Le « Fabriqué en France » ne doit pas s'apparenter à un retour nostalgique vers le passé

À La lumière de la crise sanitaire que nous traversons, la notion de « Fabriqué en France » prend toute sa valeur. Nous avons constaté combien notre industrie est devenue dépendante de pays tiers. La vulnérabilité d’une économie basée sur des chaînes de valeurs largement délocalisées dans les pays à bas-coûts nous apparaît clairement. Le temps est donc venu de revenir vers une production plus territorialisée, gage de meilleure qualité et réponse aux enjeux éthiques et climatiques qu’aucune économie moderne n’a plus le droit d’ignorer. (*) par Pierre Goguet, président de CCI France.

3 mn

Pierre Goguet est le président des chambres des commerces et d'industrie en France.
Pierre Goguet est le président des chambres des commerces et d'industrie en France. (Crédits : Reuters)

Les consommateurs deviennent plus exigeants en matière de qualité et d'origine, en témoigne le succès des labels « bio » et des « circuits courts ». Les entreprises ont compris l'intérêt de valoriser leur savoir-faire et leur ancrage territorial. Elles étaient ainsi 2.300 à candidater cette année pour voir leur produit retenu à l'exposition du « Fabriqué en France » organisée au palais de l'Élysée début juillet. Au-delà de cette prestigieuse vitrine, nos entreprises ont à leur disposition des outils qui leur permettent d'afficher l'origine France de leurs produits. Il peut s'agir du marquage d'origine, comme les "Made in France" ou "Fabriqué en France", de l'utilisation d'une Indication Géographique ou encore d'un label plus exigeant, comme « Origine France Garantie ».

Appétence des consommateurs

 Ainsi, le « Fabriqué en France » continue de profiter de l'appétence des consommateurs pour des produits de proximité. Les enquêtes d'opinion sont concordantes sur ce point : en France, l'achat local est en passe de devenir un acte citoyen, un choix justifié par des raisons économiques autant qu'écologiques. Mais le « Fabriqué en France » comporte un risque : celui de tomber dans le piège de l'entre-soi. Derrière les notions de tradition, qualité et patrimoine, nous voyons se profiler l'image d'une économie nationale auto-suffisante et déconnectée des enjeux mondiaux. Pour les CCI, il ne doit pas s'apparenter à un retour nostalgique vers le passé ni à une revendication de souverainisme déplacée.

 Le « Fabriqué en France » doit s'élargir pour prendre en compte toutes les entreprises innovantes qui sont l'avenir de notre industrie et de notre jeunesse. Donnons à celles-ci les moyens de produire en France tout en sauvegardant leur compétitivité. Ce n'est pas chose facile tant les écarts de coûts de production restent importants entre notre pays et les pays émergents. Mais cet écart se comble grâce à une diminution des charges fiscales conjuguée à un renchérissement du coût du transport, sans oublier tous les coûts cachés liés aux délais, à la non-qualité ou encore au non-respect de normes sociales ou environnementales par un sous-traitant lointain.

Grâce au Plan de relance national, nos entreprises industrielles peuvent aujourd'hui investir massivement dans la modernisation de leur outil de production qui passe par une transition vers le numérique et le bas-carbone. Pour certaines d'entre elles, cela implique une relocalisation de leur activité. Pour d'autres, il s'agit d'investir pour redévelopper une production dans les territoires. Pour renforcer notre résilience nationale, le plan France Relance mise sur la relocalisation d'industries mais surtout sur l'innovation et le renouvellement de notre appareil productif. Aujourd'hui il s'agit bien de construire une « autonomie stratégique innovante », articulée à l'échelle européenne et qui doit être ouverte sur le monde. J'en suis convaincu : le Fabriqué en France est un atout fort pour nos entreprises qui souhaitent développer leur chiffre d'affaires à l'international. Elles peuvent compter sur la Team France Export pour les accompagner dans leurs démarches.

Réciprocité dans les règles d'accès aux marchés publics

 Le « Fabriqué en France » doit s'intégrer dans le « Fabriqué en Europe ». En effet, nous devons renforcer la résilience du marché unique en rendant visible la qualité des productions de l'industrie française au niveau européen et mondial. À ce titre, une ouverture récente reste également à concrétiser : celle de la réciprocité dans les règles d'accès aux marchés publics européens. C'est un enjeu essentiel pour la plupart de nos PME de nos territoires dont la commande publique, nationale ou européenne, représente un levier de croissance important. L'appartenance à l'Europe nécessite un partage de cette posture par l'ensemble des pays membres.

 Au même titre que l'achat français devient un acte civique pour nos concitoyens, l'achat européen doit devenir un geste politique pour alimenter la croissance de nos entreprises et leur permettre de se confronter aux champions internationaux. L'ouverture sur le monde peut se faire en revendiquant une « préférence pour l'Europe », bénéfique aux entrepreneurs qui font le choix du « Fabriqué en France ».

3 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 15/07/2021 à 20:58
Signaler
ca tombe bien, personne ne va rien refabriquer en france, pour ne pas se faire traiter de nazi negrier, de nazi tueur d'ours blancs, ou de sale capitaliste nazi profiteur.........d'ailleurs les lois et la fiscalite sont tailles pour, donc tout est ok...

à écrit le 15/07/2021 à 14:53
Signaler
Que les véhicules de la fonction publiques soient fabriqués en France par des marques françaises au lieu des ford et autres fiat !!!!

à écrit le 15/07/2021 à 13:48
Signaler
"Retour nostalgique vers le passé " double pléonasme où quand on ne sait pas quoi dire.

le 15/07/2021 à 17:46
Signaler
Pour éviter un double pléonasme il faut juste dire "Retour.". Le passé, c'est passé d'où le retour, et le retour c'est obligatoirement nostalgique (on était plus jeunes, plus beaux, plus agiles, rapides, souples, plus c.. aussi :-) ).

le 16/07/2021 à 8:12
Signaler
Ils parlent pour ne rien dire.

à écrit le 15/07/2021 à 13:27
Signaler
Bref ! Quand on se trompe de route, il n'y a pas de nostalgie a rebrousser chemin!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.