"L'Allemagne devrait sortir de la zone euro"

L'obsession allemande d'un euro-mark stable et fort conduit communément à penser que les pays les plus fragiles pourraient finir par être exclus de la zone euro. Mais, selon Pascal de Lima, il serait plus pertinent que l'Allemagne abandonnât l'euro, quitte à créer une nouvelle monnaie commune...
Copyright Reuters
Copyright Reuters

L'argument principal, pour les pays les plus en difficulté, est qu'ils ne seraient alors plus soumis au diktat allemand de l'ordo-libéralisme et de ses plans d'austérité. Une fois l'euro abandonné par l'Allemagne, la monnaie unique pourrait se déprécier, ce qui stimulerait les exportations et améliorerait la compétitivité de la nouvelle zone euro. Pendant ce temps, les pays riches pourraient organiser et établir une zone monétaire commune, un nouveau système monétaire européen en dehors de la zone euro. L'Allemagne pourrait en être le premier participant.

Le problème des pays fragiles dans la zone euro est la question de leurs déficits budgétaires. Mais un autre aspect de la question complique la donne : la réduction du coût du travail se fait au détriment de la croissance. En effet, au cours de ces dernières années, l'accès facile au crédit - résultat des politiques budgétaires expansionnistes - a fait flamber ce coût. C'est pourquoi ces pays ont perdu en compétitivité et importé toujours plus cher.

De 2000 à 2007, l'augmentation du coût du travail a réduit la compétitivité de 10 % à 20 % en Italie et en Espagne, et leurs mesures d'austérité depuis 2008 n'ont eu qu'un effet très limité sur cette compétitivité. Que faire dans un contexte où la baisse des salaires n'est pas possible politiquement ?
Il reste en fait une solution, qui sera de plus en plus présente dans les débats : celle de la dévaluation, pour baisser le coût du travail de manière indolore à l'intérieur de la zone euro. Cette zone euro serait composée des pays fragiles.

Quel est l'intérêt de créer une zone euro des pays fragiles et de faire sortir l'Allemagne ? Imaginons tout d'abord que les pays fragiles sortent de la zone euro. Si ce sont les pays fragiles qui sortent, leurs nouvelles monnaies seraient rapidement sous-évaluées face à un euro qui se renforcerait. Dès lors, les anticipations d'une dévaluation, par les épargnants, engendreraient une fuite des capitaux depuis les banques locales vers les banques des pays membres de la zone euro. Dans le même temps, les pays devraient rembourser une dette en euro qui serait d'autant plus forte que la monnaie nationale se dévaluerait. Le résultat final serait donc une fuite des capitaux et l'inflation des taux d'intérêt, entraînant inéluctablement un défaut en cas de sortie des pays fragiles de la zone euro.

À l'inverse, si c'était l'Allemagne qui sortait de la zone euro, le cours de l'euro chuterait, mais par rapport à la monnaie allemande et au dollar ! Les pays restés dans la zone euro pourraient dévaluer autant que nécessaire et réduiraient automatiquement leur coût du travail, sans couper dans les salaires. De plus, la valeur de leur dette externe déclinerait avec la baisse de l'euro, ce qui leur laisserait une chance d'éviter le défaut.

Le principal argument contre cette solution, serait que la perte de valeur des dettes souveraines en euro entraînerait de lourdes pertes pour les banques qui posséderaient en masse des obligations d'État. Mais ces pertes, issues du risque de marché, seraient moins importantes que celles faisant suite à des défauts brutaux en cas de sortie de la zone euro !

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 65
à écrit le 25/04/2013 à 17:13
Signaler
L'euro est une galère. Ou gagne ensembles ou on coule ensembles. .

le 10/09/2020 à 19:50
Signaler
ON COULE ENSEMBLE MON CHER, et une guerre se prepare

à écrit le 27/06/2012 à 14:36
Signaler
Et bien avec des enseignants pareils, c'est normal que nos sciences popotes soient si nuls en économie.

à écrit le 26/06/2012 à 12:46
Signaler
L'auteur oublie de mentionner un fait important : quel intéret auraient la France, l'Italie et l'Espagne à avoir une monnaie commune ? Aucun. L'Allemagne est le premier partenaire économique de chacun de ces pays. Donc soit on fait une union avec son...

le 27/06/2012 à 16:48
Signaler
"quel intéret auraient la France, l'Italie et l'Espagne à avoir une monnaie commune ?" le fait que l'euro existe. Donc, si l'Allemagne (et eventuellement d'autres pays 'protestants') sort on aura de fait une monnaie avec les 'catholiques'. "Avec les...

à écrit le 25/06/2012 à 14:17
Signaler
C'est en tous cas une piste à ne pas négliger...

à écrit le 25/06/2012 à 13:37
Signaler
Tout le monde est d'accord pour dire qu'il y a deux europes au moins. Maintenant, faire sortir l'Allemagne et Co ou les pays peripheriques. C'est bonnet blanc et blanc bonnet. Je ne suis pas economiste mais j'aimerais savoir comment l'espagne pourrai...

à écrit le 25/06/2012 à 10:00
Signaler
Entièrement d'accord avec l'auteur de l'article ! Je pense également qu'il faut que l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Autriche et la Belgique sortent de l'Euro, crée un NorthEuro qui sera une monnaie à réévaluation régulière. La France, l'Italie, L'Espa...

le 26/06/2012 à 12:50
Signaler
South euro ... vraiment n'importe quoi ! A part leur coté "latin" (qui reste à prouver), la France, l'Italie et l'Espagne n'ont rien en commun. Leur premier partenaire c'est l'Allemagne. Il y a une certaine logique à faire une monnaie commune avec so...

à écrit le 24/06/2012 à 11:06
Signaler
C'est au moins une prise de conscience de l'inanité du credo sur le rôle soit-disant équilibrant du "marché" et cqfd des réglementations à élaborer.

le 25/06/2012 à 14:09
Signaler
mais l'euro n'a jamais été issu du"marché" et est excessivement réglementé. L'euro perturbe le marché monétaire, si l'on avait laissé faire le marché, nous en serions resté à une monnaie commune, sans tous les désagréements actuels ... cqfd : i...

le 25/06/2012 à 22:52
Signaler
Comme l'euro, les monnaies nationales ne sont pas non plus "issues du marché" mais bien illégitimement imposées par l'abus de la force publique. Il n'y a pas à choisir entre la peste et le choléra : ni l'euro dans sa forme actuelle ni le retour aux m...

à écrit le 23/06/2012 à 18:57
Signaler
Certes si l'Allemagne quittait l'Euro il serait plus facile pour les pays endettés de rembourser leur dettes que si eux-même quittaient la zone Euro, puisque les dettes sont en Euro et qu'elles doivent donc être remboursées en Euro. Cela ne changerai...

à écrit le 23/06/2012 à 18:30
Signaler
Voilà encore une belle connerie. Nous sommes incapables de respecter les règles alors on éjecte me meilleur d'entre nous, aussi les autres pourront continuer à faire des déficits? Frau Angela Merkel a raison. Si nous voulons des eurobonds, alors la F...

à écrit le 23/06/2012 à 17:40
Signaler
Après on s'étonne que les différents gouvernements qui se sont succédés nous ont mis dans le mur. Si à Sciences-Po il y a des enseignants de cet acabie alors on n'a pas finit d'aller dans le mur (avec certainement une révolution entre temps) ... 1) ...

le 25/06/2012 à 12:34
Signaler
vous n'avez pas bien compris, une monnaie commune, ce que vous revendiquez, c'est comme si l'allemagne sort de l'euro. Stiglitz et krguman sont des keynésiens qui ne parlent que de dépenses publiques, Sapir est communiste et Friedman, le seul qui au...

le 25/06/2012 à 22:53
Signaler
Comme l'auteur, Gave se trompe.

à écrit le 23/06/2012 à 15:52
Signaler
encore un intellectuel autoproclamé qui a besoin de faire parler de lui !

à écrit le 23/06/2012 à 14:08
Signaler
Voilà qui n'est pas à la gloire de l'IEP (Sciences Po). C'est incohérent à double titre, le premier est que le pays ferait faillite immédiatement, un mark fort ne lui permettant pas d'être performant au grand export mais encore moins sur la zone euro...

le 23/06/2012 à 18:34
Signaler
Faux, arrhi faux! L'allemagne sait s'adapter. Avant l'euro il y avait le DM et l'Allemagne était déjà largement en surplus! Si l'euro disparaissait et que nous revenions aux devises strictement nationales , rapidement nous aurions ce qui existait ava...

le 24/06/2012 à 11:15
Signaler
Le mark c l'euro,c'etait la condition pour que l'allemagne entre dans la zone ue.C pour cela que l'allemagne ne souffre pas de cette monnaie vu que nous sommes dans une zone mark

à écrit le 23/06/2012 à 13:09
Signaler
Affirmer que la dévaluation monétaire permettrait d'améliorer la compétitivité d'un territoire est une double guignolade économique, à la fois théorique et empirique. Qui peut croire une seconde que les pays victimes des manipulations monétaires vont...

le 23/06/2012 à 14:44
Signaler
La dévaluation monétaire est une méthode qui marche, elle a été utilisée avec succès... mais dans certaines conditions. Principalement dans le cas de pays assez fermés avec une économie en autarcie comme c'était le cas par exemple après la guerre ou ...

le 23/06/2012 à 18:37
Signaler
Euro surévalué????? Faites un tour hors de frontières européennes et vous constaterez que ce n'est pas l'euro qui est surévalués mais les prix français.... en euro. Arrondis systématiques, prix exagérés etc.....l'euro n'est pas le responsable mais ce...

le 25/06/2012 à 12:36
Signaler
@ tous les commentateurs : renseignez vous, les dévaluations ont été pratiquées couramment en Europe depuis la fin de bretton woods, Mitterand a dévalué 2 fois, l'italie, l'espagne et lagrèce n'ont fait que dévaluer dans les années 80 et 90.

le 25/06/2012 à 22:55
Signaler
La répétition des dévaluations montre bien qu'elles ne sont jamais efficaces. Mais était-ce nécessaire de montrer leur inutilité alors que la simple logique suffit à le comprendre ?

à écrit le 23/06/2012 à 10:03
Signaler
Les rentiers n'accepteront jamais un euro faible : ils préférent la déflation qui tue l'économie mais préserve leur pognon...

le 25/06/2012 à 12:37
Signaler
les rentiers (c'est quoi ? cela 'nexiste pas) préfèrent une économieen croissance qui les enrichit...

à écrit le 23/06/2012 à 9:59
Signaler
Si une telle scission se produisait, la France aurait intérêt à entrer dans la zone mark. L'effort serait indéniable, mais très positif à terme...

le 23/06/2012 à 10:15
Signaler
Plombés comme ils sont par les impôts et avec des entreprises étouffées par l'oligarchie des incapables, je ne vois pas bien ce que les actifs et les entrepreneurs y gagneraient... On a bien compris en revanche qu'une certaine catégorie de populatio...

à écrit le 23/06/2012 à 9:16
Signaler
ce qui est affligeant c'est pas ce qu'il ecrit, ce qui est affligeant c'est qu'il est prof....... je doute fort que l'allemagne garde ses frontieres ouvertes si tous les pays du sud devaluent de 50% en un mois........ et si l'allemagne n'absorbe pas ...

le 23/06/2012 à 10:33
Signaler
effectivement le raisonnement serait suicidaire pour l'Allemagne.

le 26/06/2012 à 12:56
Signaler
il s'est inspiré d'une certaine presse anglo-saxone europhobe. Rien de nouveau, The Economist and The financial Times avaient déjà evoqué cette possibilité il y a plusieurs mois. Leur but evidemment n'est pas de "sauver l'euro" mais de detruire la co...

à écrit le 23/06/2012 à 5:30
Signaler
Je suis tout à fait d'accord avec l'argument présenté ci-haut. C'est l'Allemagne qui devrait sortir de la zone Euro et pas les pays à économie fragile.

le 23/06/2012 à 8:07
Signaler
Tres bonne analyse enfin quelqu un qui a la tête sur les épaules ! Bravo! Si nos grands gouvernants pouvaient vous entendre !!!!

le 23/06/2012 à 11:38
Signaler
non c est totalement ridicule par contre ce qu il faudrait faire c est recommencer l union européenne telle qu elle était a son origine avec en plus les pays scandinaves France Allemagne Benelux Autriche Italie (oui Italie) Pays Bas Danemark Espagne...

à écrit le 22/06/2012 à 23:06
Signaler
Quels que soient les arguments purement économiques à ce sujet, l'idée que l'Allemagne puisse "sortir de la zone euro" suppose que une fois la "sortie" faite, il existe encore une zone euro. Mais si l'Allemagne "sort", les Pays-bas, la Finlande et l'...

le 23/06/2012 à 9:18
Signaler
ne cherchez pas, c'est un raisonnement ' a la francaise': il faut un euro fort pour que le petrole ne soit pas cher, mais faible pour permettre les exportations... et ce gars est prof...

à écrit le 22/06/2012 à 20:49
Signaler
L'Allemagne est certainement le seul pays capable de quitter la zone euro sans problème majeur, avec une balance commerciale largement excedentaire. Le taux de parité serait 1 euro pour 1 DM. Par contre toutes les créances allemandes libellées en eur...

le 23/06/2012 à 9:19
Signaler
une conversion c'est une conversion; les dettes seraient effectivement tres lourdes a rembourser pour les debiteurs

à écrit le 22/06/2012 à 20:36
Signaler
Il faudrait surtout une europe democratique et une harmonisation par le haut de tout les secteurs(financiers,socials,economique,fiscale,ecologique) Devaluer ne sert a rien,c une vieile recette deja utilise et qui a montre son inefficacite. Par contre...

à écrit le 22/06/2012 à 20:16
Signaler
petit détail ... les allemands n'aiment pas perdre ! Merkel prône le fédéralisme ok ... elle a raison ! ... mais ... mais ... mais... une inflation réduite à 2% pour les pays exportateurs c'est plausible ... ...

à écrit le 22/06/2012 à 19:55
Signaler
Ah, SciPo, je comprends mieux ! Mais, je me trompe ou bien seuls l'Allemagne, la Finlande, la Suède et les Pays-Bas peuvent encore mettre un minimum d'argent au pot ? Comment faisons nous avec notre dette de 1733 milliards d'euros et un peu moins de ...

à écrit le 22/06/2012 à 19:42
Signaler
Encore une soalution à la mord-moi le noeud ! Dévaluer et pourquoi pas payer les gens avec un bol de riz par jour et un peu de sauce le dimanche pour ceux qui travaiullent plus pour gagner plus !!! C'est tout le système qui est à revoir et pas la dév...

à écrit le 22/06/2012 à 19:38
Signaler
Si l'Allemagne sort de la zone euro, elle ne pourra plus vendre ses BMW aux mafieux grecs siciliens ou portugais, alors l'Allemagne préfère rester dans la zone euro car , comme la Chine elle bénéficie d'une monnaie sous évaluée

à écrit le 22/06/2012 à 19:17
Signaler
En 1960, 1DMF=1FF. En 2002 1DM=3,45FF ce qui n'a pas empêché l?industrie allemande de se porter comme un charme et la balance commerciale d'être excédentaire. Le problème est que le reste du monde n'a aucune confiance dans les Français qui sont le pl...

le 22/06/2012 à 19:44
Signaler
@Gilles1: faut pas être sélectif comme ça :-) Socialos ou pas, c'est le système qui ne fonctionne pas. Faire du capitalisme avec l'argent du contribuable, c'est pas du socialisme, mais ça ne vaut pas mieux :-)

le 22/06/2012 à 19:57
Signaler
C'est pour cela qu'il ne faut aider que ceux qui ont compris la situation et qui sont prêts des canots de sauvetage. les autres, je les laisse à côté du bar.

le 22/06/2012 à 22:31
Signaler
@Bastien, c a dire ???????

le 22/06/2012 à 22:56
Signaler
Cela me fait drôle d'écrire à Satan. Le vrai risque de se fâcher contre vous. En même temps, le vrai aurait compris mon propos. Bon, je développe : l'U.E. est terminée. Elle va sauter en plein vol au mieux au printemps avec les USA. Plus de liquidité...

le 23/06/2012 à 6:16
Signaler
@Bastien, pour être encore plus clair, la transformation de la monnaie fiduciaire en concret consiste en quoi ? Acheter de l'or ? Investir dans la pierre ? Changer ses euros en francs suisse (ou une autre monnaie) ? Ou bien autre ? Merci pour votre r...

à écrit le 22/06/2012 à 19:12
Signaler
Et surtout qu'on n'entende plus parler de l'Allemagne et de ses rêves de brasserie....

à écrit le 22/06/2012 à 19:07
Signaler
analyse intéressante, mais solution utopiste : jamais l'Allemagne, ni les pays forts de l'Euroland (Finlande, Autriche, Pays-Bas, Luxembourg...) n?accepteront que la valeur de leurs avoirs (les dettes souveraines sur la zone euro) diminue. En gros on...

le 22/06/2012 à 19:21
Signaler
Faire en sorte que personne ne puisse sortir de l'euro sans dommages irréparables était plutôt bien réfléchi, non ?

le 22/06/2012 à 19:58
Signaler
Moi, je n'ai jamais compris que Mitterrand ait proclamé les résultats pour Maastricht avant la fin du dépouillement. On ne m'ôtera pas de l'idée qu'il a du sentir le roussi.

à écrit le 22/06/2012 à 19:04
Signaler
Comme cela, les Français pourraient reprendre leurs dévaluations à répétition (et de plaindre de l'inflation), et les Italiens et les Espagnols nous montreraient comment faire de l'Euro une nouvelle Lire ou une nouvelle peseta. C'est à dire une monna...

le 22/06/2012 à 19:18
Signaler
"Comme cela, les Français pourraient reprendre leurs dévaluations à répétition (et de plaindre de l'inflation)," Cher Onze, l'inflation est probablement le meilleur des impots, car le plus indolore. De plus, l'inflation "mange" la dette. Cela dit, so...

le 22/06/2012 à 19:43
Signaler
Je suis d'accord avec vous sur un point, une petite inflation n'est pas forcément mauvaise, mais il ne faut pas compter là dessus pour faire des gains de compétitivité car tout le monde a de l'inflation, américains et chinois compris. Non, la compét...

le 22/06/2012 à 20:01
Signaler
@ cliquet Commentaire intéressant mais inepte. Relisez votre histoire et voyez ce qu'il est advenu de la France d?Édouard Herriot en 1926. Allez donc dire aux allemands que l'inflation est une bonne chose quand en 1930, il fallait 16 milliards de DM ...

à écrit le 22/06/2012 à 18:52
Signaler
Ce raisonnement est le fruit d'une confusion économique plutôt consternante. Il y a deux prix à une monnaie, un prix intérieur assimilable au taux d'intérêt et visible dans l'inflation, et un prix extérieur, de comparaison internationale, le taux de ...

le 22/06/2012 à 19:24
Signaler
Sur que les allemands veulent une monnaie forte. Leur pyramide des ages fournit l'explication. L'Allemagne est en train de devenir une gigantesque maison de retraite. Pour des rentiers, plus la monnaie de la rente est forte et mieux ils se portent

le 23/06/2012 à 21:33
Signaler
Ils produisent beaucoup pour des retraite's!

à écrit le 22/06/2012 à 18:38
Signaler
Quand une classe est hétérogène, donc ingérable, soit on fait descendre les cancres en division inférieure, soit on fait monter les meilleurs dans la division supérieure. Il faut choisir.

le 22/06/2012 à 18:57
Signaler
L'hétérogénéité est l'état naturel de chaque groupe humain : le management incompétent pensera qu'un groupe hétérogène est ingérable, alors qu'il est toujours possible de faire bosser les cancres jusqu'à ce qu'ils aient le niveau des meilleurs.

le 22/06/2012 à 20:55
Signaler
On voit que vous n'avez jamais enseigné...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.