à 9:20
Signaler
Quelqu'un pourrait m'expliquer le rôle de ce machin en dehors d'être une mine de fauteuils pour les nouveaux accédants à l'aristocratie républicaine par la grâce de l'ENA. Pourquoi lui est-il donné une compétence de juge?

à écrit le 03/02/2024 à 8:41
Signaler
Le trafic aérien augmentant c'est presque une mesure indispensable. Maintenant ne vaudrait il pas mieux mettre des responsables qui aiment le train pour gérer le train plutôt ? Ca éviterait de déclencher des incendies qu'il faut ensuite éteindre on n...

à écrit le 03/02/2024 à 7:13
Signaler
Logique que Air France centralise ses vols sur CDG. Seul aéroport qui permette des correspondances depuis les villes de province (avion ou train direct). L'aéroport d'Orly n'étant de toute façon pas desservi par une ligne TGV (sinon y a Massy mais ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.