Laurent Stephan réinvente la télécommande

 |   |  1240  mots
Laurent Stephan, 46 ans, fondateur de 4 Mod Technology, en 2007, à Nantes.
Laurent Stephan, 46 ans, fondateur de 4 Mod Technology, en 2007, à Nantes. (Crédits : DR)
Fondateur de 4 Mod Technology, l'entrepreneur nantais réinvente l'usage de la télécommande pour séduire les opérateurs TV. Partout dans le monde !

« Un jour, je me suis dit : si je reste là, dans trois ou quatre ans, je n'aurais qu'une solution, continuer à être journaliste ! »...

Son passage au magazine français du composant, Électronique International Hebdo, allait être un véritable tremplin pour Laurent Stephan, 46 ans, fondateur de 4 Mod Technology, en 2007, à Nantes, pour faire de la télécommande un passeur de témoin, design et connecté.

« Deux années passionnantes où j'ai appris plein de trucs dans la techno, la communication, l'économie. J'ai fait le tour du monde, rencontré de nombreux dirigeants d'entreprise, perdu mes inhibitions... Je n'avais plus peur de rien », explique Laurent Stephan, diplômé d'un DEA en électronique.

« Je ne me sentais pas de faire Arts et Métiers. Honnêtement, j'ai poursuivi mes études pour faire plaisir à mes parents. La technique m'intéresse assez peu, en fait. C'est pourquoi aujourd'hui, je suis attiré par le design », reconnaît ce Breton... amoureux de la montagne.

Sans grande conviction, mais avec une certaine aspiration pour la recherche, il opte pour une filière scientifique. Son stage de DEA lui permettra même de décrocher un prix pour une publication sur ses travaux :

« Les labos du monde entier tournaient autour du pot. J'ai posé d'autres hypothèses et trouvé la solution pour lever un verrou technologique autour des technologies coplanaires... Une façon de reproduire de façon répétitive la fabrication de composants de taille réduite... »

« Lorsque les Japonais décident d'une stratégie, ils le font »

Plus que ce prix qu'il n'est pas allé chercher, c'est son carnet d'adresses qui lui ouvre les portes. Celles du fabricant de composants japonais Alps Electronic (chiffre d'affaires de 6 milliards de dollars) qui, pour développer sa filiale européenne, a besoin d'un homme de marketing et communication connaissant du monde... Il s'initie au commercial au côté d'un ancien de Texas Instrument.

Laurent Stephan ira ainsi plusieurs fois au Japon :

« Lorsque les Japonais décident d'une stratégie, ils le font et vont au bout des choses. Cela m'a toujours inspiré. Et encore aujourd'hui, face à la pression du court terme », dit-il.

Quatre ans plus tard, faute de pouvoir peser sur la stratégie japonaise, il préfère rejoindre Thomson, à la division « Tuner et Télécommande » en cours de construction.

« Une boîte française, ce n'est pas pareil », constate-t-il.

Chargé de remettre de l'ordre dans le business interne, il va une fois encore parcourir le monde (Singapour, Chine, États-Unis) dans une démarche d'optimisation des coûts et des marges. Il rencontre toutes les sociétés du groupe. C'est là qu'il acquiert la culture « télécommande » et surtout s'approprie la relation client/fournisseur/sous-traitant/donneurs d'ordre. Il y passe six ans. Jusqu'à ce que l'envie de monter son propre projet remonte à la surface.

« Après les grands groupes et les voyages aux quatre coins du monde, j'avais envie de redonner du sens à ma vie sans savoir vraiment quoi faire. »

Reprendre la menuiserie familiale ?

L'idée de reprendre la menuiserie familiale lui traversera l'esprit... un temps. Mais ce qu'il sait manier, lui, c'est la télécommande, pour laquelle chez Thomson, il travaillait dans les derniers temps à la création d'un programme d'interopérabilité entre médias. Si les fabricants de télévision ne prêtent, finalement, que peu de cas à cet engin, Laurent Stephan sent que les temps ont changé.

« J'avais remarqué, qu'aux États-Unis, pour les opérateurs (direct TV), la télécommande est importante. C'est le seul lien physique avec leur client. S'ils voulaient garder une bonne image, il devaient conserver leur propre télécommande et non celle de la télé. Ils ont pensé très tôt à donner un peu de valeur à cet objet ».

En France, Canal Plus initie le mouvement avec la télécommande ronde Philips. Finalement, en 2006, Laurent Stephan quitte Thomson, part à la rencontre de partenaires potentiels pendant un an en Asie, et lance 4 Mod Technology, autour de l'idée que demain beaucoup plus de choses seront demandées à la télécommande.

« L'ADSL et le câble pointaient leur nez et la concurrence grandissait entre les opérateurs et la multiplicité des contenus audio/ vidéo. Du coup, il fallait trouver de nouvelles stratégies pour accéder aux contenus. Or, les réponses étaient techniques et non d'usage », décrypte Laurent Stephan.

« Le plus dur fut d'assurer la gestion industrielle »

Lancée timidement avec 100.000 euros et le concours du réseau Entreprendre, 4 Mod Technology décroche un premier contrat avec l'opérateur portugais TV Cabo :

« Le plus dur fut d'assurer la gestion industrielle », dit-il.

Une tâche qu'il confie l'année suivante à son frère.

Il recrute des ingénieurs avec mission de penser autrement pour bousculer les codes. Le premier coup d'accélérateur vient en 2009 avec une commande de Free. Un dossier top secret tant la concurrence est rude. Ainsi naît le cube. Chaque face est tactile. Chaque face permet de changer d'environnement et d'usage. Une révolution et des sueurs froides.

« À deux jours du lancement, on produisait 400 pièces par jour, quand il en fallait 4000. On en est aujourd'hui à la v4 ! » raconte Laurent Stéphan qui a, depuis, créé un centre de R & D et une unité de fabrication à Bordeaux.

« On vend de la capacité à faire de la différence, c'est là que le design intervient. On n'offre ni les filles ni le champagne, on n'achète pas les acheteurs... », résume le patron de 4 Mod Technology qui emploie 29 personnes, dont 22 ingénieurs (10 en R et D) et 7 designers.

L'entreprise nantaise réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros, dont 80 % à l'exportation, pour Foxconn Technology (Apple), Pégatron, Alpha networks, Netgem, Technicolor, Pace (GB), Humax (Corée) Sagem com, Irix TV (Norvège), BeIn sport et toujours Free, qui compte pour 40 % du C.A.

« L'enjeu aujourd'hui est de savoir comment nous allons pouvoir passer de 12 à 60 millions d'euros », explique Laurent Stephan, qui projette une prochaine levée de fonds de 5 à 7 millions d'euros pour accompagner le développement de filiales à Atlanta et à Singapour courant 2016, après une première implantation à Hong Kong en 2015, avec 4 Mod Apac Asia Pacific. Parallèlement, 4 Mod vient de monter une usine de télécommandes, en mars à Tunis, pour répondre au marché européen et rapatrier des productions de Chine.

« C'est le grand chantier de 2016. Pour ramener le prix du Cube de 30 à 20 euros », indique Laurent Stephan qui lorgne, aussi, vers l'Internet des objets.

______

MODE D'EMPLOI

Où le rencontrer ? Le lundi soir sur un terrain de foot. À Nantes, au restaurant L'Atelier d'Alain ou au Bistrot des légendes. À la montagne, l'été, entre Grenoble et Gap. Au sein du réseau Entreprendre, à la Folle Journée de Nantes.

Comment l'aborder ? « Je ne suis pas farouche, j'aime beaucoup les gens. Je préfère que l'on vienne directement à l'entreprise, je reçois volontiers. »

À éviter ! « Je n'aime pas l'arrogance. Ceux qui savent tout et qui viennent vous le dire. Ce que je déteste, ce sont les gens intéressés. Dans les réseaux, on en rencontre souvent, c'est assez énervant. »

TIME LINE

  • 1991-1995 DEA d'électronique.
  • 1995-1997 Journaliste à Electronic International Hebdo.
  • 1997-2001 ALPS Electronic.
  • 2001-2007 Directeur des opérations chez Thomson.
  • 2007 Création de 4 Mod Technology.
  • 2008 Recrute un designer et son frère pour la partie industrielle.
  • 2009 Collabore avec Free.
  • 2015 80% du CA à l'export, filiale à Hong Kong.
  • 2016 Création de deux filiales, aux États-Unis et à Singapour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2016 à 9:57 :
Bel exemple à suivre! Et à citer dans les écoles de commerces et d'ingénieurs :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :