Diesel, la fin d'une époque

 |   |  565  mots
(Crédits : Reuters)
Pollution, scandale VW, fiscalité de moins en moins avantageuse, compétitivité des modèles hybrides et électriques, ont entamé de manière irréversible la gloire du Diesel. Certains lui donnent à peine 10 ans avant de disparaître.

Il semble loin le temps - il y a 20 ans - où le patron de Peugeot, Jacques Calvet, défendait avec fougue et passion tous les avantages du Diesel. Pourtant, sa disparition apparaît programmée. Un rapport de la banque UBS  fixe même un horizon, ce sera en 2025. A cette date, tous les véhicules équipés d'un moteur Diesel auront pratiquement disparu du marché mondial, selon la banque suisse.

Un part tombée de 50% à 10% en Europe

UBS prévoit qu'en Europe, le marché où le Diesel est roi, sa part devrait tomber de 50% à 10%, une tendance qui s'est accentuée cette année. Même la France, qui fût l'un des parcs automobiles phares du Diesel, s'inscrit dans cette tendance. En 2012, le Diesel représentait quelque 65% des immatriculations neuves de particuliers, aujourd'hui cette part est tombée à 38%, et la baisse va s'accentuer. Et ce, pour plusieurs raisons.

Il y a d'abord l'impératif environnemental. La pollution et le réchauffement climatique imposent aux gouvernements de prendre des mesures pour lutter contre ces phénomènes. La réglementation fixe des normes de plus en plus sévères en matière d'émissions tant pour le CO2 qui concerne davantage les moteurs à essence que pour l'oxyde d'azote (NOx) qu'émettent les moteurs Diesel qui malgré les pots catalytiques participent à la dégradation de la couche d'ozone.

Bientôt interdit à Londres, Madrid, Athènes et Paris

Sans attendre les décisions internationales, certaines grandes villes envisagent de bannir ce type de véhicules, que ce soit Londres, Madrid, Athènes, et Paris où son maire, Anne Hidalgo, veut que ce soit effectif à l'horizon 2020.

Par ailleurs, le Diesel subit les conséquences de la tricherie sur les moteurs Volkswagen. Ce que l'on a appelé le "Dieselgate" a largement entamé la réputation de sérieux du constructeur allemand, qui n'en finit pas de payer financièrement le prix de ce scandale.

Toutefois, cette perte de vitesse du Diesel fait une gagnante : la voiture électrique. Les constructeurs automobiles sont tous en train d'accélérer le développement de ce nouveau segment, au moins dans sa version hybride (électrique+essence), rendant de plus en plus compétitif en terme de prix ces modèles. Ainsi, Mercedes a annoncé cet été un grand plan avec 10 nouveaux modèles. En outre, les pouvoirs publics favorise ce changement. En France, une aide de 10.000 euros est donnée pour l'achat d'une voiture électrique aux détenteurs d'un véhicule Diesel âgé de plus de 10 ans.

L'avantage fiscal sur l'essence se réduit

Mais c'est surtout la question fiscale notamment en France qui est en train de précipiter le mouvement. Aujourd'hui le Diesel bénéficie d'une fiscalité qui rend son litre moins cher de 0,15 centimes par rapport à celui de l'essence. Mais le gouvernement a décidé de supprimer progressivement cet écart.

Dès janvier, son prix sera majoré de quelque 4 centimes le litre contre 1,1 centime pour l'essence contribuant à réduire l'écart fiscal entre les deux produits.

Là aussi, le gouvernement annonce vouloir donner aux entreprises la possibilité de déduire 80% de la TVA pour l'achat d'un véhicule à essence alignant ainsi l'avantage sur celui du Diesel.

L'avantage fiscal qui permettait au secteur du transport routier de rester le dernier bastion du Diesel est en train aussi de disparaître, signant la fin d'un époque pour ce carburant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2017 à 15:57 :
le diesel disparaitra des villes et c'est une bonne chose, seulement à la campagne c'est pas demain la veille !!! rien de plus fiable et économe !! huile de colza à 100% en été , coupée en hiver avec un peu de gazole = zéro taxe, résistance, endurance du moteur diesel, pas pret d'etre remplacé par autre chose, pile à combustible peut etre dans 50ans vu comment les petro-oligarque ont le puvoir. donc article baclé.
Réponse de le 02/01/2017 à 7:33 :
L'huile de colza a un très mauvais rendement : uniquement 600 litres par hectare et par an. Par contre, les micro-algues ont un rendement exceptionnel de 100 tonnes d'huile par hectare et par an. Les micro-algues, c'est le meilleur du diesel végétal...De toutes manière, le diesel (végétal ou pétrolier) a fait son temps, l'avenir est au moteur électrique.
a écrit le 31/12/2016 à 11:39 :
On a détaxé le gazole il y a quarante ans pour subventionner en douce Renault et Peugeot, qui ont vendu ainsi massivement leurs voitures diésel plus cher en France, puisqu'elles coûtaient moins cher à l'usage.
Résultat des courses, ou plutôt de ce calcul tordu et anti-économique : un problème de santé publique avec les micro-particules (des vieux diésels qui puent, que tout le monde a été poussé à acheter).
Maintenant, le gros de la population qui roule au diésel peut se faire plumer par le fisc. Comme disait Mazarin à Louis XIII : "Sire, imposez les pauvres, ce sont les plus nombreux!".
Quelle réussite !
Réponse de le 01/01/2017 à 6:32 :
En complément : comme disait De Funès dans La Folie des grandeurs, "les riches sont fait pour être très riches et les pauvres très pauvres !" Et dans Volpone, pièce du début 17e : "à quoi sert de donner de l'argent aux pauvres, ils vont le dépenser !"
a écrit le 30/12/2016 à 19:13 :
Concernant l'essence, les nouveaux moteurs à injection directe émettent des particules fines
Au 01/01/17, un fap sera obligatoire mais ne réduira pas toutes les particules. Le moteur diesel est plus propre que ces moteurs essence selon les revues scientifiques sérieuses.
Concernant l'électrique, personne ne pose la question du recyclage (pollution des sols, épuisement des terres rares), du délai d'attente de la charge.
Le gasoil est un déchet du raffinage. Jusqu'à l'utilisation du gasoil à grande échelle, il était brûlé par les torchères
Réponse de le 01/01/2017 à 16:00 :
les nouveaux moteurs à injection directe (essence ???) pourriez vous sourcer vos informations??
Réponse de le 01/01/2017 à 20:03 :
Et oui, l'injection directe essence existe car elle permet de réduire la taille du moteur et le co2 .
Cherchez sur internet et vous trouver énormément d'infos (journaux autos, scientifiques....)
Tapez injection directe essence
Réponse de le 01/01/2017 à 20:19 :
Allez sur internet
Tapez injection directe essence et vous verrez que les deux types de moteurs existent depuis quelques années, d'où la nécessité du fap sur les modèles essence pour lutter contre les particules fines
Réponse de le 01/01/2017 à 21:42 :
Le Nom expert a raison
Voir articles sur internet sur fap essence et injection directe
Les fap supprime 90% des particules
a écrit le 30/12/2016 à 18:57 :
"L'avantage fiscal qui permettait au secteur du transport routier de rester le dernier bastion du Diesel est en train aussi de disparaître, signant la fin d'un époque pour ce carburant". On parie que NON? Les camions, c'est EXCLUSIVEMENT Diesel... Et c'est un lobby puissant. Aucun doute qu'ils continueront de bénéficier d'un avantage financier "diesel"... qui sera discriminant vis à vis des autres professionnels de la route... Lesquels disposeront aussi d'un avantage financier "essence". J'entrevois déjà la possibilité de "magouilles" inévitables quand les règles communes ne le sont pas pour tous.
a écrit le 30/12/2016 à 17:46 :
Fin d’une époque, pas si sûr. Qu’on bannisse le diesel des centres urbains parait logique, mais pour ceux des campagnes et les rouleurs professionnels, la motorisation diesel sera toujours la meilleure solution, meilleur rendement, consommation moindre. Il faudrait également trouver des moteurs essence, adaptés à tous les camions, aux cars, engins de travaux publics. Il en existe très peu actuellement.
Et puis l’essence n’est pas la panacée. La pollution des nouveaux moteurs « donwsize » suralimentés est telle, que les constructeurs vont être obligé de rajouter un filtre à particules, en plus du catalyseur. L’hybride est efficace en zone urbaine, voire en montagne. Pas sur autoroute.
Le tout électrique, manque pour le moment d’autonomie et n’est intéressant qu’en zone urbaine. Il faudra un certain temps pour équiper le réseau. Et en supposant que tous les véhicules fonctionnent a l’électrique, pourra ton fournir une puissance suffisante si on veut se séparer du nucléaire ? Certainement pas.
L’hydrogène semble à terme la solution la plus intéressante. Japonais et chinois sont en avance sur nous dans ce domaine.
Bref dans cette affaire d’énergie, tout est affaire de compromis, il n’y a pas de solution miracle.
Réponse de le 31/12/2016 à 23:10 :
C'est faux ! Le moteur et les batteries électriques ont fait beaucoup de progrès, et donc la voiture électrique fonctionne aussi à la campagne. D'ailleurs en Vendée, département très campagnard, la voiture électrique est hyper utilisée. "Au 1er mai 2016, 73 bornes de recharge normales/accélérées étaient opérationnelles sur le département. Délivrant une puissance de 3 à 22 kW, les points de charge permettent de faire le plein d’énergie en 1h30 sur la citadine électrique Renault ZOE, en 5h sur la berline compacte électrique Nissan LEAF ou encore en 2h30 sur la compacte hybride rechargeable Volkswagen Golf GTE. "
Réponse de le 01/01/2017 à 18:00 :
@voiture électrique vendée
Un test récent sur 2000 km de Brest à Nice a été réalisé par une équipe de journalistes, avec une Tesla ; véhicule le plus performant actuellement, vendu pour une autonomie de 450 km.
Résultat pas moins de 10 recharges nécessaires sur 3 jours. Soit une autonomie réelle moyenne de 200 km. Les constructeurs quels qu’il soient, oublient de spécifier qu’avec le chauffage, la clim, et les feux, l’autonomie annoncée est réduite de moitié.
Réponse de le 04/01/2017 à 8:25 :
L'autonomie moyenne d'une voiture électrique est actuellement de 200 km...Donc faut arrêter de parler de 2000 km. Ce n'est pas fait pour ça pour l'instant. Et vous, vous faites 100 km à pieds par jour ? Et bien c'est pareil, comparons ce qui est comparable. La voiture électrique n'est pas faite pour de longues distances...pour l'instant, car on verra les progrès des années futures.
a écrit le 30/12/2016 à 15:30 :
Financièrement le E85 est très intéressant, le seul problème est que les voitures qui permettent d'origine de l'utiliser sont rariissimes : une VW Golf et une Jeep Grand Cherokee. Mais que font PSA et Renault alors que l'adaptation E85 d'un moteur à essence est tout sauf techniquement difficile ?
a écrit le 30/12/2016 à 15:10 :
@ Jean : plusieurs grandes villes du monde vont totalement bannir le diesel car des gens suppriment les filtres (économie) ou ne les entretiennent pas et plusieurs études épidémiologiques démontrent que les problèmes de très fines particules et Nox (cancer, AVC etc) sont toujours là, d'autant qu'il y a tricherie sur les émissions et consommations comme on l'a vu avec beaucoup de marques dont VW. Le Japon n'a varié temporairement que sur la pression des lobbies auprès du gouvernement actuel en place depuis plusieurs années mais qui ne va pas perdurer vue sa cote.
@ Rochas : certains types de batteries (par ex de flux) n'ont pas de perte de charge. Et pour le Li-S on devrait atteindre 500Wh/kg dès 2019 avec un bien meilleur bilan pour le composant S dans le cycle global (et faible prix lié au S très courant). On apporte d'autres composants au véhicule comme précité pour augmenter le rendement global (volant d'inertie - Volvo, Ferrari etc, plusieurs types de récupération d'énergie : freinage, hydraulique, pneumatique, chaleur (Goodyear HB-03) triboélectricité, transmission directe de l'énergie, solaire, etc (voir décrets européens de novembre dernier sur le sujet concernant par exemple A2 Solar et baisse C02) soit plusieurs KW de capacités ajoutés, tout en abaissant le poids (Gazelle Tech, Bayer etc), améliorant les gestion de l'ensemble etc. Tout cela avance vite vue la compétition et le marché mondial, de même que les formes de recharges rapides (batteries associées à supercondensateurs comme pour Autolib lissant les variations et allongeant la durée de vie des batteries etc). On a de plus en plus de charges solaires ou liées aux excédents type éolien (réseau Tesla aux EU et autres, également en Europe). L'électrique est donc sur le point d'être attractif et compétitif dès 2022 (très proche pour ce marché qui décolle historiquement plus vite que l'hybride en son temps donc signal fort), soit plus vite que beaucoup l'attendaient encore il y a quelques années et ce comme plusieurs études spécialisées le confirment type Idtechex etc. Avec toutes ces évolutions le bilan est très bon y compris sur tout son cycle car ces véhicules et batteries (sauf quelques exceptions ! corrigées) sont en majorité fiables et durables, on le constate déjà dans les tests sur la durée. En outre avant d'être recyclées ces dernières doivent encore servir pour le réseau puisqu'elles conservent des capacités suffisantes pour l'habitat par exemple. Donc bilan encore amélioré de ces anciennes batteries li-on qui n'étaient pourtant que le début. De plus en plus d'offres couplées véhicules + solaire + stockage habitat sont proposées (Tesla/Solarcity, Sonnen, LG, Mercedes, BMW, Sunpower etc). Donc le marché est en train de décoller en résolvant les diverses problématiques des véhicules, cycles globaux et batteries de première génération. Ce n'est pas par hasard si plusieurs importantes unités de batteries se construisent aux EU en Europe, Corée, Japon etc. et que de nombreux achats et start-up sont intégrées. Les cours par exemple de Delphi pourtant en pointe et multi-clients ont chuté comme l'a démontré une étude spécialisée, à cause de ces changements rapides vers l'électrique qui ne pose pas de problème en France car le gain d'efficacité énergétique depuis plusieurs années est très largement supérieur à la consommation de plusieurs millions de véhicules électriques dont les excédents renouvelables sont complémentaires également.
a écrit le 30/12/2016 à 11:36 :
Et pour tout comprendre sur les pics de pollution actuelle, taper "Pollution : les 10 choses surprenantes à savoir" (bien mettre entre guillemets). Edifiant. Consternant.
a écrit le 30/12/2016 à 11:34 :
Tout remonte à l'erreur historique d'avoir basé le bonus écologique sur le CO², au lieu du NOx et des particules fines...

Pour bien tout comprendre sur l'enfumage des constructeurs automobiles, taper sur Google : "Innovation Day" puis AVEM. Aller directement aux commentaires, particulièrement bien informés. Les langues se délient...
Réponse de le 30/12/2016 à 13:44 :
Tapes sur Google pour voir que j'ai raison !

LE problème c'est que google donne raison à tout le monde.

Vos conseils n'ont aucun intérêt donc mais bon c'est pas nouveau.
Réponse de le 31/12/2016 à 7:37 :
@ Citoyen blasé

Suis pas sûr de comprendre votre agressivité. Un lien est un lien, et il y a effectivement beaucoup d'infos pertinentes dans la discussion correspondant à "Innovation Day" + AVEM, site sur lequel se retrouvent pas mal d'experts du secteur de l'automobile...

Vous devriez aussi essayer "Pollution : les 10 choses surprenantes à savoir" (ne pas oublier les guillemets)
Réponse de le 31/12/2016 à 18:34 :
Mon agressivité ?

Il faudrait que vous testiez un peu la réalité de la vie mon ami, parce qu'il n'y avait aucune agressivité dans mon commentaire, je dis juste ce que je pense, mon monde à moi n'est pas altéré par la paranoïa.

Je vous explique parce que vous ne semblez pas avoir compris ma remarque c'est un fait: Sur Google on trouve tout ce que l'on veut, cela fait parti du mal qu'incarne internet, tous les gens persuadés de détenir la vérité trouvent sur internet de quoi conforter leur pensée.

Un indice: cela ne vient pas d'internet cela dépend uniquement des gens qui y vont.
a écrit le 30/12/2016 à 11:33 :
Reste l'énorme problème du transport routier. Sachant qu'un camion c'est 1 véhicule sur 10 et que ça consomme plus de trente litre aux cent... Sans parler de la destruction systématique de nos infrastructures routières.

On ne pourra pas tuer le diesel sans tuer le transport routier diesel.
Réponse de le 30/12/2016 à 15:25 :
Pour les véhicules lourds beaucoup de choix = biogaz, batteries de flux très adaptées ou plus classiques Li-on, Li-S etc, charge directe, hydrogène et systèmes hybrides de ces différentes technologies selon les pays, régions et usages. Le parc est souvent plus long à remplacer mais si les véhicules électriques devraient être compétitifs dès 2022 pour les véhicules industriels et lourds c'est 2027 qui est cité comme période d'adaptation majeure car ce sera plus rentable de s'adapter au marché que de perdurer dans le diesel et fossiles. Pour les bus électriques et à supercondensateurs pas mal de monde, Bolloré, Alstom, PVI, Proterra, les chinois, suédois etc et le changement est déjà en cours car c'est souvent plus vite amorti. C'est le transport maritime qui est plus long et plus complexe à faire évoluer de même que le transport aérien mais beaucoup d'alliances et avancées en cours dans ces secteurs aussi.
a écrit le 30/12/2016 à 10:48 :
Des épidémiologistes japonais de l'université d'Okayama ont évalué l'impact sur la santé de la politique anti-diesel mise en place depuis l'an 2000 dans des ville comme Tokyo. Leur étude parue en 2016 dans la revue Epidemiology met en lumière une association significative entre baisse des concentrations de particules fines et diminution de la mortalité. L'avenir est enfin à l'électrique dont le rendement peut dépasser les 98% (moteurs dans les roues etc), l'autonomie devrait nettement progresser et les prix des batteries baisser ce qui rendrait ces véhicules compétitifs avant 2022, soit demain. Le niveau de recyclage et les différents types de batteries améliorent nettement également le bilan global du cycle complet de ces véhicules sans parler des autres apports, solaire (voir a2 Solar), volant d'inertie, récupération d'énergie des suspensions, roues (BH-03 Goodyear), triboélectricité etc. La récupération d'énergie au freinage évite en plus des montagnes de particules polluantes chaque année. En plus le stockage des batteries permettra de compléter le réseau comme le font Nissan et d'autres. On peut aussi citer les batteries de flux particulièrement pertinentes pour les poids lourds même si des véhicules comme la Quantino allemande les utilisent pour des autonomies très élevées : http://www.nanoflowcell.com/technology/
Réponse de le 30/12/2016 à 11:35 :
Ne confondons pas ancien et nouveau diesel. Le diesel moderne ( cad avec FAP) est de nouveau autorisé dans les villes japonaises.
Réponse de le 30/12/2016 à 11:39 :
'L'avenir est enfin à l'électrique dont le rendement peut dépasser les 98% (moteurs dans les roues etc)'. Attention à ne pas tout confondre. 98% est un rendement idéal à régime constant et sans tenir même compte des pertes dans les câblages et l'électronique de contrôle. Ceci étant, même 80% de rendement final est bien meilleur que ce que l'on peut atteindre avec un cycle thermique. Mais ce rendement oublie totalement qu'il a fallu produire l'électricité en amont et la stocker dans des batteries. Et là, le rendement final de l'ensemble n'est pas bien meilleur car il y a toujours un processus thermique à l'origine dont le rendement n'est pas fabuleux. (Il y a des raisons fondamentales pour cela....). L'électrique sera attractif le jour on aura couvert le désert d'usines solaires, un peu de patience.....Reste toujours a résoudre le problème du temps de recharge....
Réponse de le 01/01/2017 à 20:24 :
Après la dépendance au pétrole, vive la dépendance à l'électricité produite dans des endroits où le soleil brille. On parlera de choc électrique et non pétrolier
a écrit le 30/12/2016 à 9:54 :
Il ne faut pas se faire d'illusions, quand ces officines auront eu la peau du gas-oil, elles s'attaqueront à l'essence de la même façon en nous enjoignant très autoritairement de marcher à pied ou de faire du vélo....
Réponse de le 30/12/2016 à 11:33 :
Exactement. D'ailleurs certains pays commencent a vouloir interdire tout moteur thermique a partir de 2030...
a écrit le 30/12/2016 à 9:32 :
Selon le monde des pétroliers , gasoïl = déchet de raffinage !
Conclusion , on ne peut avoir une combustion "propre" avec une telle définition !
En attendant , on pourrait enfin faciliter la diffusion de véhicules fonctionnant au gaz ( GPL et GNV) qui offrent comme intérêts d'être appauvre en CO2 (comme le gasoïl) et quasiment dépourvus de particules , de dioxyde d'azote et autres polluants non réglementés à ce jour (formaldéhyde,...).
Je roule au GPL depuis 20 ans (voiture de marque Suédoise) et je suis toujours sidéré de voir l'état de l'huile lors de vidange car TOUJOURS PROPRE !
Quant à la voiture électrique , elle ne prouvera sa pertinence que lorsque les énergies renouvelables seront délocalisées dans nos villes et bâtiments car là sont leur place.
Recharger sa voiture grâce aux capteurs solaires sur son logement quoi de plus enthousiasmant ! D'ailleurs regardez en ce moment le site de RTE ( http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique) où le pic de production solaire s'établit actuellement vers 13h00 avec une production oscillant entre 2 et 3000 Mw grâce à l'anticyclone sur la France.
Quant aux sceptiques en tous genres , je leur rappelle qu'ils étaient les mêmes à ne jurer que diesel alors que les allergologues nous alertaient depuis des décennies des pathologies ORL ...
Il est temps de laisser s'exprimer les médecins qui assistent aux différents scandales sanitaires qui parsèment notre société ! (voir par exemple le dernier rapport de l'organisme Santé Publique France sur les particules : http://www.santepubliquefrance.fr/Accueil-Presse/Tous-les-communiques/Impacts-sanitaires-de-la-pollution-de-l-air-en-France-nouvelles-donnees-et-perspectives)
Réponse de le 30/12/2016 à 11:31 :
Je propose aussi, dans le cadre du rapprochement de la production electrique du lieu de consommation par les vehicules electriques d'implanter une centrale nucleaire au jardin des tuileries. Histoire que ce ne soit pas a la ruralite de souffrir pour les Parisiens...
Réponse de le 30/12/2016 à 12:13 :
"Laisser s'exprimer les médecins" : eux aussi travaillent pour leur tiroir-caisse car en France ils ne sont pas fonctionnaires mais profession libérale. Donc leurs avis sont à prendre en compte mais pas plus....
Réponse de le 30/12/2016 à 17:54 :
@ bioman
Au sujet du solaire, efficace grâce à l’anticyclone. D’accord, a condition de ne pas être sous le brouillard. Quant aux éoliennes, dans l’immense champ éolien de la champagne entre Reims et Troyes, rien ne tourne depuis un mois……… à cause de l’anticyclone. Rien n’est blanc ou noir. Tout est affaire de bon sens.
a écrit le 30/12/2016 à 9:30 :
Pour l'instant c'est le moteur essence qui est quasi interdit à la vente France avec le "bonus malus" au CO2 qui avantage indûment le diesel...
Donc tant que ca ne changera pas (déjà pas pour 2017), ce n'est pas les quelques centimes par litre de réequilibrage qui changeront grand chose (surtout que je suis sur que comme l'an dernier, le gouvernement va nous faire le coup d'augmenter le sans plomb aussi..)

Bref le diesel a sans doute encore de beaux jours devant lui et nos poumons de mauvais jours à venir (surtout avec le nombre de gens qui suppriment leur filtre à particule, c'est contre cette pratique scandaleuse qu'il faudrait lutter !!)
a écrit le 29/12/2016 à 21:30 :
Bonne nouvelle pour tous ceux qui vivent à l'extérieur des villes, ils vont pouvoir acheter sur le marché de l'occasion d'excellents diesel pour pas cher.
Réponse de le 30/12/2016 à 11:31 :
C'est cela, oui... Et vous la laisserez en dehors des villes, la marche fait du bien...
a écrit le 29/12/2016 à 21:29 :
Les voitures electric: double pollutions
Batteries pollution
Central electric pollution
a écrit le 29/12/2016 à 20:53 :
y a pas de solution alternative crédible, pas de citadine hybride ou électrique à petit prix.
temps de recharge long, pas de point de recharge, autonomie limité, la Tesla c'est 60000 euros pour 600 km d'autonomie, dont 350km sur autoroute.
la yaris hybride est à 20000 euros.
Réponse de le 30/12/2016 à 7:35 :
La Yaris hybride est au même prix que le diesel correspondant à équipement égal. Elle ne consomme pas plus qu'un diesel et au final revient bien moins cher car il y a moins d'entretien (pas de courroie de distribution , ni d'embrayage ni de boite de vitesses, ni tous les problèmes inhérents à l'utilisation du diesel pour des petits déplacements...) On la trouve neuve chez les mandataires à partir de 15 000 Euros. Si on regarde sur la durée de vie de la voiture, c'est au contraire un modèle plutôt économique.
Réponse de le 30/12/2016 à 13:56 :
'(pas de courroie de distribution , ni d'embrayage ni de boite de vitesses, ni tous les problèmes inhérents à l'utilisation du diesel pour des petits déplacements...) '
Très très fort, le vendeur qui vous a vendu ce véhicule est un grand pro. MdR, votre yaris a un fort joli moteur essence qui nécessite une distribution, un embrayage, et une boite de vitesse. Que tout cela, hormis la distribution (même si elle est par chaine...peut être?.) soit géré par une BVA à variation continue, soit, mais toutes ces fonctions sont bien présentes et la complexité d'une hybride est bien supérieure à celle d'un véhicule classique. La prochaine fois que votre vendeur vous explique qu'il y a une marmotte qui pédale sous le capot, n'oubliez pas de demander ou est la trappe pour la nourrir ;-)
a écrit le 29/12/2016 à 20:51 :
En France on est toujours en retard d'une guerre, le problème du diesel n'est plus d'actualité sauf pour les vieux véhicules! On étouffe dans les villes et dans les vallées alpines et ce n'est plus à cause du diesel mais de la combustion du bois. On parle des PM2,5 mais on oublie les dégagements de produits cancérigènes (de rang1), de produits allergogènes et mutagènes. D'ailleurs les Canadiens , ont mis en évidence l'impact de la combustion du bois sur les allergies. Ils en sont au point d'interdire tout développement des combustibles solides dans les agglomérations et zones sensibles alors que leur technologie de chaudières bois est largement supérieure à la notre.
a écrit le 29/12/2016 à 20:01 :
Le diesel serait plus polluant que l'essence d'après l'OMS.
Mais il faudrait quand même se poser une question essentielle: l'OMS est-elle fiable?
Quand on voit la gestion de la crise h1N1, des sommes dépensées au profit des laboratoires pharmaceutiques , tout ça pour se rendre compte que cette grippe était moins dangereuse qu'une grippe saisonnière, on peut se demander si l'OMS n'est pas perméable à la corruption .
a écrit le 29/12/2016 à 20:01 :
Le diesel était surtout défendu par le lobby des constructeurs automobiles en Europe qui y voyaient un moyen de faire de bonne marges (un véhicule diesel se vendant plus cher à l'achat). Certains constructeurs (comme Peugeot) y trouvaient même un moyen de vendre des voitures diesels peu fiable et faire un max de chiffre. Prenez une voiture comme une 307 HDI, c'est un désastre au niveau fiabilité (les automobilistes s'en souviennent). Les voitures diesels ne présentent aujourd'hui aucun avantage au niveau fiabilité. Elles sont même devenues des vraies usines à gaz (technologie trop complexe). La disparition du diesel est bon le porte feuille des consommateurs et aussi pour environnement.
Réponse de le 30/12/2016 à 14:29 :
@winnipeg: pour info j'ai eu une 307 et jamais de souci.
pour le reste vous parlez d'un modele vieux de 10 ans, Peugeot n'en ai plus là
a écrit le 29/12/2016 à 18:16 :
Attention aux effets de mode ! En 2008, en plein grenelle de l'environnement et débats sur le réchauffement climatique, le diesel, qui rejette 30 % de C02 en moins, était encensé. Puis est venu le rapport de l'OMS sur les effets cancérogènes du diesel (oui, mais sans FAP). Aujourd'hui, l'electrique a le vent eu poupe... jusqu'à ce qu'on s'interroge vraiment sur son bilan carbone du puits à la roue !! Par ailleurs, on peut s'interroger sur quelle base juridique interdire une technologie de motorisation. Je rappelle aussi que le Japon, après l'avoir interdit, l'a de nouveau autorisé dans les villes ; le diesel y est même perçu la-bas, désormais comme un véhicule propre...
Réponse de le 29/12/2016 à 19:13 :
Exact, dans les pays Asiatiques les ventes de 4x4 et pickup Diesel explosent.Souvent en voyage la bas, on remarque qu'ils n'ont aucun complexe avec ce genre de véhicule rutilant, ça change de chez nous.
On a plus les sous pour ce payer ça, alors on dénigre ....
Réponse de le 29/12/2016 à 20:40 :
Au Japon le diesel est inexistant ...
Ca doit peser à peine 3 % comme aux USA, et à Tokyo c'est pas le diesel qui a le vent en poupe mais la MIRAI à hydrognène, et l'hybride qui explose (yaris, lexus, honda, bref foultitudes de modèles hybrides essence électrique).
La Nissan leaf 100 pc électrique marche bien aussi, comme la ZOE ici.
Non je vous assure le diesel est toujours interdit à TOKYO même pour les véhicules utilitaires dans l'hyper centre. Ces véhicules style bus , utilitaires etc..se convertissent peu à peu à l'électrique ou à l'hybride par la force des choses.
Le diesel est considéré comme sale..Pas un hasard si même en Grèce il est hyper taxé, imaginé Athènes en forme de cuvette si la moitiée des bagnoles roulaient au diesel ça serait l'horreur..déjà qu'avec l'essence c'est déjà pas top , doux euphémisme, comme à Schangai ou Bangkok..
Réponse de le 30/12/2016 à 9:50 :
Il me semble que lorsque je monte à l'arrière d'un Pickup en Asie, ça a un bruit de diesel. Et D4D, ça veut dire diesel.. ou alors D pour différent ?
En tout cas il y en a des milliers, de plus en plus et tout beau tout neuf.
Toyota, Nissan, Isuzu ... que du très gros diesel.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :