BrightSource, star du solaire américain, renonce à s'introduire en Bourse

 |   |  334  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Annoncée depuis un an, l'introduction en Bourse du développeur de fermes solaires a été annulée à la dernière minute. Alstom, l'un de ses principaux actionnaires, ne pourra donc pas profiter de l'occasion pour accroître sa participation, aujourd'hui légèrement inférieure à 20%.

Dans un contexte morose qui a vu plusieurs opérations annulées ou revues à la baisse, l'introduction en Bourse de BrightSource était très attendue par les observateurs. D'autant plus que l'entreprise, chargée de développer notamment la plus grande ferme solaire des Etats-Unis, l'avait confirmée il y a environ un mois.

A l'origine, BrightSource cherchait 250 millions de dollars (190 millions d'euros) qui devaient notamment lui permettre de développer le gigantesque projet de Ivanpah dans le désert californien de Mojave, qui représente un investissement de 2,2 milliards. Ce projet est constitué de trois fermes utilisant la technologie du solaire thermique à concentration. Il y a  un mois, BrightSource n'évoquait plus que 182,5 millions de dollars (139 millions d'euros).

Une entreprise en bonne santé financière

Mais alors que l'opération était prévue pour jeudi 12 avril, c'est mercredi soir que son Président John Wollard a annoncé son annulation (et non son report), face à des conditions de marché trop défavorables. Il en a profité pour rappeler la solidité financière de l'entreprise. Contrairement aux fabricants de panneaux solaires fragilisés par la concurrence asiatique, BrightSource bénéficie à la fois du soutien fédéral (via un prêt garanti de 1,6 milliards de dollars obtenu en avril 2011), des contrats de rachat d'électricité sur 20 ans signés avec des énergéticiens et un portefeuille de projets à développer pour un total de 2,3 gigawatts (GW)...

Un mauvais signal pour le scetur solaire

Sans compter le soutien d'actionnaires de référence tels que de grands fonds d'investissement ou encore Google. Et Alstom. Après une première prise de participation de 55 millions de dollars en mai 2010, le groupe français avait décidé d'injecter 75 millions supplémentaires en avril 2011, devenant ainsi le deuxième plus important actionnaire de la start-up américaine.

C'est précisément la bonne santé financière de BrightSource qui rend cette annulation d'autant plus surprenante - et donc inquiétante quant à l'attractivité du solaire auprès des investisseurs.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :