Plus d’un Français sur deux s’estime mal informé sur le tri des déchets

 |  | 406 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : CC Public Domain)
Alors que 80% des Français se disent préoccupés par l’impact environnemental de leurs déchets, près de la moitié d'entre eux considère manquer d’informations sur les bonnes habitudes à prendre en la matière, d'après une étude menée par un fabricant d'emballages.

Séparer plastiques, papiers et verres des déchets ménagers classiques, une habitude désormais bien ancrée chez les Français ? Pas tout à fait, pointe une étude menée par l'entreprise de fabrication d'emballages en carton ondulé DS Smith. Elle révèle que 54% d'entre eux s'estiment encore mal informés sur les bonnes pratiques de tri, selon cet échantillon de 1.000 consommateurs interrogés entre le 24 et 26 février 2021.

Un résultat surprenant puisque 80% des sondés déclarent être « préoccupés par l'impact environnemental de leur surplus de déchets », note le rapport. D'autant que celui-ci a augmenté depuis le début de la crise sanitaire, avec 30% des foyers qui indiquent en produire « nettement plus » qu'avant. Pour rappel, les déchets dits « ménagers » atteignent en moyenne un peu plus d'une demi-tonne par an et par habitant, selon l'OCDE. Parmi lesquels 48 millions de tonnes sont envoyés dans des centres de traitements spécialisés.

« Avec les emballages qui s'accumulent dans nos foyers [...] il y a encore un important travail de sensibilisation au tri, au recyclage et à la réduction des déchets à poursuivre », fait valoir Mike Harrison, directeur Europe du Sud de DS Smith Recycling.

De plus en plus d'achats en ligne

Autre signe préoccupant, 61% des Français signalent manquer de place dans leur poubelle de recyclage, et se plaignent d'infrastructures de collecte inadaptées. En cause, un ralentissement du tri lié aux contraintes sanitaires. Mais surtout une hausse de la fréquence de commande en livraison sur Internet depuis le premier confinement, pour la moitié des répondants. Et la tendance ne va probablement pas s'inverser : 79% des interrogés « prévoient de continuer, voire d'augmenter la fréquence de leurs achats en ligne après la fin de la crise », précise l'étude.

Lire aussiDéjà en souffrance en 2019, le secteur du recyclage craint le pire pour 2020

Cependant, le volume global des déchets collectés a baissé depuis le début du confinement, notamment en raison de la fermeture des commerces et des restaurants. Et toutes les filières n'ont pas subi le même sort. Alors que les verriers sont quasiment à l'arrêt, faute de matière à traiter, les gels hydro-alcoolique et les rouleaux de papier toilette font partie des articles les plus recyclés depuis le début de la crise.

Lire aussi : Plastique: Carbios parvient à produire des bouteilles à partir de déchets textiles

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2021 à 18:33 :
Trop de tri tue le tri. Un peu comme les impôts, la politique, les médias en général.
Bref, il faut raison garder. Bien trier passe par moins de déchets, moins d'emballages, moins de consommation et surtout :
MOINS de PUBLICITÉ.
C'est pas possible ? Alors arrêtons de nous faire "ch.r" avec le tri.
On fait au mieux et déjà beaucoup. Basta !
a écrit le 16/03/2021 à 16:25 :
Mouais, quand on trouve des mégots dans les conteneurs jaunes (qui existent depuis plus de 20 ans), le problème n'est pas le manque d'information. Le vrai problème, c'est de sous traiter un enjeu public à des sociétés/individus privées qui font un peu ce qu'elles veulent. C'est valable du côté des producteurs (emballages non recyclables), des individus (qui jettent leurs déchets dans la première poubelle venue), des politiques (qui laisses les sociétés privées produire n'importe quoi et abandonnent à d'autres la collecte des déchets), des sociétés de collecte (qui transmettent le bébé aux moins-disants, potentiellement dans des conteneurs vers l'Asie ou l'Afrique), ...
a écrit le 16/03/2021 à 14:41 :
Beaucoup de Français se foutent bien du tri car sur le sol on trouve énormément de saleté qui aurait du se trouver dans les poubelles ou être trié pour le recyclage .
a écrit le 16/03/2021 à 10:21 :
Il faudrait au moins que ça soit homogène sur tout le territoire, mais ça dépend de leurs équipements. Et ça évolue ! On ne gère que le PET PP PEHD comme plastiques (20 000 bouteilles PET vendues par minute en France, je crois) mais certains préconisent de tout mettre vu qu'un jour tout sera "géré".
Les 'grands' cartons, les gens pensent rarement à les "aplatir" (un coup de canif/cutter (ou clé) sur le scotch et il retrouve sa forme lors de la sortie d'usine, ou en sautant dessus, ça défoule), résultat conteneur vite plein, à la déchetterie aussi, y a moins lourd de carton que de benne.
Le conteneur est vu parfois comme terminal de la déchetterie, piles, médicaments dans leur boite carton, verre, (test cancer digestif aussi, neuf, qq a pas osé le refuser à son médecin), masques covid aussi, les "gens" sépareront tout ça au tri (disons les laisseront sur le tapis roulant aller se faire incinérer), les conteneurs ne prennent pas tout ce que la déchetterie peut accepter, mais quand j'étais en bordure de Paris elle était loooiin la déchetterie, ici c'est avant d'arriver chez Lecl*/Pic*/autres, y a plus d'excuse.
Les bouchons liège, chez Nicol* ils les prennent, ceux en plastique aussi, à la déchetterie on m'avait dit "à incinérer" (les textiles aussi).
Réponse de le 16/03/2021 à 15:12 :
C'est bien d'être retraité on a le temps de faire vachement de trucs hein... :-)
a écrit le 16/03/2021 à 9:38 :
Tu m'étonnes !

Ben disons comment comprendre qu'il ne faut pas, exemple parmi tant d'autres, mettre l'aluminium dans le recyclable ??? Sachant que c'est peut-être différent ailleurs, même dans ma commune d'à côté... -_-

Comme avec l'UE ils ont d'abord cherché à générer des usines à cash avant de protéger les citoyens donnant comem avec l'UE ce grand n'importe quoi car entre les mains de n'importe qui.
Réponse de le 16/03/2021 à 10:09 :
Ici on met fer et alu dans les emballages, les papiers aussi (avant c'était à part) mais en Alsace, les consignes pour les boites de conserve, c'était déchetterie (24 accès gratuits par an, ensuite payant) sinon poubelle déchets ultimes. Je leur avais envoyé un mail au retour, et c'est une question de poids, ce choix, charge des camions avec la lourde ferraille des boites, mais il parait que les boites peuvent maintenant être mises avec les emballages comme quoi ça évolue...
En Sardaigne et Italie, on ne met que l'alu dans les conteneurs "boite", le fer est interdit. Il est récupéré en sortie d'incinérateur, avec des aimants, en mâchefer, ça simplifie la gestion.
Réponse de le 16/03/2021 à 10:24 :
"mais il parait que les boites peuvent maintenant être mises avec les emballages comme quoi ça évolue..."

Non ce n'est pas que ça "évolue", nous sommes en UERSS empire prévu pour durer mille ans ne l'oublie pas, c'est juste que cela change tout le temps selon leurs intérêts à eux et eux seuls forcément. La pensée financière est une pensée à très court terme et donc très courte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :